Lancement progressif de la prime à la conversion des chaudières

François de Rugy et Julien Denormandie l’ont annoncé ce jeudi afin de parvenir à l’objectif zéro chaudière au fioul d’ici 10 ans.

C’est l’un des objectifs du Gouvernement parvenir au zéro chaudière au fioul d’ici 10 ans. Afin de lutter contre le réchauffement climatique et améliorer le pouvoir d’achat deux ministres, François de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement ont lancé une prime à la conversion des chaudières. L’objectif étant de sortir des énergies fossiles les moins performantes et de diminuer les factures de chauffage.

3,5 millions de foyers français sont encore équipés de chaudières au fioul. Or le Gouvernement vise l’objectif zéro chaudière au fioul d’ici 10 ans. Cette prime à la conversion des chaudièresvise ainsi à remplacer 600.000 chaudières au gaz ou au fioul dans les deux prochaines années, soit plus de 1 milliard d’euros d’aides sur ces 2 ans.

Changements dans les dispositifs existants

La prime à la conversion des chaudières est exceptionnelle, et est bonifiée pour les bas revenus, pour tout remplacement d’une chaudière au fioul ou à gaz peu performante par un équipement utilisant des énergies renouvelables, que ce soit une chaudière biomasse, une pompe à chaleur, un système solaire combiné, ou encore un raccordement à un réseau de chaleur. Elle pourra également être remplacée par une chaudière à gaz à très haute performance énergétique, ainsi que pour le remplacement d’un poêle à charbon par un poêle à bois performant.

Son déploiement est le résultat de plusieurs changements sur les dispositifs existants, comme l’accès simplifié aux aides par la construction avec les acteurs privés d’offres commerciales agrégeant les aides de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (ANAH – jusqu’à 50% des dépenses), les aides privées versées au titre des CEE, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (30% du montant restant) et en offrant des solutions pour financer le reste à charge ; tout en réalisant, à la place des ménages, l’ensemble des démarches administratives.

L’autre changement majeur est la forte augmentation des aides au titre des CEE (Certificats d’économie d’énergie) afin qu’ils tiennent compte de la valeur ajoutée écologique des opérations de remplacement de chaudières.

Elargissement de l’éligibilité

Un élargissement de l’éligibilité de ces aides sera effectif pour tous les ménages, sans condition de revenu, et pour les remplacements des chaudières à gaz les moins performantes, et non plus seulement aux aux chaudières au fioul car il faut remplacer toutes les chaudières vétustes.

Cette « prime à la conversion » des chaudières « permet ainsi d’ores-et-déjà à certains des ménages les plus modestes de bénéficier du changement de leur chaudière pour 1€ seulement. Pour les autres, le reste à charge sera faible et pourra par ailleurs être couvert par un prêt à taux zéro (éco-PTZ) qui a été récemment simplifié, ou des prêts des acteurs de l’énergie. Les économies d’énergie réalisées grâce à un nouvel équipement permettront par ailleurs aux Français de réaliser des économies dès la première année, même pour ceux qui ont un reste à charge et un prêt à rembourser », note le ministère.

« L’urgence climatique nous impose de prendre des mesures pour changer de mode de vie, et se tourner vers de nouvelles manières de se chauffer. Il est primordial que l’État soit en première ligne pour inciter les Français à changer de modèle, et qu’il accompagne les plus modestes vers les énergies renouvelables. La transition énergétique sera solidaire ou ne sera pas», a souligné François de Rugy.

« Dans des temps où il est difficile pour certains de nos concitoyens de payer leurs factures d’électricité, il est essentiel que le Gouvernement aide les Français dans la mise en place sur tout le territoire de nouveaux moyens de chauffage moins énergivores et plus économes. L’efficacité énergétique des logements est le premier poste sur lequel il faut investir pour réduire les dépenses en énergie» a quant à lui quant à lui déclaré Julien Denormandie.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Garantir l’équité »

Eric Fournier est le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il participait ce jeudi en présence du ministre chargé de la Ville et du logement à une réunion de concertation portant sur le SPPEH. Nous l’avons interrogé à cette occasion sur le déploiement de ce service public, et sur les annonces réalisées par Julien Denormandie.


« Gérons la complexité et rendons la simplicité aux français »

null
Julien Denormandie est le ministre chargé de la Ville et du Logement . A l’occasion de sa participation à la réunion de concertation sur le déploiement du service public de la performance énergétique de l’habitat, nous avons évoqué avec lui le thème de la rénovation, mais aussi ceux du zonage et de la fin du PTZ en zone B2 et C.


La Métropole de Lyon consacrée «capitale française de la Biodiversité»

Le titre a été décerné à la collectivité durant la 9e édition du concours organisé par l’Agence française pour la biodiversité.


Rénovation énergétique : un nouveau service d’accompagnement

Elisabeth Borne, Julien Denormandie et Emmanuelle Wargon ont annoncé le lancement de ce service et la mobilisation de 200 millions d’euros.


«L’environnement, c’est consubstantiel à toutes les politiques publiques»

François-Noël Buffet, candidat LR à la présidence de la Métropole de Lyon, évoque avec nous la question de la végétalisation des espaces publics, du déclassement de l’A6-A7, et du contournement de Lyon.


Le parc Rosa Parks, nouvelle centralité verte pour Terraillon


L’espace vert a été inauguré début juillet par le préfet et le président de la Métropole. Il s’insère dans la ZAC de Bron Terraillon, qui a bénéficié du premier plan de renouvellement urbain.


«Avec 200.000 m², un site unique en France de par sa surface et sa production»


Gaël Perdriau est le président de Saint-Etienne Métropole. Il évoque la solarisation du patrimoine immobilier de la ville et la récente implantation de Google.


Saint-Etienne Métropole a lancé la solarisation de son patrimoine immobilier

Son président, Gaël Perdriau, a présenté il y une dizaine de jours un ambitieux projet de solarisation du patrimoine immobilier. La production d’énergie permettra de couvrir la moitié des besoins électriques du réseau de tramway.


Confluence, lieu d’expérimentation pour la végétalisation et le bâti durable


David Kimelfeld a présenté jeudi dernier différentes expérimentations réalisées sur ce territoire par la collectivité et des promoteurs. Il a notamment signé, avec la SPL Lyon Confluence, la charte de l’arbre.


Vers une presqu’ile de Lyon plus végétale

Gerard Collomb a, lors d’une conférence de presse ce mercredi,  annoncé le lancement d’une consultation citoyenne sur les expérimentations visant à végétaliser le cœur de ville.


La partie haute du parc Blandan est ouverte

Le maire de Lyon et le président de la Métropole ont communiqué mercredi de concert sur la livraison de la troisième tranche de travaux du parc Blandan. David Kimelfeld a fait une visite du site en présence de plusieurs élus.


La 1ère chaufferie biomasse urbaine inaugurée à Lyon

Gérard Collomb et David Kimelfeld ont inauguré dans le quartier de Gerland la chaufferie bois de Surville, première chaufferie biomasse urbaine de France.


Point d’étape pour Ecoréno’v

Les 36 partenaires de ce dispositif d’aide à la rénovation énergétique des logements réalisaient ce jeudi un point d’étape à l’Hôtel de Métropole de Lyon.


Le plan bâtiment durable travaille sur la rénovation du parc locatif privé

Le plan bâtiment durable lance un groupe de travail pour favoriser la rénovation du parc locatif privé. Il sera animé par des représentants de l’UNPI et de Soliha.


GRDF et Alliade Habitat s’engagent sur l’autoconsommation collective

Le projet porté par les deux entités vise notamment à réduire les charges des locataires.