« D’importants tènements industriels restent à aménager »

Gilles Buna, vice président du Grand Lyon en charge de l’urbanisme, adjoint au maire de Lyon, conseiller général, rappelle que l’agglomération lyonnaise doit maîtriser sa consommation de foncier. Au centre de l’agglomération, comme en périphérie, la ville doit être reconstruite sur la ville.

en est la réalisation du SCOT de l’agglomération lyonnaise ?

Le SCOT de l’agglomération lyonnaise prévoit de conserver un équilibre 50/50 entre les zones constructibles et les zones non constructibles en raison de leur vocation paysagère et/ou agricole sur les 72 communes concernées par ce document. Le SCOT s’impose aux Plans Locaux d’Urbanisme. Cela implique qu’il ne doit plus y avoir de transfert de type d’occupation des sols au niveau du SCOT.

Cela signifie en particulier qu’il faut construire la ville sur la ville. Nous voulons aussi un développement multipolaire de l’agglomération lyonnaise qui permette de développer l’urbanisation sur des secteurs déjà urbanisés. En effet, l’agglomération lyonnaise doit accueillir 200 000 habitants nouveaux d’ici à 2030.

A ce jour, nous disposons de 9 000 hectares disponibles à la construction, soit l’équivalent de 150 000 logements nouveaux, dont 50 000 pour la ville de Lyon. Dix huit pour cent de ce foncier appartiennent aux secteurs public ou parapublic, ce qui nous laisse une marge de manœuvre.
Globalement, nous devons faciliter la construction notamment de logements, en réduisant la taille des parcelles constructibles, afin d’éviter dans certains secteurs, comme les Mont d’Or, une trop grande consommation du foncier et l’étalement urbain. Les parcelles de 1500 mètres carrés obligatoires dans de nombreux secteurs favorisaient la sélection des populations alors que nous voulons une plus grande mixité.
Une autre marge de manœuvre se situe dans la reconstruction de la ville sur elle-même, notamment dans la périphérie où 70% des logements construits le sont sur des zones de renouvellement urbain.

Cette urbanisation nouvelle est à l’œuvre sur la commune de Lyon, mais aussi dans des communes comme Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron, Oullins.
Cette disponibilité foncière nous a permis de construire plus que les objectifs affichés : 3 300 logements par an contre 3 000 requis. Par conséquent l’évolution du prix médian des appartements dans le centre comme dans la banlieue, est moins forte à Lyon qu’à Bordeaux, Marseille, Nice Toulouse ou Paris.

Il faut donc parfois utiliser des terrains déjà occupés pour les rendre constructibles ?

La collectivité a mené des opérations avec des ZAC où elle a maîtrisé (friches administratives et industrielles). Les promoteurs peuvent également réaliser ce travail de mobilisation du foncier. Ils ont appris à réaliser cette activité en acquérant des terrains, en les remembrant, en les aménageant pour construire.

Quels sont les secteurs qui restent à aménager ?

Au centre de l’agglomération, depuis quarante ans le départ de l’industrie et de certaines administrations (prisons…) a libéré des surfaces très importantes, dans le 2ème arrondissement, le 3ème arrondissement, dans le 7ème arrondissement. Il reste encore dans cet arrondissement, et dans le 8ème, des tènements importants . Nous allons également réaliser la deuxième tranche de la ZAC de l’industrie dans le 9ème arrondissement de Lyon, la 2ème tranche de la Confluence, la ZAC des Girondins à Gerland. Sur le Grand Lyon, des réserves foncières importantes restent également mobilisables sur Villeurbanne ou Vaulx-en-Velin.

Quelle place dans ces secteurs, pour les activités en vue d’une pluralité de fonction ?

Il faut donner la priorité au logement pour éviter l’étalement urbain, en densifiant la ville et en développant les transports en commun. D’ailleurs nous voulons aussi aménager en priorité autour des gares. Nous devons auparavant coopérer avec la SNCF pour des opérations d’aménagement. C’est moins facile avec Réseau Ferré de France qui a des impératifs financiers.

Dans toutes les ZAC que nous aménageons, nous imposons la mixité des fonctions entre habitat et activité, mais aussi en imposant des commerces en rez-de-chaussée. Ainsi que des espaces de respiration avec la création de jardins et en proposant des équipements publics (crèches, écoles, RAM, voire dans certains cas une bibliothèque…).

