Grand Stade de l’OL : la garantie du département fait des remous

Michel Mercier, le président du Conseil Général du Rhône, souhaiterait voir votée une garantie d'emprunt de 40 millions en faveur d’OL Groupe pour la construction du Stade des Lumières. Une décision qui fait réagir.

Nouveau tir groupé contre le Grand Stade de l’OL. Michel Mercier, le président du Conseil Général du Rhône, souhaiterait que soit votée la semaine prochaine, lors de la prochaine assemblée départementale, une garantie de 50% d'un emprunt obligataire de 80 millions d'euros que va lever la Foncière du Montout, la filiale d'OL Groupe qui porte la construction de son stade. Une décision qui n’est pas sans provoquer des remous, tant à droite qu’à gauche, et qui mécontente également certains associations comme l'association de contribuables Canol et l'association Déplacements Citoyens.

La Canol et Déplacement Citoyens vent debout

« Fidèle à ses bonnes habitudes dépensières, Monsieur Mercier, Président du Conseil Général du Rhône, va proposer aux conseillers généraux de voter une garantie d’emprunt pour la construction de ce stade à hauteur de 40 millions d’euros ! » dénonce notamment la Canol, qui rappelle en outre la situation financière difficile de la collectivité, et le dérapage des coûts du musée des Confluences. Pour l’association Déplacements Citoyens, le projet de délibération « est un beau morceau de mensonge et d'hypocrisie. »

Une opposition politique

La majorité départementale, elle, est divisée sur ce dossier. Michel Mercier, sur ce dossier essuye l’opposition de Michel Forissier, le maire de Meyzieu, pourtant vice-président du Conseil Général. Mercier va donc asseoir son vote sur les centristes et les socialistes. Les écologistes, eux aussi ne sont pas en reste, et appellent dans un communiqué à ce que Jean Michel Aulas lui-même se porte garant, rappelant que depuis le début, le patron de l’OL « répète à l’envi qu’il n’a pas de problème de financement pour le stade ».

« Pourquoi Aulas, qui a une fortune personnelle conséquente, ne garantit pas lui-même cet emprunt?» questionnent les Verts. Etienne Tête, élu écologiste et avocat des paysans expropriés des terres, se montrait tout aussi incisif, dans une interview au journal 20 minutes. « On apprend qu'il y a eu un deal entre Michel Mercier et Gérard Collomb qui aurait offert de financer le musée des Confluences en échange de l'implication du conseil général dans l'OL Land. C'est une pratique inqualifiable. Et cela montre que ce dossier est dans une vraie difficulté financière» expliquait-il.

Un financement privé, « une illusion »

Car la garantie d'emprunt, si elles est accordée par le département, ne résout pas le problème du financement de l'opération, lequel se monte à 450 millions d'euros. Selon Lyon Capitale, Jean-Michel Aulas aurait d’ores et déjà essuyé le refus de deux banques, et aurait même démarché la Caisse des dépôts et des consignations, pour « finaliser son tour de table ». Le site du journal indique enfin que les opposants au projet ont promis que la délibération serait frappée « d'un recours en référé afin d'obtenir son annulation ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

On nous serine depuis 5 ans qu’OL LAND est un projet privé…

Tu parles… privé de financement plutôt et ce sont les contribuables qui vont payer ???

Signaler un abus

Honte à ces politiques cumulards, dépensiers de l’argent public pour sauver leur carrière et font perdre le triple A. On comprend pourquoi la dette souveraine atteint 1800 milliards. Pour un projet idiot ils ont déjà beaucoup donner de nos impôts et pour ne pas perdre la face et les élections il faut donner encore et encore.
Des travaux titanesques à la dimension des 60000 spectateurs. Travaux proches des maisons de lotissements. Terrassements à deux pas de la Mairie et de l’Eglise de Décines. Accès par les « rues » de Décines et Meyzieu. Des parkings à plus de 7 km. Transports en commun réduits à un tram et quelques lignes de bus.
Un grand stade entouré d’un immense footoir.

