La construction bois adoptée dans les lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes

La vice-présidente de la Région était vendredi à Villefranche-sur-Saône aux côtés de Fibois 69 et de nombreux professionnels du secteur.

Béatrice Berthoux, vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée aux Lycées, était vendredi au lycée Claude-Bernard de Villefranche-sur-Saône aux côtés de Fibois 69 et de nombreux professionnels du secteur. Elle a pu expliquer la démarche de la Région en faveur de la filière bois lors d’une journée organisée par la filière.

Avec deux grands massifs que sont le Massif Central et les Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes est la première région française en volume de bois disponible dans les forêts, et la deuxième région pour la récolte de bois de construction, ce qui représente 60.000 emplois dans la région, de la plantation à la construction.

Au sein de la Région, le département du Rhône représente 8% de la récolte régionale dont une partie provient du Beaujolais sur la frange Nord-Est du Massif Central. «La Région Auvergne-Rhône-Alpes, grâce à l’action impulsée par Philippe Meunier, vice-président délégué à la forêt et au bois, s’est ainsi donné pour objectif de contribuer à développer la filière bois sur le territoire et aider les entreprises à se structurer pour répondre aux besoins de la construction », indique Béatrice Berthoux, vice-présidente de la Région déléguée aux lycées.

La Région peut soutenir les investissements des usines de première transformation, à savoir les scieries, via l’appel à projets FEADER et les usines de seconde transformation via un dispositif spécifique de subvention.

La collectivité agit en tant que donneur d’ordre

La Région soutient par ailleurs la filière par la commande publique en tant que donneur d’ordre, alors même que les avantages de la construction bois sont nombreux en terme d’isolation et de confort pour les futurs usagers. C’est en outre un moyen de construire plus vite. Elle peut exiger une structure bois pour la construction des futurs lycées, avec une traçabilité du bois, du type certification Bois des Alpes ou Bois des Territoires du Massif Central.

« A la demande de Laurent Wauquiez, président de la Région, nous avons décidé de réaliser l’ensemble des constructions neuves des lycées suivant un référentiel de spécifications techniques dans lequel la structure bois est imposée ; c’est ainsi que sont réalisées les opérations comme la construction de l’internat du lycée Philibert Delorme à l’Isle-d’Abeau, ou les extensions des lycées Henri-Sainte-Claire Deville à Issoire, du lycée Ambroise Brugière à Clermont-Ferrand et la création du pôle scientifique du lycée du Forez à Feurs », indique Béatrice Berthoux.

Marchés globaux de performance

La Région a choisi, pour réduire les délais de réalisation et atteindre des objectifs réels de performance, de recourir aux marchés globaux de performance – lesquels permettent de fixer des objectifs quantifiés de performance et de qualité de service – pour les constructions ou extensions de lycées. l’ensemble des partenaires liés à l’acte de construire est responsable de l’offre globale proposée en groupement. Cela permet pour la Région de réduire notablement les délais de l’opération, de l’ordre de 18 mois, et de maîtriser le budget global.

Celui-ci a été revu afin de renforcer les exigences de performance environnementale (niveau E3C1 a minima de la future règlementation environnementale en expérimentation), pour favoriser la construction bois ainsi que la préfabrication d’éléments structurants en usine.

Des opérations neuves sont en cours sur ces bases, à savoir le nouveau lycée de Clermont-Ferrand (démarrage des travaux prévue début 2020, livraison prévue début 2022), le futur lycée de Meyzieu (démarrage des travaux en avril 2020, pour une livraison prévue en septembre 2022 pour les élèves de seconde), l’extension du lycée de la Plaine de l’Ain à Ambérieu-en-Bugey (démarrage des travaux mi 2021 et livraison prévue été 2022), les futurs lycées de Meximieux, (objectif rentrée 2023 –élèves de seconde), de Bons en Chablais (objectif rentrée 2024) et du Pays de Gex (objectif rentrée 2029).

» Vers une structuration accrue de la filière de construction bois






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


MaPrimeRénov’ devient accessible aux bailleurs


Ceci va permettre aux propriétaires bailleurs de déposer leur demande d’aides pour tous les travaux éligibles réalisés depuis le 1er octobre 2020.


La FFB et la ministre chargée du logement satisfaites du succès de Maprimerénov’

nullEmmanuelle Wargon a, lors du congrès national de la FFB, évoqué les derniers chiffres très positifs du dispositif, et les ambitions du gouvernement en matière de rénovation. Elle a également appelé qu’un nouvel accompagnement allait arriver en 2022.


L’adaptation des logements au grand âge, objet de la visite de deux ministres

La ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, et la ministre déléguée en charge du logement, Emmanuelle Wargon, étaient mercredi et jeudi en déplacement à Genas, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune et Lyon.


Les fédérations évoquent un « succès collectif » sur la RE2020

null
Un accord a été trouvé sur la RE2020 dans le cadre du CSCEE du 13 avril. Les organisations signataires se sont félicitées de celui-ci.


La Métropole amplifie le dispositif «Ecoréno’v» pour la rénovation des logements

null
La collectivité amplifie ses efforts en termes de rénovation thermique des logements, avec l’adoption mardi d’un nouveau règlement pour le dispositif. Pour le présenter, une visite était organisée jeudi dans une copropriété du 8ème arrondissement de Lyon.


L’ex-collège Truffaut, futur lieu de vie du 1er arrondissement


Une visite du site qui accueillera à terme une résidence étudiante, un hostel, une crèche et des tiers lieux, était organisée mercredi en présence du maire de Lyon et du président de la Métropole.


Selon la CAPEB, les travaux d’accessibilité sont plus que jamais nécessaires

Pour la CAPEB Rhône et Grand Lyon, les travaux d’accessibilité pour sécuriser les seniors en perte d’autonomie sont encore plus nécessaires avec la Covid-19.


La Région a lancé son plan de soutien aux étudiants et aux jeunes

null
Ce plan vise à garantir une protection sanitaire au monde étudiant, apporter un soutien alimentaire et psychologique aux étudiants, et accompagner la jeunesse vers l’emploi.


247.323 logements rénovés grâce à l’Anah en 2020

null
L’agence nationale de l’habitat a enregistré une hausse de 58,8% des rénovations de logements l’an dernier. Et compte financer la rénovation de 600.000 logements en 2021.


La Métropole de Lyon a voté sa PPI 2021-2026

null
La programmation pluriannuelle des investissements totalise 3,6 milliards d’euros, dont 944,6 millions dédiés à l’urbanisme.


MaPrimeRénov’ élargie à tous les propriétaires

null
L’aide est désormais ouverte à tous les propriétaires occupants et tous les syndicats de copropriétaires.


La CAPEB reçue par la Métropole le 14 janvier sur la ZFE

La CAPEB Rhône et Grand Lyon sera reçue par la Métropole concernant la zone de faibles émissions, qui a été durcie au 1er janvier.


La CAPEB satisfaite de la qualification RGE «chantier par chantier»

Depuis l’entrée en vigueur au 1er janvier de l’arrêté du 24 décembre 2020, une expérimentation est lancée pour deux ans afin de mettre en œuvre la qualification RGE « chantier par chantier ».


Ingénierie : le ralentissement impacte le secteur

Les sociétés d’ingénierie sont toujours impactées par le ralentissement économique, selon la dernière édition du baromètre économique de Syntec-Ingénierie.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.