Villeurbanne signe un protocole d’accord avec le Procureur de la République

Le Procureur a proposé à la Ville d’expérimenter une nouvelle procédure de traitement des infractions pénales correspondant aux contraventions, de la 1ère à la 5ème classe.

« Le Procureur de la République a proposé à la ville de Villeurbanne d’expérimenter une nouvelle procédure de traitement des infractions pénales dans le cadre de la stratégie coordonnée de pacification de l’espace public initiée entre la Préfecture, le parquet et la Ville.

Il s’agit ainsi des atteintes aux personnes, aux biens ainsi que les actes qui troublent la sécurité et la tranquillité publique, tels que les tapages, les entraves à la circulation, ou encore les outrages sexistes.

L’objectif principal du protocole est d’apporter une réponse globale plus rapide, coordonnée et de réduire l’impunité sur certaines infractions relevées par la police nationale ou municipale qui ne constituent pas des délits. Les mesures n’ont d’efficacité que si elles sont mises en œuvre dans des délais extrêmement courts et de manière concertée, afin de garantir la cohérence et la crédibilité de la réponse vis-à-vis des contrevenants », notent la ville et le Procureur de la République dans un communiqué.

Ce nouveau dispositif révélé ce mercredi associera un représentant du maire et du Parquet (délégué du Procureur spécialisé dans les questions de tranquillité publique) afin d’opérer conjointement un « rappel à la loi et aux obligations citoyennes » lors d’une audience qui se tiendra au tribunal de proximité. « Il pourra, le cas échéant, s’accompagner d’une indemnisation du préjudice au profit des victimes et de mesures de réinsertion. Par exemple, une obligation de suivre un stage (citoyenneté, sécurité routière…) ou de réaliser un travail non rémunéré (cf. les mesures détaillées ci-dessous). Le dispositif concerne aussi bien des personnes majeures que mineures. Le rythme des audiences est fixé par le délégué du procureur dans un délai maximum de 15 jours après l'infraction », notent-ils.

Les élus de la ville ont voté à l’unanimité la participation à ce protocole lors du conseil municipal du 22 février avec une mise en application en mars 2021 . Ce dispositif fera l’objet d’une évaluation annuelle.

La Ville et le Procureur de la République ont détaillé par la suite les mesures, la prise en compte des victimes et l’orientation en cas d’échec, présentées ci-après.

Les mesures

Le cadre juridique dans lequel s'inscrit ce dispositif est celui de l'alternative aux poursuites. A la suite d’une évaluation de la situation, la réponse peut prendre différentes formes :

-Rappel aux obligations légales et citoyennes
Il s'agit juridiquement d'un rappel à la loi (mesure ordonnée par le procureur) mais qui donne également lieu à un rappel à l'ordre (mesure relevant du maire).

-Rappel à la loi sous condition
Le rappel à la loi peut s’accompagner d'une « condition avant classement » (condition pour qu’il n’y ait pas de poursuite devant un tribunal). La mesure alternative est dès lors indiquée dans le procès-verbal :
• Indemnisation de la victime ;
• Orientation sanitaire, sociale ou professionnelle ;
• Versement d’une amende au Trésor public ;
• Réalisation de stages, par exemple : sensibilisation aux dangers de l'usage de stupéfiants, citoyenneté, responsabilité parentale, sécurité routière, responsabilisation pour la prévention et la lutte contre les violences au sein du couple et sexistes,...

-Le travail non rémunéré peut être proposé pour :
•Les délits punis d'une peine d'amende ou d'une peine d'emprisonnement d'une durée inférieure ou égale à 5 ans ainsi que, le cas échéant, pour une ou plusieurs contraventions connexes ;
•Les contraventions de 5e classe (amendes pénales de 1500 euros voire 3000 euros en cas de récidive dans un délai d’un an).

-La transaction
Elle est proposée par le maire, acceptée par le contrevenant et doit être validée par le délégué du procureur spécialisé. Elle concerne les contraventions constatées par procès-verbal par les agents de la police municipale. Elles sont commises au préjudice de la commune au titre de l'un de ses biens. La transaction peut consister en l'exécution d'un travail non rémunéré au profit de la commune (30 heures) qui doit alors être validée par un juge.

-Les mesures spécifiques pour les mineurs
En amont de l’audience avec le délégué du Procureur et le représentant de la Ville, une évaluation socio-éducative est réalisée par un éducateur de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) en présence du mineur et de ses représentants légaux. Cette rencontre permet, outre l’évaluation globale de la situation socio-éducative, de contribuer à une décision la plus individualisée possible.

-Les mesures qui pourront être ordonnées pour les mineurs sont :
•Le rappel aux obligations légales et citoyennes
•Le rappel à la loi sous condition : indemnisation, orientation sanitaire
•Une action de sensibilisation / justice de proximité.
Cette dernière mesure est mise en œuvre par le service de la PJJ de Villeurbanne dans le cadre d’actions de citoyenneté, de prévention des risques afin d’apporter une réponse adaptée à l’infraction commise. Cette action donne lieu à un bilan individuel pour chaque mineur qui est transmis au délégué du procureur.

La prise en compte des victimes

L'information des victimes : En même temps qu’elle délivre la convocation à l’auteur des faits, la police nationale ou la police municipale informe la victime de la possibilité de prendre conseil auprès d'un avocat ou d'une association d'aide aux victimes.

L'indemnisation des victimes : le délégué du procureur apprécie le montant de l'indemnisation au vu du chiffrage (accompagné de justificatifs) transmis par la victime. Outre, l'indemnisation du préjudice, en cas de dégradations, l’auteur des faits doit procéder à une remise en état lorsque cela est possible.

L’orientation en cas d’échec

En cas de carence du contrevenant, une nouvelle convocation peut lui être délivrée par les services de la police municipale. En cas de non comparution, le délégué du procureur spécialisé devra dresser un PV de carence. La procédure est alors transmise à l’officier du ministère public pour mise en œuvre d’une ordonnance pénale ou pour comparution devant le tribunal de police.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.


Ouverture de la Clermont Innovation Week

Clermont Auvergne Métropole organise de nouveau cet évènement cette année. Prévue initialement au printemps 2020, la 3e édition n’avait pas pu se tenir du fait du confinement.


Le prolongement de la ligne T2 à Confluence a été mis en service

nullLe Sytral renforce par ce biais la desserte de ce quartier du deuxième arrondissement de Lyon.


Villeurbanne : réunion publique sur la 3ème tranche du cours Emile-Zola le 30 mars

Cette réunion sur le réaménagement de la troisième tranche du cours Émile-Zola, mais aussi sur le projet Liberté-Faÿs, se tiendra en visioconférence.


Pierre Taillardat, président du directoire du fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes

Le dirigeant, qui possède a été recruté par Siparex, qui assure la gestion du nouveau fonds présenté lundi par le président de la collectivité, Laurent Wauquiez.


Le projet de ligne LCE lancé entre Part-Dieu et Genas / Saint Exupéry

Le Sytral a voté ce lundi l’engagement de cette opération de ligne de bus à haut niveau de service dans l’Est lyonnais.


Ligne par câble Francheville / Lyon: un garant de la CNDP pour la concertation

Le Sytral a évoqué lundi les modalités de concertation pour la ligne par câble entre Francheville et Lyon 7ème, amenée à desservir à terme Sainte-Foy-lès-Lyon, Francheville, et la Mulatière.


Auvergne-Rhône-Alpes lance un fonds souverain de 100 millions d’euros

null
La Région a annoncé lancer un fonds visant « à renforcer les champions régionaux de l’industrie et conforter la souveraineté économique du territoire ».