Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.

Orpi, dans son bilan annuel des prix de l’immobilier, a fait part des grandes tendances de marché. Et parmi celles-ci, 2020 aura marqué le grand retour de la maison individuelle. « La maison individuelle est devenue le synonyme du logement idéal », affirme ainsi Orpi. Du côté des acquéreurs, dès le mois de juin, un pic exceptionnel de + 45% de recherches d’achat a été comptabilisé sur le site du réseau par rapport à la même période en 2019. Cette tendance s’est poursuivie tout l’été, et concerne également les jeunes locataires, avec 30% des recherches de maisons effectuées par des locataires entre 18 et 25 ans.

« Un projet immobilier s’organise sur le long terme, et la crise n’incite pas à se précipiter. Il y a toujours une période de transition entre le rêve et la réalité ; or le dernier trimestre a été particulièrement difficile sur le plan économique et sanitaire, ce qui a aussi contraint certains candidats à l’achat à reporter leur projet», note Christine Fumagalli, la présidente d’Orpi.

Le réseau note que le parcours d’achat s’est particulièrement complexifié cette année, en raison du stop and go des confinements mais aussi du fait de l’impact de la crise et le durcissement des conditions des prêts bancaires. Mais les acquéreurs de maisons ont finalement peu fait évoluer leurs critères : la surface moyenne passe de 100 m² en 2019 à 103 m² en 2020 - insuffisant pour obtenir une pièce en plus avec un budget moyen relativement stable, de 217.617 euros (soit +2,2%). Sur le front des vendeurs, les estimations de maisons n’ont jamais été aussi dynamiques, avec une hausse en juillet et août, de respectivement + 76% et + 78% par rapport à la même période l’an passé sur le site Orpi.com.

« Sur la même période, nous avons constaté chez Orpi une légère hausse des mandats de 16% en juillet et 11% en août. Il n’y a pas de rapport de proportionnalité, car la part de vendeurs rejoint celle des propriétaires curieux, qui souhaitent se rassurer sur la valeur de leur bien, dans un contexte où aucun professionnel ne pouvait prévoir ni la hausse ni la baisse des prix», précise Christine Fumagalli, présidente d’Orpi.

Un bien qui "n'est plus un signe de réussite passé la quarantaine"

Le réseau souligne que l’attrait pour les ce type de biens se confirme également dans les projets d’acquisition des résidences secondaires. « La crise a fait émerger une tendance de bi-résidence permise grâce au télétravail », indique Orpi. De nouveaux profils d’acquéreurs émergent et s’intéressent désormais aux avantages des résidences secondaires, permettant à ce marché de niche de moderniser son image. Lors du sondage Orpi réalisé en juillet dernier, 1 répondant sur 4 déclarait envisager l’achat d’une résidence secondaire.

« L’achat d’une résidence secondaire n’est plus, comme auparavant, un signe de réussite passé la quarantaine : 28 % de ceux qui aspirent acheter une maison secondaire ont moins de 39 ans, 11 % moins de 30 ans. Et un quart d’entre eux est locataire de sarésidence principale », commente Christine Fumagalli, présidente d’Orpi.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.