Les perspectives des notaires globalement positives

Immonot.com a fait part, comme tous les deux mois, de son point de conjoncture immobilière chez les notaires.

Immonot.com a publié ce jour son enquête décrivant la tendance du marché immobilier, réalisée tous les deux mois. La dernière a été réalisée en juillet auprès d’études notariales réparties sur toute la France.

Le professeur Bernard Thion, qui commente cette étude pour Immonot.com, note qu’avec l’été et la période des vacances, les prévisions des notaires et négociateurs ont légèrement fléchi, mais demeurent globalement positives. Mais si 40 % d’entre eux prévoyaient une hausse des compromis signés pour fin juin, ils ne sont que 26 % à l’avoir réellement observée. Ceci a ainsi tempéré l’enthousiasme de certains notaires, l’un deux situé en Vendée parlant même d’un marché rural « basculant vers une somnolence estivale ». La proportion des pessimistes recule néanmoins en parallèle, passant de 23 % à 17 %. Cela se traduit par une légère inflexion de la courbe sur les prévisions d’activité à fin août (le solde s’élève à 13 % contre 16 % deux mois auparavant).

La vente avant l’achat

La tendance haussière observée dès le début de l’année s’étend maintenant aux commerces qui connaissent une remontée « fort prometteuse ». « Au niveau des logements, cette nouvelle enquête repose sur des avis très tranchés recueillis. Ils semblent provenir d’une certaine effervescence dans le mouvement des prix. En effet, les deux tiers de nos correspondants (64 %) considéraient au début de l’été que le marché était haussier contre un tiers (36 %) le voyant baissier. Or, deux mois plus tôt, les avis se répartissaient à égalité entre ces deux directions », note Immonot.

Concernant les prévisions sur l’évolution des prix à la fin des vacances, leur solde demeure toujours nettement positif, avec 21 % tablant sur une augmentation, 6 % pour une diminution, et 74 % pour une stabilité. Pour les terrains, des chiffres assez proches sont obtenus, avec respectivement 27 %, 7 % et 66 %.

Les notaires conseillent la vente avant l’achat. Il faut en effet compter parfois plus de six mois entre la consultation et la prise de décision. Aussi, alors que les prix ont tendance à remonter, plus de 75% des négociateurs estiment, à contre-courant, qu’il vaut mieux profiter des conditions actuelles pour vendre d’abord un logement avant d’en racheter un autre. « Ce réflexe de prudence, qui suppose un retournement du marché avec des prix en baisse, peut aboutir à une situation d’autant plus problématique que certains soulignent parallèlement le manque de biens au niveau des offres », précise Immonot. Ce dernier cite, pour expliquer ce manque de confiance en l’avenir, les tensions résultant de la guerre commerciale menée par les États-Unis, la proximité d’un Brexit dur et les menaces climatiques après une période de chaleur caniculaire. « Ces éléments n’entraînent pas, en effet, un optimisme démesuré quant à l’évolution des prix d’ici la fin de l’année en dépit de la faiblesse des taux qui devrait se maintenir encore quelque temps », indique Immonot.

Selon le portail, les conseils donnés au niveau des terrains sont beaucoup plus équilibrés « entre ceux qui proposent d’abord la vente (47 %) et ceux qui inclinent vers l’achat (43 %) et surtout une petite fraction d’entre eux (10 %) qui s’orientent prudemment vers l’attente d’une évolution tant économique que politique un peu plus calme ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.