PTZ dans l’ancien : les professionnels partagés sur la mesure

Les professionnels restent partagés sur le retour limité d’un prêt à taux zéro dans l’ancien.
Le retour du prêt à taux zéro dans l’ancien a été accueilli avec une bienveillance limitée par les acteurs de la chaîne immobilière. Le prêt à taux zéro et l’accession à la propriété en général ont pourtant été présentés hier par Sylvia Pinel comme « l’une des clés de succès pour la relance de la construction ».

Le ministère du logement a donc indiqué que le prêt à taux zéro sera prolongé et recentré sur les zones « où son effet de levier est le plus grand pour les classes moyennes et modestes ». Il a également indiqué qu’il sera « également ouvert à l’achat de logements anciens sur quelques zones très précises pour favoriser la revitalisation des centres bourgs et conditionné à des travaux de rénovation, afin de permettre l’acquisition et la rénovation d’un logement existant ». Objectif pour le gouvernement : augmenter de plus de 60% le nombre de PTZ distribués.

L’enveloppe doit rester affectée au neuf, pour la FPI

Mais ce retour très limité du prêt à taux zéro dans l’ancien n’a pas convaincu tous les acteurs de la chaine immobilière. A commencer par les promoteurs. « Les mauvais résultats de 2013 rendaient nécessaires un redéploiement du dispositif. La FPI regrette la réouverture du PTZ à l’ancien et sera attentive à ce que l’essentiel de l’enveloppe reste affectée au logement neuf et à ce que les nouveaux barèmes n’aboutissent pas à exclure la primo-accession dans les zones urbaines tendues » a indiqué la fédération des promoteurs.

La chambre nationale des propriétaires s’est également émue de la portée sans doute limitée du dispositif. Pour elle, même si la mesure est va dans le bon sens de prime abord, « il y a un bémol avec la restriction du dispositif à certains centres-bourgs de zone rurale, ce qui revient à rendre peu de dossiers éligibles » a indiqué la Chambre.

"Il y a urgence"

Des restrictions qui sont également pointées par Cafpi. Pour lui, élargir le prêt à taux zéro à l'achat d'un logement ancien dans certains secteurs, sous réserve d'y réaliser des travaux, est « en partie l’idée pour laquelle milite Cafpi». « Il est cependant dommage que le gouvernement ne prenne pas la pleine mesure des besoins des acquéreurs et arrête sa réflexion du milieu du gué » indique Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint du courtier, pour qui le ministère laisse totalement de côté les zones tendues, qui en pourtant besoin. « Les logements laissés vacants pour cause de vétusté, les bureaux qui pourraient être transformés en logements… se trouvent dans les zones tendues, là où le besoin de nouveaux logements est crucial », poursuit Philippe Taboret. « De plus, la ministre a indiqué que les modalités seront précisées dans le projet de loi de finances pour 2015, alors qu’il y a urgence ! Il est primordial de démarrer, comme les autres aménagements du PTZ neuf, dès le mois d’octobre 2014» indique-t-il.

Un avis que partage également le courtier Meilleurtaux.com. « En effet, le retour s’il est confirmé, du prêt à taux zéro dans l’ancien mais principalement dans les zones rurales, alors que la demande des jeunes accédants à la propriété est sociologiquement et logiquement concentrée dans les grandes agglomérations, dénote d’un profond décalage avec les réels besoins car les jeunes cherchent à s’installer dans les centres villes là où se trouve l’activité économique et surtout les emplois» remarque Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole. « Ce sont donc dans les zones dites tendues classées A que les primo-accédants ont le plus besoin d’aides pour financer l’acquisition d’un premier logement, là où les prix sont les plus élevés» note en effet Hervé Hatt.

Certains professionnels de la transaction notent aussi des limites. Pour Fabrice Abraham, Directeur général de Guy Hoquet l’Immobilier, "tel que présenté, le dispositif d’aide est peu lisible pour les particuliers et sera complexe dans sa mise en œuvre. Son objectif de re-solvabiliser une partie des ménages, qui n’avait jusqu’ici plus les moyens d’acheter, est louable. Mais l’effet induit par sa mise en place sera de donner aux propriétaires un prétexte pour maintenir leurs prétentions financières à des niveaux trop élevés. Or l’inflexion de leurs prétentions et par conséquent des prix est la condition sine qua non à la re-fluidification du marché".

Pragmatisme, pour la FFB

Ce pessimisme sur les prix n'est pas partagé par Vousfinancer.com, qui pense au contraire que le nouveau PTZ sera plus ciblé. "Le fait que ce nouveau PTZ soit uniquement délivré à ceux qui achètent dans les zones rurales va permettre justement de ne pas faire pression sur les prix dans les grandes villes » analyse Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.com. Le dispositif pourrait même permettre un retour des primo-accédants, dont la proportion est tombée de 20 point en 3 ans (33% des emprunteurs passant par le courtier en 2014, contre 53% en 2011). « Grâce au niveau historiquement bas des taux d’intérêt, nous avons noté un léger retour des primo-accédants en 2014, mais le retour d’un PTZ dans l’ancien, même uniquement en zone rurale, pourrait permettre d’accentuer ce mouvement en étant perçu comme un signe positif et encourageant par les futurs acheteurs qui attendent pour passer à l’acte » note Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.com.

Jacques Chanut, le président de la fédération française du bâtiment, accueillait lui aussi plutôt bien ces mesures sur le prêt à taux zéro, tout en espérant une application rapide: « en jouant principalement sur le PTZ+ dans les zones B et C, où les effets de levier de l’aide sont les plus grands et sur l’adaptation des paramètres du « Duflot » aux conditions de marché, le gouvernement, sous les contraintes financières qui s’imposent à lui, fait preuve de pragmatisme. Parmi les autres mesures, on notera également l’ouverture du PTZ+ à l’ancien sous condition de travaux en zone rurale et le renforcement de la mobilisation du foncier. L’ensemble de ces mesures est de nature à réduire le choc et à éviter le pire sous condition d’une mise en œuvre rapide » a-t-il indiqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« La FPI regrette la réouverture du PTZ à l’ancien et sera attentive à ce que l’essentiel de l’enveloppe reste affectée au logement neuf et à ce que les nouveaux barèmes n’aboutissent pas à exclure la primo-accession dans les zones urbaines tendues » a indiqué la fédération des promoteurs. »

Il faut simplement une baisse des prix pour qu’ils reviennent, c’est simple.

Signaler un abus

« Le fait que ce nouveau PTZ soit uniquement délivré à ceux qui achètent dans les zones rurales va permettre justement de ne pas faire pression sur les prix dans les grandes villes » analyse Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.com »

Voilà une bonne analyse.Que s’était-il passé quand le ptz pour l’ancien avait été déversé sans conditions lors du dernier quinquennat?

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.