L’A89, un axe diversement apprécié…

L’arrivée de l’A89 est très diversement appréciée par les politiques de la Région. Si certains sont satisfait de la finalisation de l'axe Bordeaux Lyon, d'autres pointent son coût et son absence de raccordement à l'A6...

L’A89 est diversement appréciée des personnalités politiques régionales. Si certaines ont toujours milité pour la création de cet axe, d’autres se montrent beaucoup plus circonspectes. Pour Gérard Collomb, l’arrivée de flux de transit locaux et nationaux sur une départementale à l’intérieur de l’agglomération est le point le plus problématique. « L’A89 va nous amener de la circulation sur une route départementale à la Tour de Salvagny. Ça va être, à mon avis, une vrai cata' » a-t-il indiqué lundi lors de ses vœux aux élus. « Ceux qui, soucieux de ceci ou cela, ont fait en sorte d’empêcher que la liaison avec l’autoroute ne se fasse n’auront pas supprimé le trafic automobile. On aura juste fait en sorte que celui-ci arrive pile poil en pleine agglomération» a affirmé le président du Grand Lyon.

Greenwashing

tunnel_violay2

Le tunnel de Violay lors de sa construction côté Loire (SDH/LPI)

Au conseil régional, la position de Jean Jack Queyranne, son président, n’était pas partagée par toute sa majorité. « J’étais personnellement favorable à la A89. Ce n’était pas une position qui était partagée par le conseil régional. J’étais intervenu avec Pascal Clément pour que l’on maintienne le principe de l’adossement » a-t-indiqué. Lui aussi plaide pour un raccordement de l’A89 à l’A6 pour aller en direction des Alpes. Une position qui n’est pas du gout des écologistes, qui sont eux vent debout contre l’A89. Présentée comme l’autoroute la plus « écolo » de France par ASF, eux dénoncent un énième « greenwashing ».

« Censé réduire de 30 minutes le parcours entre Clermont-Ferrand et Lyon (1h45), en évitant le détour par Saint-Etienne, le raccourci de Balbigny n'est rien d’autre qu'un nouvel aspirateur à véhicules, de surcroît inefficace pour gagner du temps ! » a indiqué hier le parti écologiste dans un communiqué. « Les flux de véhicules de ce tuyau à gros gabarit vont déboucher directement dans le tissu périurbain de l'Ouest Lyonnais, sur un réseau tout à fait inadapté qu'ils contribueront à saturer encore davantage, en particulier lors des heures de pointe », souligne Jean-Charles Kohlhaas, président de la commission Transports du conseil régional Rhône-Alpes. Ils soulignent également le cout de ce qu’ils considèrent comme une gabegie : « un milliard et demi d’euros...soit 30 millions d'euros le kilomètre ! »

travaux_a89-487

Le viaduc de la Goutte Vignole, près de Tarare, lors de sa construction (SDH/LPI)

Une liaison pas avant 2017-2018

Agnès Mollon, Présidente du groupe des élus écologistes à la Région Auvergne, va jusqu’à dire que l’arrivée de l’A89 va aller à l’encontre du train, qui sera selon elle à nouveau  disqualifié et pour longtemps. « Les temps de parcours entre Clermont-Ferrand et Lyon avaient enfin pu être réduits et rendus compétitifs par rapport à la route (2h15) ». « C'est donc bien un transfert modal à l'envers de l'Histoire qui est prévu. Et tout cela pour un coût pharaonique : un milliard et demi d’euros...soit 30 millions d'euros le kilomètre ! » indique-t-elle.

Du côté de Tarare, le problème de la liaison est également mis en avant. « Tant que le problème de sa connexion avec l’A6 et l’A46 n’est pas résolu, l’autoroute A 89  ne nous aidera pas forcément pour notre développement vers l’Est. En clair, cela veut dire que les habitants de Tarare ne seront plus qu’à un quart d’heure des bouchons lyonnais » résume le maire de la Ville, Thomas Chadoeuf-Hoebeke. « J’ai coutume de dire, en souriant, que nous avons en quelque sorte créé la première autoroute Bordeaux-Lentilly sur l’axe Lisbonne Kiev… » plaisante-t-il.

a6-a89-2

Problème, du côté de Dardilly et Limonest, les deux principales communes concernées par cette éventuelle liaison, les habitants sont vent debout contre l’idée d’un nouvel axe autoroutier. Au vu du bilan de la concertation rendu public il y quelques jours, l’opposition au projet est même écrasante. « Avec 98% d'avis défavorables, il ressort que le projet fait l'objet d'une opposition quasi unanime du public s'étant exprimé » indique celui-ci. L’arrivée de l’A89 et la saturation des axes départementaux (10.000 véhicules supplémentaires par jour) va-t-elle changer la donne ? Rien n’est moins sûr.

Pour l’heure, l’arrivée d’un tel axe n’est pas prévue avant 2017-2018. C’est donc 5 ans de galère à quoi s’attendent les usagers… et les habitants des communes limitrophes. Un autre scénario est poussé par ces dernières : celui d’un raccordement de l’A6 à l’A46 par le nord. Interrogés par Lyon Capitale, Max Vincent, maire de Limonest, Michèle Vullien, maire de Dardilly, souhaiteraient réactiver cette piste d’un tronçon rejoignant l’A46, entre Belmont d'Azergues et les Chères. Ce qui aurait pour avantage de dissocier les flux locaux et ceux en transit vers l’est. Une chose est sure : c’est que l’engorgement de l’ouest lyonnais, déjà visible, ne va, dès lundi, que se renforcer, et ce pour des années.

troncon_nord

» A89: une réussite environnementale à suivre (avec Enviscope.com)
» Trois mille invités pour une inauguration de consensus (avec Enviscope.com)
» A 89: les opposants aux grands projets sur le terrain (avec Enviscope.com)

» NOTRE DOSSIER A89






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

C’est la construction même de cette autoroute qui est abherrante : dépenser des milliards d’euros pour faire circuler des voitures, c’est du gaspillage.

Il aurait mieux fallu développer les liaisons ferroviaires (longues distances et proximité), plutôt que d’encourager un mode de déplacement et une technologie obsolète (l’automobile).

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Loi SRU : le ministère communique le bilan triennal 2017-2019

Le ministère chargé du logement a fait part de son bilan triennal 2017-2019 sur les objectifs en matière de production de logements sociaux.


Polémique sur la prolongation de la centrale nucléaire du Bugey

Les écologistes de la Métropole et de la Ville de Lyon demandent à l’Autorité de sûreté nucléaire de refuser la prolongation de 10 ans, tandis que la droite s’insurge contre cette prise de position.


Un appel a candidatures pour lutter contre la vacance des logements

Celui-ci vise à accompagner des collectivités dans leurs démarches de lutte contre la vacance des logements.


Auvergne-Rhône-Alpes emprunte à taux négatif

null
La Région est ainsi la première collectivité française à emprunter sur le long terme à taux négatif.


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.