« Attentisme haussier » sur le front des taux de crédit immobilier

Selon Emprunt Direct, la position adoptée hier par la banque centrale européenne donne des raisons de penser que les taux des emprunts d’Etat à 10 ans devraient rester stables, ce qui devrait jouer en faveur d’une stabilité des taux de crédit immobilier.

La BCE n’a pas changé sa politique monétaire en laissant ses taux directeurs au niveau du mois précédent. Un geste qui ne surprend guère le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct, qui relève que l’institution n’a opté « ni pour un taux de dépôt des liquidités négatif, ni pour un abaissement très limité de ses taux, alors même qu’un tel geste n’avait été évoqué que par une infime partie d’intervenants de marché. »

La Banque Centrale a simplement rappelé sa position de décembre, les taux d'intérêt étant amenés à rester à leur niveau actuel « voire plus bas » pour une période prolongée.

« La Banque Centrale Européenne semble pour l’heure contrainte à un maintien de cette position ultra accommodante en matière de taux d’intérêt. Les risques liés au niveau des prix semblent en effet justifier une telle position : l’inflation reste pour l’heure bien inférieure au niveau moyen terme visé par la BCE, fixé à 2%. Le patron de la BCE a indiqué que la zone euro pourrait connaître une longue période de faible inflation, « suivie par un mouvement graduel de hausse vers des taux d'inflation inférieurs mais proches de 2% ». Ce qui laisse entendre que tant qu’aucune perspective d’évolution à la hausse des prix n’est décelée, cette politique de taux très bas devrait être maintenue » note le courtier.

Risques haussiers

Aussi l’intermédiaire pense qu’en matière de crédit immobilier, « cette perspective pourrait donner des raisons aux intervenants sur le marché obligataire de tabler pour l’heure sur une relative stabilité des taux des emprunts d’Etat à 10 ans, les fameuses OAT, sur le marché secondaire. Ces derniers n’ont d’ailleurs que très peu réagi aux propos de Mario Draghi et à la décision de la BCE ».

Mais le courtier note que les taux sur le marché des obligations d’Etat ont bien plus progressé que les taux de crédit immobilier. « A un niveau proche des 2.60%, le niveau des taux longs reste bien supérieur à celui qui était le sien en avril 2013. Or les taux de crédit immobilier n’ont répliqué qu’une partie de cette hausse de près de 100 points de base constatée depuis lors. Le risque d’une impulsion haussière de leurs taux sur ce segment est donc toujours réel» note Emprunt Direct, qui constate des relèvements de l’ordre de 5 à 10 points de base des barèmes de certaines banques.

« Mais en l’absence de toute donnée montrant une amélioration macroéconomique importante en zone euro qui pourrait avoir des effets sur le niveau des prix, et par conséquent sur les taux longs, les banques sont pour l’instant plutôt susceptibles de rester dans une position d’attentisme sur le front de l’évolution de leurs barèmes taux de prêt à l’habitat » indique le courtier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.