Signaler un abus

Quand est que Mr MERCIER VA arrèté de prendre les con..tribuables pour des vaches à lait,(descendez de votre nuage) il y en à marre de vous voire dépenser l’argent que vous n’avez pas malgré tout ce que vous nous soutirez.
A l’inauguration du local de Philipe MEUNIER pour les élections législatives,j’ai demandé à MrMercier pourquoi il avait voté pour la réalisation de ce stade,sachant que les accès n’étaient pas optimum loin de là,ce Mr m’a dit(ne vous inquiété pas ce stade ne se fera pas).Cela est vrai qu’à cette date il était ministre.A bonne entendeur…….

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon 3 : évacuation du square du Sacré-Cœur

117 personnes étaient présentes dans ce square, quasiment toutes de nationalité albanaise.


La Région participe au financement du projet Fourvière

Auvergne-Rhône-Alpes va participer au projet visant reconfigurer le bâti existant, hors lieux cultuels, de ce site, premier de la région en termes de visiteurs.


Signature du pacte métropolitain pour l’innovation

Le ministre de l’aménagement du territoire, Jean-Michel Baylet, et le président de la Métropole de Lyon, Gérard Collomb, ont signé lundi la déclinaison du pacte Etat-Métropoles, acté en juillet dernier.


La Métropole et l’Etat ont signé le protocole de préfiguration du NPNRU


La secrétaire d’État chargée de la Ville, Hélène Geoffroy, et le président de la Métropole de Lyon, Gérard Collomb, ont signé ce document qui concerne plusieurs villes de l’agglomération.


Salon de l’immobilier à Saint-Etienne

Comme l’année dernière, le salon de l’immobilier de Saint-Etienne se tient le même week-end que le salon de l’immobilier de Lyon. L’évènement est organisé par Logic Immo.


Le salon de l’immobilier de Lyon se tient tout le week-end

null
Le salon, débuté vendredi, se tient pendant trois jours à la cité internationale de Lyon.
» Le salon de l’immobilier de Saint-Etienne se tient aussi ce week-end


« Sortir d’une situation où les deux métropoles coopéraient peu »

null
Christophe Ferrari est le président de Grenoble-Alpes Métropole, deuxième métropole de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il évoque avec Lyon Pôle Immo les relations entre les grandes villes de la Région, notamment Lyon et Grenoble.
» « Un PLH extrêmement ambitieux avec la construction de 2.000 logements annuels »
» Encadrement des loyers: « Nous sommes plutôt sur l’horizon 2017-2018 pour arrêter les principes »
» Métropole de Grenoble: demande placée de bureaux en nette hausse en 2016


Cédric Van Styvendael, chevalier de l’ordre national du Mérite

Le directeur général d’Est Métropole Habitat a reçu des mains de la ministre du logement et de l’habitat durable, Emmanuelle Cosse, l’insigne de chevalier dans l’ordre national du Mérite.


Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Pwc signe un BEFA sur 3.100 m²

Des détails ont été dévoilés sur la signature du bail, qui avait été annoncée il y a deux semaines.


Nombreuses réactions après le rapport de la Cour des Comptes sur le logement social

Un rapport thématique de la Cour des comptes a été rendu public la semaine dernière et a fait réagir beaucoup d’acteurs du secteur, dont l’ARRA-HLM et la CGL.


Ferrari répond à Perdriau sur l’absence de coopération entre Grenoble et Saint-Etienne

Le président de la Métropole de Grenoble a indiqué ne jamais avoir reçu de propositions de coopération de la part de la communauté urbaine de Saint-Etienne.


Nouvelle baisse du chômage dans la Métropole en janvier

Les chiffres du chômage publiés vendredi montrent un recul du chômage de 1% sur un mois.


Vers une navette fluviale entre l’Hôtel-Dieu et le centre des congrès

A l’occasion de la présentation des différentes enseignes qui seront présentes au sein de l’Hôtel-Dieu, Gérard Collomb a évoqué cette idée.


La Région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage contre le détachement

Un rapport a été présenté hier lors du conseil régional afin de lutter contre cette pratique.


Bon mois de décembre 2016 pour l’hôtellerie lyonnaise

La bonne performance du secteur s’explique notamment par l’effet de base positif. En décembre 2015, la fête des lumières avait en effet dû être annulée.