Repère historique et destin du PEL

TRIBUNE par Jean-François BUET, président de la FNAIM

S'il fallait entre tous désigner un responsable au ralentissement du marché immobilier,  ce serait sans conteste la perte de confiance des ménages français.    Au rang des destructeurs de confiance, il faut citer l'incertitude juridique, qu'elle soit civile ou fiscale.  Les professionnels de l'immobilier, la FNAIM en tête, alertent depuis longtemps sur ce danger.  Ce gouvernement se heurte à cet égard aux mêmes écueils que ceux qui l'ont précédé.  Voici que la question du destin du PEL (plan d'épargne logement) est au cœur des débats, une fois encore.

Tout est parti d'une indiscrétion du Journal du dimanche, qui a révélé ce week-end que la prime historiquement versée par l'Etat aux emprunteurs lorsqu'ils débloquent leur épargne pour investir dans l'achat d'un logement était menacée.   Le ministre du budget a eu beau démentir, il n'en reste pas moins qu'une réunion se profile,  prévue dans la décade entre les banques et Bercy, pour examiner cette hypothèse.  On apprend aussi qu'en contrepartie le taux du PEL se rapprocherait des taux de marché  et que son plafond serait augmenté pour tenir compte de l'évolution des prix immobiliers.    Deux observations: si les deux améliorations évoquées ne sont que des actualisations souhaitables,  qui ne dérouteront pas les ménages, la suppression de la prime constitue un changement de donne.  Pour l'Etat, les rentrées fiscales immédiates à attendre de l'acquisition d'un logement garantissent  de toute façon la neutralisation et bien au-delà du décaissement de la prime - qui varie de 1 000 à 1 500 euros-,  notamment grâce aux droits de mutation ou encore à la TVA attachée aux travaux inéluctablement engagés après l'achat.  Le sujet consiste donc à savoir si le moment est opportun pour troubler encore les familles et les individus qui projettent d'investir. Clairement non.

Le PEL est une institution. A une institution, on se raccroche dans les moments les moins sereins comme à un repère en terre inconnue.  En outre, faut-il énumérer les augmentations diverses qui, dès ce début d'année, vont venir désolvabiliser les ménages ?  La prime du PEL aura la vertu d'en atténuer les effets désolvabilisateurs :  hausse de 0,7 point des droits de mutation par augmentation de la part des conseils généraux, hausse de 3 points de la TVA sur les travaux, et probable redressement des taux des prêts libres dans les prochains mois.    Le gouvernement sera inspiré de mesurer le statut du PEL dans l'inconscient collectif des Français avant d'en bouleverser les règles du jeu.  Il ne pourra ignorer non plus les éléments financiers qui dégradent le paysage des accédants :  un nuage de plus serait de mauvais augure pour le marché immobilier résidentiel, qui a besoin de recouvrer sa vigueur d'urgence.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.