« Attentisme haussier » sur le front des taux de crédit immobilier

Selon Emprunt Direct, la position adoptée hier par la banque centrale européenne donne des raisons de penser que les taux des emprunts d’Etat à 10 ans devraient rester stables, ce qui devrait jouer en faveur d’une stabilité des taux de crédit immobilier.

La BCE n’a pas changé sa politique monétaire en laissant ses taux directeurs au niveau du mois précédent. Un geste qui ne surprend guère le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct, qui relève que l’institution n’a opté « ni pour un taux de dépôt des liquidités négatif, ni pour un abaissement très limité de ses taux, alors même qu’un tel geste n’avait été évoqué que par une infime partie d’intervenants de marché. »

La Banque Centrale a simplement rappelé sa position de décembre, les taux d'intérêt étant amenés à rester à leur niveau actuel « voire plus bas » pour une période prolongée.

« La Banque Centrale Européenne semble pour l’heure contrainte à un maintien de cette position ultra accommodante en matière de taux d’intérêt. Les risques liés au niveau des prix semblent en effet justifier une telle position : l’inflation reste pour l’heure bien inférieure au niveau moyen terme visé par la BCE, fixé à 2%. Le patron de la BCE a indiqué que la zone euro pourrait connaître une longue période de faible inflation, « suivie par un mouvement graduel de hausse vers des taux d'inflation inférieurs mais proches de 2% ». Ce qui laisse entendre que tant qu’aucune perspective d’évolution à la hausse des prix n’est décelée, cette politique de taux très bas devrait être maintenue » note le courtier.

Risques haussiers

Aussi l’intermédiaire pense qu’en matière de crédit immobilier, « cette perspective pourrait donner des raisons aux intervenants sur le marché obligataire de tabler pour l’heure sur une relative stabilité des taux des emprunts d’Etat à 10 ans, les fameuses OAT, sur le marché secondaire. Ces derniers n’ont d’ailleurs que très peu réagi aux propos de Mario Draghi et à la décision de la BCE ».

Mais le courtier note que les taux sur le marché des obligations d’Etat ont bien plus progressé que les taux de crédit immobilier. « A un niveau proche des 2.60%, le niveau des taux longs reste bien supérieur à celui qui était le sien en avril 2013. Or les taux de crédit immobilier n’ont répliqué qu’une partie de cette hausse de près de 100 points de base constatée depuis lors. Le risque d’une impulsion haussière de leurs taux sur ce segment est donc toujours réel» note Emprunt Direct, qui constate des relèvements de l’ordre de 5 à 10 points de base des barèmes de certaines banques.

« Mais en l’absence de toute donnée montrant une amélioration macroéconomique importante en zone euro qui pourrait avoir des effets sur le niveau des prix, et par conséquent sur les taux longs, les banques sont pour l’instant plutôt susceptibles de rester dans une position d’attentisme sur le front de l’évolution de leurs barèmes taux de prêt à l’habitat » indique le courtier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.