Élargissement du PTZ : réactions diverses des professionnels.

Après l'annonce jeudi d'un élargissement du prêt à taux zéro, certains professionnels ont réagi de manière très diverse.

L'annonce d'un élargissement du prêt à taux zéro dans l'ancien à la quasi-totalité du territoire a été acueillie de façon très diverse par les professionnels. Cafpi, par la voix de son Directeur Général Adjoint s'est félicité de la mesure. Il a rappelé que l'intermédiaire « milite depuis 2 ans pour le retour du PTZ dans l’ancien sous conditions de travaux dans les zones urbaines, Car les jeunes souhaitent vivre dans les zones où il y a de l’activité ». L’élargissement du PTZ, dans le neuf et dans l’ancien, à la quasi-totalité du territoire va donc selon lui dans le bon sens. « De plus en proposant que le PTZ représente jusqu’à 40% du montant total d’un prêt et un différé de remboursement de 5 ans, on offre une vraie bouffée d’air aux acquéreurs les plus modestes. A présent, reste à voir comment le gouvernement va retranscrire les annonces du Président dans les textes de loi pour transformer ' l’essai' économique et politique d’un retour des primo accédant jeunes sur le marché… » a indiqué l'intermédiaire.

Cette interrogation sur les modalités est partagée par d'autres professionnels, au rayon desquels on trouve Guy Hoquet. « Nous nous réjouissons d’un élargissement du PTZ à 90% du territoire mais restons attentifs aux modalités, qui si elles n’intégraient pas une revalorisation du plafond de ressource exigé du primo-accédant pour le neuf et un ré-arbitrage de la quotité du montant de travaux dans l’ancien, ne permettraient pas son éligibilité plus large. François Hollande a annoncé que le gouvernement travaillait sur de nouvelles mesures, nous les attendons donc avec impatience, afin de savoir si elles lèveront enfin les freins rencontrés par les primo-accédants », a indiqué Fabrice Abraham, Directeur Général du réseau Guy Hoquet.

Même circonspection du côté de chez Emprunt Direct, qui n'y voit qu'un simple effet d'annonce. François Hollande a en effet annoncé que le PTZ dans l'ancien serait étendu à « la quasi-totalité du pays » et promis d’autres élargissements, comme ceux touchant le différé de remboursement de cinq ans. Mais cela ne suffit pas à convaincre le courtier

« Telle qu’annoncée hier, cette mesure va certes permettre d’élargir le nombre de ménages éligibles au PTZ. C’est en soi une bonne nouvelle, mais ceci aura un impact limité pour les accédants. Dans le neuf, les conditions de ressources brident le nombre de bénéficiaires potentiels. Dans l’ancien, les conditions de travaux, qui doivent atteindre 25% de l’opération, sont, en soi, un élément qui limite la portée du dispositif : le bénéfice du PTZ doit plus qu’absorber le cout supplémentaire des travaux. Le gouvernement, sans doute dans un souci d’économies budgétaires, lance de plus cet élargissement à un moment où les taux de crédit immobilier sont proches de leurs plus bas : le bénéfice du PTZ est moindre que ce qu’il pouvait être il y a trois ans. Il faudra être attentif aux conditions d’application du dispositif : un relèvement des plafonds pourrait être positif pour les accédants. Mais pour l’heure, l’élargissement annoncé jeudi ne semble être qu’un simple effet d’annonce » a indiqué Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

j’ai un scoop : pour relancer le marché il faut tout simplement ne rien faire , une foi que les propriétaires qui veulent vendre n’auront plus de choix, les prix seront forcés de baisser et les transactions seront relancées naturellement.

Encore une mesure de court terme pour la campagne électorale de Monsieur Hollande, tentant de caresser les rentiers dans le sens du poil.

Sauf que ces mesures de court terme n’arrangent pas le pays mais elles le coulent davantage.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.