Le covoiturage, solution de mobilité dans le PIPA

Des lignes de covoiturage sont mises place pour se rendre au travail dans la plaine de l’Ain, une solution qui a pour but de pallier l’absence de transport en commun.

À partir de mars, les milliers de travailleurs du parc industriel de la plaine de l’Ain (PIPA) et de la centrale nucléaire du Bugey pourront expérimenter des lignes de covoiturage et se rendre par ce biais sur leur lieu de travail. Cette solution a pour but de pallier l’absence de transport en commun et de limiter le nombre de voitures en circulation ne comportant qu’un seul passager. L’accès à l’emploi pourrait en outre être facilité.

4 lignes fixes

Le service a été nommé Covoit’ici. Il sera expérimenté sur 4 lignes fixes pour partager ses trajets jusqu’au mois de juin 2021. Celles-ci relieront ainsi les communes environnantes de l’Ain et du Nord-Isère au Parc, avec une ligne Ambérieu > Leyment > Sainte Julie > PIPA > Centrale EDF, une autre ligne Meximieux > Sortie A42 Pérouges > PIPA > Centrale EDF, mais aussi une ligne Montalieu Vercieu > Sault-Brenaz > Saint Sorlin> Rond-point de Lagnieu > PIPA > Centrale EDF. La dernière relie plusieurs autres polarités à savoir Tignieu-Jameyzieu > Loyettes > Centrale EDF > PIPA.

Ce projet de covoiturage est porté par la communauté de communes de la Plaine de l’Ain, celle des Balcons du Dauphiné, mais aussi EDF et le SMPIPA. Le premier objectif de ces acteurs est de permettre aux personnes sans permis de conduire ou sans voiture de pouvoir se déplacer plus facilement. Il s’agit notamment pour le PIPA d’un enjeu majeur en matière d’attractivité, qui peine à recruter alors que son activité ne cesse de se développer.

« Faciliter l’accueil et le transport des personnes »

Pour Pierre Boyer, directeur de la centrale EDF de Bugey, « participer à cette expérimentation auprès de la CCPA est primordial dans cette période de Grand Carénage, vaste programme industriel où le site de Bugey va accueillir plus de 4.000 intervenants ». « Faciliter l’accueil et le transport des personnes amenées à traverser le PIPA et travailler avec nos équipes témoigne de notre engagement à participer pro activement aux projets portés par les collectivités du territoire. Cette initiative inédite est aussi une réponse aux enjeux environnementaux, elle contribue à l’essor de la mobilité durable et à la réduction de l’empreinte carbone des usagers. »

Pour Jean-Louis Guyader, président de la communauté de communes de la plaine de l’Ain, et du syndicat mixte du PIPA, « il s’agit d’une expérimentation pour faciliter l’accès des employés aux entreprises du PIPA et de la centrale du Bugey et ainsi de permettre à ces entreprises de poursuivre leur développement. Cette innovation a pour avantage de proposer une alternative mobilité respectueuse de l’environnement à un coût raisonnable ».

L’autre objectif est également de proposer une solution de transport à coût réduit, puisque les passagers ne paieront qu’un euro par trajet et voyageront gratuitement au-delà de 10 allers-retours dans le mois.

14 arrêts, trois plages horaires

14 arrêts sont mis à disposition par Covoit’ici. Les usagers peuvent les rejoindre pour se déplacer dans un sens comme dans l’autre. « Grâce à l’application mobile ou un parcours SMS, le passager n’a pas besoin de réserver à l’avance ; il se rend à l’arrêt et peut avoir une estimation du temps d’attente. Les conducteurs se géolocalisent grâce à l’application au moment où ils démarrent et sont indemnisés pour la mise à disposition de sièges libres, même s’il n’y a pas de passager à l’arrêt. Les conducteurs sans application mobile peuvent également partager leur trajet si un passager est en attente quand ils passent (ils en sont informés grâce à des panneaux lumineux en amont des arrêts) », explique le PIPA.

Les trajets sont garantis sur trois plages horaires, ouvertes de 4h du matin à 22h, du lundi au vendredi. Ces plages sont de 6 heures à 9 heures, de 12 heures à 14 heures et de 16 heures à 19 heures. Les conducteurs seront par ailleurs indemnisés à hauteur de 0,50 centimes d’euros par trajet lorsqu’ils conduiront de 4 heures à 9 heures, de 12 heures à 14 heures et de 16 heures à 22 heures. « En offrant cette importante amplitude horaire, Covoit’ici espère également toucher les travailleurs de nuit », indique le PIPA.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un projet de 50.500 m² de plateforme logistique vendu à Pont d’Ain

null
Sorovim a accompagné PRD dans la promotion et la vente de ce projet.


Relative bonne tenue du marché français des entrepôts

La baisse du marché locatif sur neuf mois a été contenue à -33%, avec 1.645.000 m² commercialisés sur le marché français des entrepôts de plus de 10.000 m².


L’édition 2020 du CIEL n’aura pas lieu


Le salon qui devait se tenir ce mercredi 14 octobre au Palais de la Bourse est reporté en juin prochain.


La dégradation de la situation sanitaire place la Métropole en alerte maximale

La reprise de l’épidémie de Covid-19 a fait réagir le maire de Lyon et le président de la Métropole, qui dénoncent une opération de communication de la part de Jean Castex. Des évènements sont remis en cause, dont le CIEL.


Villette D’Anthon : 6ème Sens Immobilier réalise une importante acquisition

L’achat de cet ancien site du groupe AFTRAL vise à la réalisation d’un projet logistique.


La neutralité carbone visée pour les bureaux de JLL à horizon 2030


Le conseil en immobilier d’entreprise a fait cette annonce à l’occasion de la Climate Week.


6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


Le confinement a impacté la construction de locaux

Le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a dévoilé ce mercredi ses chiffres d’autorisations à la construction et de mises en chantier de locaux non résidentiels.


Mauvais semestre pour l’immobilier logistique

La crise du coronavirus a eu un impact négatif sur la demande placée, a souligné Arthur Loyd Logistique.


Nette baisse de la demande placée en Ile-de-France au 1er semestre

La demande placée de bureaux en Ile-de-France est en repli de 40 % par rapport au premier semestre de l’année dernière, selon Immostat. Ce dernier a également fait part des chiffres de l’investissement et de l’immobilier logistique.


Volume record de 3,2 milliards d’euros d’externalisations en 2019

JLL a fait part de son analyse du marché des externalisations en Europe.


Vers l’accueil d’une importante plateforme logistique au nord de Saint-Etienne Métropole

Axtom acquiert un foncier de près de 16 hectares dans la zone Opera Parcs. ID Logistics va y construire un important projet immobilier représentant 80 millions d’euros d’investissement.


CIEL 2020 : la CMA s’associe à la CCI


La 2ème édition du « carrefour de l’immobilier d’entreprise à Lyon » associera cette année la Chambre de métiers et d’artisanat du Rhône, qui avait organisé l’an dernier la première édition de « l’Artisan et le Territoire ».


Renouvellement de partenariat entre Bjorg et Rhenus

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat pour une durée de six ans.


BNP Paribas Real Estate va davantage intégrer la biodiversité


Le conseil a indiqué s’engager à l’intégrer dans toutes ses activités en Europe.