Ascenseurs : Cécile Duflot annonce un report de certains travaux

La ministre du logement a annoncé report d'un an à début juillet 2014 de la date d'échéance de la deuxième phase de travaux pour les ascenseurs.

La ministre du logement s’est finalement rangée du côté des associations de copropriétaires concernant  les travaux nécessaires sur les cages d’ascenseurs. Initialement, la date d'échéance de la réalisation de la deuxième phase des travaux de modernisation des ascenseurs était fixée à début juillet 2013.

La ministre de l'Égalité des territoires et du Logement a finalement reporté d’un an cette deuxième phase, les services du ministère ayant notamment constaté que 40 % des ascenseurs n'étaient toujours pas modernisés à moins d'un an de l'échéance mais aussi un glissement en coût et en nombre d'ascenseurs finalement concernés par l'un des travaux prévus.

Moratoire sur le dispositif de précision d'arrêt

L'installation d'un dispositif de précision d'arrêt était un des points soulevant l’ire des associations de copropriétaires. Avec un coût de 19 000 euros par ascenseur, la mesure était jugée comme étant « la plus couteuse » et « la plus contestable » par l’ARC et l’UNARC, deux associations de défense de copropriétaires. Elle sera finalement, dans un premier temps, d’un périmètre bien plus restreint qu’initialement envisagé.

La ministre va en effet mettre en place un moratoire concernant le dispositif de précision d'arrêt de la cabine pour tous les ascenseurs, à l'exception de ceux installés dans des établissements recevant du public (ERP). Un groupe de travail, piloté par les services du ministère, va être constitué sur ce point, celui-ci étant chargé de réexaminer la pertinence sur la poursuite de la mise en œuvre du dispositif de précision d'arrêt dans les ascenseurs installés en dehors des ERP, et le cas échéant, de proposer des solutions moins onéreuses.

Les associations satisfaites

Le moratoire a été applaudi par l’ARC et l’UNARC, qui y voient un résultat encore plus important et intéressant que ce qu’ils avaient prévu. « On en revient donc à la logique et au bon sens : d’abord obliger l’ascensoriste à régler correctement l’appareil et à l’entretenir correctement au lieu d’obliger les copropriétaires à mettre en place un système coûteux, ensuite et si besoin à mettre en place un système adapté à chaque situation » a noté l’UNARC.

Les ascensoristes pourraient donc avoir été les premières victimes du « choc de simplification » annoncé par François Hollande en mars, qui, rappelle le ministère vise à « éliminer les réglementations présentant le rapport coût/efficacité le moins probant ».

Le ministère note ainsi que des résultats très positifs en termes de sécurité des usagers ont déjà été atteints, et ont permis d’éviter les accidents les plus graves. La ministre a en outre exhorté les ascensoristes à « améliorer de manière significative la maintenance et assurer le fonctionnement des ascenseurs », de nombreux usagers se plaignant de pannes fréquentes affectant leur disponibilité.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un appel a candidatures pour lutter contre la vacance des logements

Celui-ci vise à accompagner des collectivités dans leurs démarches de lutte contre la vacance des logements.


Auvergne-Rhône-Alpes emprunte à taux négatif

null
La Région est ainsi la première collectivité française à emprunter sur le long terme à taux négatif.


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.


Auvergne-Rhône-Alpes approche des 8 millions d’habitants

null L’INSEE a fait part ce jour des populations légales des territoires, dont ceux des régions et des départements.


Saint-Étienne poursuit son rebond démographique

La préfecture de la Loire compte aujourd’hui plus de 175.000 habitants, et conforte un peu plus sa position de deuxième ville d’Auvergne Rhône-Alpes.