Résiliation annuelle de l’assurance emprunteur : vers un impact sur les taux ?

Le Parlement a adopté en cours de semaine dernière la réforme sur l’assurance emprunteur autorisant la résiliation annuelle. Une mesure qui pourrait avoir un impact positif pour l'emprunteur à court terme, mais plus négatif à moyen terme.

Le Parlement a adopté en cours de semaine dernière la réforme sur l’assurance emprunteur autorisant la résiliation annuelle. Cette mesure intervient après plusieurs soubresauts législatifs avec une censure par le Conseil constitutionnel dans le cadre de la loi Sapin 2. Au final, seront donc concernés les contrats de prêts signés à partir du 1er mars 2017, puis dans un second temps, à compter du 1er janvier 2018, tous les prêts en cours.

Pour les courtiers en crédit immobilier, cette nouvelle possibilité est une bonne nouvelle, et même pour Maël Bernier, Directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com « une véritable révolution dans le crédit immobilier car aujourd’hui à peine 12% des emprunteurs choisissent une autre assurance que celle de la banque pour leur crédit ».

« Cette possibilité de résiliation annuelle comme cela existe déjà pour les autres contrats d’assurance, va permettre aux détenteurs d’un crédit immobilier de faire réellement jouer la concurrence après l’obtention de leur prêt sans être coincés pendant l’ensemble de leur crédit avec une assurance au coût trop élevé », ajoute-t-elle.

Un emprunteur qui aura signé avec la banque pour l’assurance de son crédit immobilier pourra par la suite faire jouer la concurrence, en cherchant une assurance à garanties équivalentes mais au moindre coût auprès d’un autre assureur. Maël Bernier note que « les écarts de prix pouvant en effet varier du simple au quadruple entre les différents assureurs ».

Les banques vont-elles compenser le manque à gagner?

Mais d’autres intermédiaires soulignent que ce principe de résiliation annuelle de l’assurance emprunteur pourrait avoir des effets sur les taux du crédit à moyen terme. Selon Vousfinancer.com, « le fait que tous les contrats puissent être renégociés à partir du 1er janvier 2018 risque de peser sur la rentabilité des banques qui devront compenser le manque à gagner engendré, ce qui pourrait contribuer à la remontée des taux de crédit immobilier ».

Pour le président de l’intermédiaire, Jérôme Robin, « à court terme c’est une très bonne nouvelle, car cela va introduire davantage de concurrence sur le marché de l’assurance emprunteur détenu à 85 % par les banques via la souscription de leur assurance groupe. L’offre devrait être plus diversifiée, avec des tarifs en baisse et de meilleures garanties afin d’être plus attractive pour diminuer la probabilité de résiliation… Mais à moyen terme, le fait que le stock puisse être également résilié risque de peser sur la rentabilité des banques. En effet les emprunteurs concernés seront essentiellement ceux qui ont souscrit un crédit récemment, donc à des taux très bas tels que nous les connaissons depuis 4 ans, et sur lesquels les marges des banques pourraient devenir négatives a posteriori une fois l’assurance résiliée… Dans ce contexte, il est certain que les banques devront trouver le moyen de compenser le manque à gagner, ce qui pourrait contribuer à une remontée plus forte des taux de crédit alors même que depuis fin 2016, elles contiennent les hausses en ne répercutant que faiblement l’envolée des taux d’emprunt d’Etat… ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.