La Ville de Lyon a présenté son nouveau SPASER

Le schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables fixe un nouveau cap pour les achats publics de la Ville.

Le SPASER, schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables, fixe un nouveau cap pour les achats publics de la collectivité, dont le montant est estimé à environ un milliard d’euros sur le mandat et concerne environ 4.000 entreprises.

Une commande publique de 200 millions d’euros par an

La loi du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire impose aux collectivités territoriales dont le montant d’achat public dépasse les 100 millions d’euros de se doter d’un schéma des achats responsables. La Ville de Lyon s’est, de fait, dotée en 2016 d’un premier schéma (SPAR), sa commande publique s’élevant à 200 millions d’euros par an. Et en 2021, le nouvel exécutif, après avoir tiré le bilan de ce premier document et face à l’impact croissant des crises climatique et écologique, sociale et sanitaire sur la qualité de vie des lyonnaises et des lyonnais, a élaboré un nouveau schéma d’achats durables, le SPASER.

Il s’agit selon la Ville d’un « véritable levier d’action » pour adapter sa stratégie d’achats et ses pratiques quotidiennes, ce nouveau document fixant « des objectifs forts en matière d’emploi de personnes en insertion, de diminution des perturbateurs endocriniens et autres polluants, de livraison par des moyens décarbonés, de lutte contre les discriminations, d’accès des PME locales et des acteurs de l’économie sociale et solidaire aux marchés publics».

4 thématiques

Le document est construit autour de 4 thématiques : la transition écologique, l’inclusivité, la protection de la santé et d’une alimentation saine des habitantes et des habitants, des agentes et des agents de la Ville, le développement économique responsable et vertueux du territoire.

La Ville de Lyon a ainsi souhaité réinterroger toute sa stratégie d’achat, avec un certain nombre de questions «Peut-on réparer, entretenir, rénover plutôt que d’acheter un équipement neuf ? Existe-t-il une offre de produit d’occasion ou recyclé qui répond au besoin de la Ville ? Ce marché peut-il être réservé au secteur du handicap ou aux acteurs de l’économie sociale et solidaire, ou faire l’objet d’une clause d’insertion ? »

Partenariat avec les entreprises

La collectivité indique que la mise en œuvre du SPASER se fera en partenariat avec les entreprises afin d’accompagner le tissu économique dans ses changements de pratiques et agir ensemble pour plus de transition écologique et de justice sociale.

« Nous sommes convaincus que transition écologique doit se faire avec les entreprises dans une relation partenariale. Les acteurs économiques du territoire seront régulièrement consultés afin d’avancer ensemble et être au plus près des réalités », précise Audrey Henocque, première adjointe au maire de Lyon en charge des finances, de la commande publique et des grands évènements.

Une première séance d’échanges et d’ateliers s’est déroulée le 5 octobre 2021, avec les acteurs du monde économique et le maire de Lyon, Grégory Doucet, Audrey Henocque, Sylvain Godinot, adjoint délégué au patrimoine et à la transition écologique, et Camille Augey, adjointe déléguée au commerce et à l’emploi.

La Ville prévoit également une meilleure information du monde économique sur les marchés de la ville, par une diffusion régulière auprès des acteurs du territoire (CRESS, CCI, CMA, CAPEB, CGPME...). « Il s’agit également d’accompagner la transition écologique du secteur du BTP, qui totalise 63 millions d’euros de dépense annuelle », note la Ville. Raphaël Michaud, adjoint au maire de Lyon en charge de l’urbanisme et du logement a lui mis en avant « les constructions bas carbone et économes en énergie au centre du nouveau schéma des achats de la Ville de Lyon ».

Plusieurs objectifs à horizon 2026

La commande publique à la Ville de Lyon, c’est 200 millions d’euros par an, et concerne 4.000 entreprises et 600 marchés publics.

Les objectifs 2026 du SPASER intègrent notamment une proportion de 50% des marchés publics pour les TPE et PME du territoire, 100% de consultations soumises à l’évaluation de leur impact carbone, 30% des marchés de prestations intellectuelles par des mobilités décarbonées, 150.000 heures d’insertion par an contre 80 000 heures prévues actuellement, 100% des marchés d’équipement de la ville intégrant des objectifs d’accessibilité, mais également un chantier expérimental par an et par direction sur les matériaux biosourcés et le réemploi.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


France Rénov’, nouveau nom du service public de rénovation de l’habitat

Celui-ci délivrera à compter du 1er janvier 2022 l’information, le conseil et l’accompagnement des ménages.


Eiffage Immobilier cède un immeuble de bureaux à Jonage et Pusignan

C’est JLL qui a accompagné cette opération.


La proximité d’un espace vert positif pour les prix des logements… mais pas à Lyon

nullC’est le constat dressé par Meilleurs Agents, leader de l’estimation immobilière en ligne.


Silex² récompensé aux « Trophées du Cadre de vie »

Le projet de rénovation extension de la tour EDF opéré par Covivio a obtenu une récompense au festival national FimbACTE.


Téléphérique Francheville/Lyon : approbation des objectifs et modalités de la concertation

nullLe comité syndical du SYTRAL se réunissait ce lundi.


La friche Fagor Brandt accueillera encore des évènements culturels pendant 2 ans

La Métropole et les acteurs culturels ont indiqué dans un communiqué commun qu’un usage temporaire du site pourra être réalisé jusqu’à novembre 2023.


Une rencontre avec les acteurs économiques sur la ZFE

La concertation sur la zone à faibles émissions se poursuit ce lundi avec les acteurs économiques du territoire.


Décès brutal de Richard Llung, ancien adjoint au logement de Villeurbanne

nullCet homme de gauche avait été, pendant de de nombreuses années, adjoint de Jean-Paul Bret, ancien maire de Villeurbanne. Il fut également vice-président de la Métropole en charge de la planification et de la révision du PLU-H.


Une mission sénatoriale sur la Métropole de Lyon

Le président du Sénat, Gérard Larcher, a annoncé, lors du congrès annuel de l’association des maires du Rhône, une mission sur la gouvernance de la collectivité.


Expérimentation de piétonisation du cours Charlemagne : 3ème réunion publique

null
Celle-ci, qui restituera les résultats de cette expérimentation, aura lieu ce lundi 18 octobre en visioconférence à 18h30.


Vers plus de complémentarité entre le vélo et les transports collectifs

Le réseau de transports en commun de Lyon va, dans la Métropole, accompagner, de manière complémentaire, l’usage du vélo.


Crédit immobilier : un taux moyen à 1.05%, selon CSA/Crédit Logement


L’Observatoire a fait part mardi de son point trimestriel. Les courtiers sont mitigés en matière d’évolution de la production.


L’activité économique se redresse en Auvergne-Rhône-Alpes

L’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes a publié ce mercredi sa note de conjoncture trimestrielle.


Gleizé : 24 maisons passives en bois/paille, sans système de chauffage

L’Opac du Rhône a attribué, en tant qu’aménageur, la réalisation de 24 maisons passives en bois/paille et sans système de chauffage à Mercier Immobilier.


« On se rapproche de la normale »

Stéphane Jullien est le directeur du département bureaux de JLL Lyon. Nous évoquons avec lui la situation du marché lyonnais des bureaux, mais aussi les changements d’approche des entreprises utilisatrices consécutifs à la crise sanitaire.