Inauguration du «passage France Péjot» dans le 2e arrondissement de Lyon

Ce passage sous l'échangeur de Perrache, qui a pris le nom d’une grande héroïne lyonnaise de la Résistance, permet une meilleure liaison entre la place des Archives et la place Carnot.

La phase 1 du projet « Ouvrons Perrache » s’est achevée ce lundi avec l’ouverture d’une nouvelle liaison dédiée aux modes actifs, le « passage France Péjot », et ce après plus de 3 ans de travaux. Cette ouverture intervient après l’aménagement de la place des Archives, l’ouverture d’un nouvel accès à la gare SNCF côté Sud, mais aussi après le prolongement du tramway T2 jusqu’à l’arrêt Montrochet-Hôtel de Région.

Ce passage, qui était auparavant une étroite voie routière, a connu une véritable métamorphose pour devenir un espace apaisé et sécurisé réservé aux piétons et cyclistes. Ceci permet ainsi aux modes actifs, piétons et vélos, de passer sous l’échangeur de Perrache, et d’accéder rapidement aux deux places, la place Carnot ou la place des Archives.

Le passage France Péjot (Laurence Danière/Lyon Confluence)

En clair, la coupure urbaine au niveau 0 de l’échangeur a disparu, et il est désormais possible pour le passant de marcher de l'une à l'autre des places sans monter à l’un des étages du pôle de Perrache, ce qui était auparavant impossible. Pour leur part, les véhicules qui empruntaient le passage jusqu’à l’été 2018 utilisent dorénavant des itinéraires de substitution.

Concernant le passage, la voûte comprend une large piste cyclable de 4 mètres - ponctuellement élargie au droit de la partie centrale et de l’accès livraison du centre d’échanges - et un large trottoir de 3.5 mètres pour les piétons et les personnes à mobilité réduite.

Un espace à ciel ouvert à mi-parcours

L’aménagement du passage a permis la création d’un espace à ciel ouvert à mi-parcours grâce à une percée directe sur la place Carnot, à la faveur de la déconstruction de bureaux situés dans le Centre d’Echanges, menée par Gautier+Conquet architectes. Un espace à ciel ouvert a ainsi pu être créé, celui-ci étant bordé par une placette, avec une vue sur les jardins de Perrache et le Château Perrache. Sur cette placette, auparavant occupée par les voitures, des arbres ont été plantés : érable champêtre, érable de Montpellier, sorbier des alpes, cormier, tilleul à petites feuilles. Le parti pris ambitieux en matière d’éclairage permet en outre au passage France Péjot de faire la part belle à la lumière. Une immense fresque a en outre été réalisée par les artistes de Cité Création, qui ont investi les murs, rendant ainsi hommage à l’architecture lyonnaise, aux paysages et à la mobilité.

Le passage France Péjot (Laurence Danière/Lyon Confluence)

« Grâce à ces aménagements, Perrache devient plus confortable, permettant de passer rapidement et sans contrainte du tramway au train, du train au métro, du métro au vélo et de répondre à l’accroissement du nombre d’usagers et de voyageurs », notent la Ville de Lyon, la Métropole de Lyon, et la SPL Lyon Confluence.

France Péjot, une héroïne lyonnaise de la Résistance

Le passage a été inauguré lundi en présence de Bruno Bernard, président de la Métropole, de Grégory Doucet, maire de Lyon, et de Jean-Michel Jarre, fils de France Péjot, une héroïne lyonnaise de la Résistance.

France Péjot, dite Francette, avait rejoint en janvier 1942, le mouvement de résistance Franc-Tireur comme agent de liaison, et était devenu la secrétaire du chef de ce mouvement Jean-Pierre Lévy. Son appartement place des Jacobins et sa boutique rue Emile Zola sont une des bases du réseau.

Le 24 octobre 1942, elle est arrêtée, avec sa collègue et amie Micheline Eude-Altman et emprisonnée jusqu’en février 1943 à la prison Saint-Joseph de Lyon réservée aux femmes. À la fin de la même année, elle échappe à l’arrestation de la milice et rejoint Paris où plusieurs membres dirigeants du réseau Franc-Tireur se sont réfugiés. Elle devient un de leurs agents de liaison.

