Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.

Dans son baromètre national des prix de l’immobilier, Meilleurs Agents fait état d’éléments assez positifs depuis la fin du confinement. « À peine trois semaines après la fin du confinement, le marché immobilier retrouve déjà des couleurs. Oublié le mauvais souvenir des 160 000 ventes qui n’ont pu se réaliser durant le confinement, le nombre de transactions enregistrées depuis le 11 mai connaît une progression sans précédent ».

Le site d’estimation en ligne estime à 160.000 les ventes qui n’ont pas été réalisées avec le confinement. Toutefois, en ce début du mois de juin, le marché affiche, selon lui, un niveau d’activité quasi-identique à celui qu’il connaissait l’année dernière à la même époque. Le nombre de nouvelles annonces a, lui aussi, bondi depuis le déconfinement « au point de retrouver un niveau légèrement supérieur à celui de début mars », note le site.

+0,6% à Lyon

Selon les données actuelles sur les prix de l’immobilier, celles-ci ne soutiennent en rien la thèse d’un effondrement immédiat du marché. « En effet, s’il peut sembler loin le mois de février où les principales métropoles françaises voyaient leurs tarifs grimper de 0,7% en un mois avec une pointe à plus de 1% pour quatre d’entre elles (Paris, Lyon, Lille et Rennes), les prix enregistrés au cours du mois écoulé font néanmoins état d’une certaine stabilité », note Meilleursagents.

Sur les dix plus grandes villes de France, en dehors de Paris, seules cinq sont orientées à la baisse, avec des replis relativement limités, de l’ordre de 0,1% à Nice, Nantes et Bordeaux, de 0,2% à Montpellier et de 0,5% à Rennes. Les autres villes voient leurs tarifs continuer à augmenter mais dans de moindres proportions qu’avant le début de la crise du Covid, comme à Lyon et Toulouse (+0,6%), mais aussi à Lille (+0,4%). A Lyon, le prix du m² augmente de 0,6% à 4.905€. A Paris, l’heure est, certes, au ralentissement, mais les prix ne plongent pas véritablement (-0,1% à 10.547€ le m²).

Baisse de la tension

Ce dernier fait d’ailleurs preuve d’une certaine prudence. « Cet équilibre tarifaire ne laisse malheureusement en rien augurer de la suite. En effet, les prix observés au cours du mois de mai résultent pour l’essentiel de négociations actées avant le début du confinement. A cet égard, le mois de juin sera davantage déterminant », indique-t-il.

Le site souligne que si son indice de tension immobilière (ITI) fait toujours état d’un surplus de demande par rapport à l’offre, avec 25% d’acheteurs de plus que de vendeurs à Lille et Strasbourg, et 24% à Toulouse, « il montre également une baisse de la tension au niveau des acquéreurs ». Meilleurs Agents note ainsi que le marché ne s’est pas effondré à l’issue du confinement, d’après les premiers éléments. Mais « pour autant, il serait naïf de penser que le marché immobilier français sortira parfaitement indemne de la crise économique qui s’annonce ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« Selon les données actuelles sur les prix de l’immobilier », quelle est votre source bande de journaleux incompétents, diffuser des informations mensongères est punissable par la loi.

Signaler un abus

Marcel,
Il n’y a effectivement, pour l’heure, comme l’affirme Meilleurs agents, aucune donnée de nature à montrer un effondrement des prix. Les premières statistiques LPI-Seloger sur le mois de mai vont, peu ou prou, dans le même sens que celles de Meilleurs agents. Leur baromètre de mai affirme même que les prix augmentent. Les données notaires portant sur cette période d’après confinement ne seront quant à elles disponibles que début octobre… Mais je reste néanmoins preneur de toutes les sources de nature à montrer un signal de retournement. Ce qui pourrait, sans aucun doute, intervenir en fin d’année.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Baisse des transactions au premier trimestre, selon Laforêt

nullLe réseau d’agences franchisées a fait part en ce début de semaine de son point d’activité trimestriel.


La hausse des prix de l’immobilier de luxe a ralenti à Lyon en 2021

C’est le constat récemment dressé par Coldwell Banker et PriceHubble.


Prix de l’immobilier : LPI-Seloger constate un ralentissement

LPI Seloger a fait état fin février de son baromètre national des prix de l’immobilier. Au niveau national, les prix sont en hausse, même si cette progression s’émousse dans les grandes villes.


La hausse des prix ralentit en France et en Auvergne-Rhône-Alpes

LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. La hausse des prix des logements anciens ralentit, y compris à Lyon. LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. En France, le prix du m² signé sur 3 mois est en hausse de 1,6% 3.385€. LPI […]


En France et en Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des maisons bondissent

nullLes notaires de France ont publié leur note de conjoncture avec de chiffres compilés à fin novembre 2021. Les prix des appartements et des maisons sont en hausse dans la région, notamment à Saint-Étienne.


Forte hausse de la demande en Savoie / Mont-Blanc


La FNAIM Savoie Mont Blanc organisait jeudi une conférence de presse pour faire le bilan de l’année 2021 sur les marchés immobiliers de l’Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.