Saint-Etienne Montreynaud: Perdriau critique les récentes décisions en matière de police

Le quartier en renouvellement urbain fait partie des quatre secteurs ciblés dans la convention signée en mars dernier par le maire avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

Le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau, avait signé en mars dernier une convention pluriannuelle signée en mars dernier avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Cette convention portant sur une période de 12 ans permettait notamment d'accélérer le renouvellement urbain dans quatre secteurs de la préfecture de la Loire, dont le quartier de Montreynaud.

Le quartier, qui a connu de profondes mutations suite au premier plan national de rénovation urbaine, disposait d’un bureau de police. Or suite à la mise en place de la police de sécurité du quotidien sur le territoire de la ville de Saint-Etienne, le commissariat de Montreynaud, qui compte une dizaine d'agents, va en perdre une part importante, ceux-ci devant être affectés à ce nouveau dispositif.

« Si on attendait depuis plus d’un an le fameux déploiement des forces de police sur la Ville de Saint-Etienne, nous attendions également les résultats concrets. En voilà un situé aux antipodes des effets d’annonce du gouvernement sur la sécurité du quotidien. En effet la décision de procéder à la dissolution du bureau de police de Montreynaud va dans le sens contraire », a indiqué Gaël Perdriau dans un communiqué. L’annonce intervient un mois après la remise du rapport de la commission d’enquête sur les moyens de force de sécurité présidé par Jean-Michel Fauvergue.

« Comment le gouvernement entend assurer la sécurité du quotidien si le lien entre les policiers nationaux et la population est rompu ? La disparition des patrouilles des policiers nationaux sur le quartier de Montreynaud va entrainer une dislocation du lien de confiance qu’ils avaient créé. Leur mission quotidienne était appréciée de la population. Ils rencontraient les habitants, connaissaient leur difficulté, visitaient les commerces, s’assuraient de la sécurité des nombreux chantiers et travaux. Leur présence assurait un sentiment de sécurité indéniable pour la population. Ils s’avaient apaiser les situations complexes et travailler en profondeur sur les difficultés du quartier », note le maire de Saint-Etienne.

Un oubli des quartiers, selon Gaël Perdriau

Le maire pointe un oubli des quartiers. « Cela est encore plus incompréhensible que c’est l’Etat qui a reconnu Montreynaud comme une zone de sécurité prioritaire (ZSP). La Police de sécurité du quotidien (PSQ) puis sécurité du quotidien (SQ), présentée comme la solution de proximité produit donc une conséquence inverse. Je l’avais d’ailleurs dénoncé dès la présentation en urgence de ce nouveau dispositif dont la mise en place repoussée à plusieurs reprises ne laissait rien augurer de bon. Nous en avons, malheureusement, la confirmation aujourd’hui. Je le regrette vivement.» Au départ, une quinzaine d'agents aurait dû être affectée au dispositif de sécurité du quotidien. Or les effectifs de l’unité devraient provenir au final d’un simple redéploiement.

Si le bureau de police restera présent sur le quartier, il n’aura plus pour tâche que de prendre les plaintes comme c’est déjà le cas dans le quartier de la Cotonne. Le maire craint donc que le redéploiement des policiers de Montreynaud sur une unité de police du quotidien ne se traduise par une distension du lien entre la police et les habitants. « On va donc se retrouver dans une posture où les agents de police nationale vont s’enfermer dans leur bureau brisant le lien population/ police sur le territoire. L'unité elle-même sera ventilée au profit du nouveau dispositif de sécurité du quotidien qui interviendra sur les différents secteurs dits sensibles de la ville à savoir, Montchovet, Cotonne, Beaubrun et Montreynaud ».

Le maire pressent que sans augmentation conséquente des effectifs, aucune mesure ne pourra porter ses fruits. « En agissant de la sorte, l’Etat ne fait que disperser ses moyens, je l’avais déjà dénoncé à l’époque. Il s’agit une fois de plus de la preuve d’un manque de compréhension du gouvernement avec les forces de l’ordre et les Français, premières victimes de ces incohérences gouvernementales. Alors que les élus locaux mettent en œuvre tous les moyens dont ils disposent pour améliorer le cadre de vie de leurs habitants, et ce en dépit des fortes contraintes budgétaires qui leur sont assénées depuis des années, l’Etat reste dans sa tour d’ivoire regardant les élus menant sur le terrain, au contact des habitants, la bataille de la tranquillité publique », conclut le maire.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le conseil de la Métropole de Lyon a élu ses vice-présidences et sa commission permanente

Au cours de la séance d’installation du conseil de la Métropole, ont été désignées les vice-présidences, mais aussi la commission permanente.


Bruno Bernard rend hommage à ses parents, ainsi qu’à Kimelfeld et Collomb

Dans son premier discours en tant que président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard a rendu un hommage à ses parents, mais aussi aux anciens présidents, David Kimelfeld et Gérard Collomb.


Partenariat de distribution entre la CERA et AMDG

La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a annoncé avoir signé un partenariat de distribution avec AMDG, une société de gestion agréée par l’AMF.


Bruno Bernard, nouveau président de la Métropole de Lyon

Le président écologiste de la collectivité a été élu ce jeudi au premier tour de scrutin.


Le président de la Métropole de Lyon va être désigné ce jeudi


L’élection du nouveau président de la Métropole par les 150 conseillers métropolitains va être réalisée ce jeudi, à la Cité internationale de Lyon. Bruno Bernard devrait, sans surprise, être désigné.


Cédric Van Styvendael sera le prochain maire de Villeurbanne


Le candidat d’union de la gauche soutenu par les écologistes a remporté l’élection municipale face au candidat LREM, Prosper Kabalo.


Vénissieux : assez nette victoire pour Michèle Picard

Maire sortante, l’élue communiste a obtenu 40,02% des suffrages au sein d’une quadrangulaire.


Grégory Doucet, futur maire de Lyon


L’écologiste est ressorti largement en tête du second tour des élections municipales, loin devant Yann Cucherat et Georges Képénékian.


Clermont-Ferrand : Olivier Bianchi réélu

Le maire actuel de la ville préfecture du Puy-de-Dôme va initier un nouveau mandat, la liste « Naturellement Clermont » qu’il conduisait s’étant placée en tête des suffrages.


Second tour des élections municipales et métropolitaines

C’est ce dimanche que seront départagés les candidats encore en lice pour le second tour, tant pour la Métropole de Lyon que pour les communes pour lesquelles le maire n’avait pas été élu au 1er tour.


Des travaux dans le lac des Eaux Bleues

Ce dernier est situé au cœur du Grand Parc Miribel Jonage.


Villeurbanne : des travaux à venir pour la création d’une liaison cyclable

Ceux-ci démarreront à partir du 15 juillet prochain, et dureront jusqu’en décembre.


Le Sytral annonce un renforcement de son offre


Le syndicat de transports en charge du réseau TCL a annoncé engager pour cela 4,1 millions d’euros supplémentaires.


De premières adaptations sur les itinéraires cyclables

La Métropole de Lyon a communiqué ce mercredi sur une adaptation de son dispositif d’urbanisme tactique, mis en place après la fin du confinement.


Bouygues Immobilier acquiert un terrain rue Cyrano

Brice Robert Arthur Loyd a fait part des dernières transactions où il était conseil.