Le 30 juin 1944, elle est arrêtée par Friedrich Berger de la police allemande et elle est déportée par le dernier convoi du 25 août vers le camp de concentration de Ravensbrück. Lorsqu’en avril 1945, le camp est évacué, France parvient à s’échapper dans un bois vers le centre de rapatriement de Leipzig d’où elle retourne en France en voyageant sur le toit d’un wagon. En 1946, elle donne naissance au futur musicien Jean-Michel Jarre, fruit de son union avec le compositeur Maurice Jarre.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Yannick Ainouche, nouveau président de la CDI FNAIM

La Chambre des diagnostiqueurs immobiliers s’est dotée ce jeudi d’un nouveau bureau.


Un vaste projet d’apaisement pour la presqu’île de Lyon

Le maire de Lyon et le président de la Métropole ont présenté ce mercredi les grandes orientations de la transformation envisagée de ce secteur de Lyon.


Saint-Priest : vente d’un immeuble de New Forest par Nexity

Theoreim a investi dans le premier immeuble de bureaux bas carbone de l’opération située dans la ZAC Urban’East.


Tassin-la-Demi-Lune : un dispositif d’analyse de la qualité de l’air

Pascal Charmot a lancé ce dispositif d’analyse de la qualité de l’air et de l’environnement sonore, suite à un « développement de la congestion automobile ».


L’ANAH promeut sur les bons réflexes face aux risques de fraudes

L’Agence nationale de l’habitat a rappelé les bonnes pratiques lors de la réalisation de travaux de rénovation énergétique, face aux risques de fraude.


Concertation sur la « Voie Lyonnaise 2 »

nullCette autoroute à vélo se développera à terme sur 32 kilomètres entre Cailloux-sur Fontaines au nord à Mions au sud. La concertation qui débute le 6 juin concerne la section qui va du Rhône à l’avenue Berthelot.


La validation du ticket TCL en direct par carte bancaire désormais possible

SYTRAL Mobilités a lancé ce lundi le service « TCL carte bancaire », qui vise à favoriser une mobilité connectée pour des voyages simplifiés dans l’agglomération lyonnaise.


Mise à l’eau de la coque du théâtre Île Ô

La méga coque du futur théâtre, une structure béton de près de 500 tonnes, qui mesure 38,33 mètres de long, 11,4 mètres de large par 2,9 mètres de hauteur, est maintenant posée sur l’eau.


Quanta Lyon, dernier immeuble du Bioparc de Lyon 8e

nullLa première pierre de ce futur accélérateur biotechnologique et digital a été posée il y a une dizaine de jours. Cet immeuble sera le dernier de cette opération d’aménagement urbain débutée il y a plus de 20 ans.


« La Fabric » accueille ses locataires

Cette nouvelle résidence de Lyon Métropole Habitat située au sud de Lyon Gerland accueille ses locataires depuis le 12 mai.


Bientôt des annonces sur la ligne LCO

La Métropole devrait dans les prochaines semaines dévoiler les arbitrages sur la ligne de transports Centre Ouest, qui reliera Ecully à la Part-Dieu.


L’ex-tour du CIRC au centre d’un appel à projet lancé par la Ville de Lyon

Le centre international de recherche sur le cancer étant amené à déménager à Gerland, la Ville de Lyon prépare l’après, avec le lancement d’un appel à projet pour une requalification future du site avec l’appui du C40.


Voies Lyonnaises : les travaux de la ligne 3 débutent

Les travaux vont débuter ce lundi sur le territoire de la commune de Couzon-au-Mont d’Or.


Le téléphérique Francheville / Lyon ne se fera pas

Dans un communiqué, le SYTRAL a fait part du bilan de la concertation portant sur l’opportunité de réalisation d’un transport par câble entre les deux villes. Celui-ci montre une forte opposition de la population.


La Métropole de Lyon lance la solarisation de son patrimoine immobilier

Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé pour installer des installations photovoltaïques sur plusieurs de ses bâtiments.