Pour Laforêt, les prix de l’immobilier ont baissé à Lyon

Après Century 21, c’est au tour de Laforêt de publier ses chiffres pour le premier semestre 2014. Avec des prix en baisse sur Lyon.

Le grand bal des publications des indices de prix de l’immobilier se poursuit en ce début de deuxième semestre. Après Century 21 lundi, c’était au tour mardi du réseau Laforêt, également très présent sur Lyon, de présenter ses chiffres au niveau national et local au titre du premier semestre.

Premier constat de la note de conjoncture de Laforêt sur la seule région lyonnaise, on note que le nombre de transactions enregistré par le réseau est orienté à la hausse, de 2%. Elément intéressant : la hausse de la demande reste plus modérée que la hausse de l’offre de biens immobiliers : +2% contre +7%.

La demande est notamment dopée par les primo-accédants, un retour qui compense la baisse de la demande en provenance des investisseurs. Les stocks de biens à la vente progressent « mais pas forcément dans le sens de la qualité, ni de la demande » note Laforêt . « Lyon comprend beaucoup d'appartements des années 60 / 70 ', les charges sont élevées et les travaux de rénovation importants » indique le réseau.

Prix en baisse de 2.5%

La situation aboutit à un rapport de force plus favorable aux acheteurs : les délais de vente s’allongent (ils ont augmenté de 15 jours par rapport au premier semestre 2013), l’écart entre les prix affichés et ceux constatés au préavis augmente (+0.3%). Et in fine, le prix au m² est en baisse, de l’ordre de 2.5% par rapport aux prix du premier semestre 2013.

« Les investisseurs désertent et les primo (accédants) démontrent une prudence extrême. Tous ces facteurs concourent à une stabilisation des transactions, comparée aux 16 % de croissance mesurés en 2013 » note le réseau.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.


Immobilier : l’attrait confirmé pour la grande couronne lyonnaise

L’augmentation des prix médians des appartements et des maisons dans le Rhône surpasse celle de Lyon. L’attrait pour la périphérie, déjà perceptible en 2020, s’est confirmé en 2021.