Recueilli par Sylvain D’Huissel , Lyon Pôle Immo et Michel Deprost Enviscope.com

» « Il faut élever progressivement la densité urbaine »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pour les commerces en rez de chaussée je trouve très dommage que les commerces soient souvent mis au pied d’immeubles d’habitations et non de bureaux.
Pourquoi : comme j’ai le privilège (triste privilège) d’habiter un immeuble neuf Zac du bon lait en BBC A (oui oui) sur un 1er étage oh surprise le moindre bruit de coups, de vibrations se propage super bien via les structures en béton
Donc qui dit commerces, dit :
– travaux : le son des perceuses se propagent super bien
– une fois le commerce monté il y a à supporter les gaines d’aération si restau , les camions de livraison tôt le matin quand les gens dorment
– les gens qui discutent dehors au pied des fenêtres et j’en passe
– et espérons que ce soit pas des commerces ouverts aussi le soir ou le dimanche
(vous l’avez deviné je bosse pas mal et j’ai besoin de me reposer quand je suis chez moi).
Pour un vrai développement durable il aurait été plus judicieux de faire des commerces avec des bureaux au dessus, pour éviter les phénomènes de désertifications des 1er etages difficiles a louer comme on le voit dans le centre; ou alors consacrer le 1er étage à des bureaux pourquoi pas.
Le blogg ou le ninkasi par exemple sont intelligemment placer à côté des zac, mais pas d’habitations au dessus. Si vous densifiez tout, les intérêts ne pourront pas converger car il y a des utilisations de logement ou commerces opposées. Et vu le prix des logements dans le neuf, on devrait avoir le droit d’en profiter en toute quiétude. Ou alors rembourser nous le temps qu’on peut pas en profiter en raison des nuisances sonore (oh oui!!!)

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Grand Saint-Jean » : le projet urbain entre dans sa première phase

Des financements ont été accordés ce 21 juin par l’ANRU au projet de Villeurbanne Saint-Jean. La première étape se déploiera sur une période de 15 ans, pour la partie sud.


Olivier Klein, un ministre du logement bien connu des territoires urbains

null
Le nouveau ministre délégué chargé de la Ville et du Logement était jusqu’ici le président du conseil d’administration de l’ANRU. Il connait ainsi les territoires en renouvellement urbain dans la Métropole.
» Olivier Klein devient ministre délégué au logement


Le « Vallon des hôpitaux », futur quartier équilibré au sud de la Métropole de Lyon

Mixité fonctionnelle, mobilités repensées, mixité sociale : l’abandon du projet de l’« Anneau des Sciences » a transformé le projet urbain situé à Saint-Genis-Laval, à la lisière d’Oullins et de Pierre-Bénite. Les différents acteurs publics, dont les HCL, présentaient mercredi celui-ci lors d’une visite de presse.


Vers une accélération du verdissement de la Part-Dieu

nullBruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et Grégory Doucet, maire de Lyon, ont présenté ce lundi la nouvelle agence de paysagistes chargée d’accélérer la végétalisation de la Part-Dieu.


Urbanisme transitoire : Bouygues renouvelle sa démarche autour de la friche Nexans

Bouygues Immobilier renouvelle sa démarche expérimentale d’urbanisme transitoire autour de la friche industrielle Nexans.


Apsys et Quartus vont repenser le centre d’échanges de Lyon Perrache

Le groupement a été retenu dans le cadre de l’appel à projets visant à requalifier le centre d’échanges de Lyon Perrache. Ceci s’inscrit dans la deuxième phase de l’opération « Ouvrons Perrache ».


Villeurbanne : concertation sur le futur du parking Raphaël-de-Barros

Une concertation sur les aménagements des espaces publics Raphaël-de-Barros a lieu tout au long du mois de juin.


«Nous avons une action très importante pour le foncier économique»

nullBéatrice Vessiller est la vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme. Nous évoquons avec elle le lancement de la révision du SCOT, les grandes opérations d’urbanisme récemment présentées, et les enjeux en matière d’accueil d’activités économiques.


Eiffage Immobilier a inauguré «Évolution » à Rillieux-la-Pape


Le programme compte 88 logements qui vont du T2 au T4. Une grande surface alimentaire a ouvert ses portes il y a quelques semaines au rez-de-chaussée.


ACI, ou le passage d’un site industriel à une opération mixte

nullLe projet porté par BNP Paribas Immobilier et Ginkgo permettra l’éclosion, sur ce site industriel, d’un quartier mixte avec logements, bureaux, locaux, équipements publics, ainsi qu’un parc urbain de 2 hectares. Le T6 desservira l’ensemble.


Le SEPAL travaille sur la révision du SCOT

Il y a une dizaine de jours, un séminaire de lancement de la révision du schéma de cohérence territoriale du territoire se tenait à la Cité de la Gastronomie de Lyon.


Le TEOL, tramway express de l’ouest lyonnais, pour remplacer le métro E

nullSuite à une concertation, SYTRAL Mobilités a indiqué souhaiter introduire un tracé de tramway express enterré à destination de l’ouest lyonnais. Celui-ci serait deux fois moins onéreux pour un service très proche.


Le maire de Tassin déçu par l’abandon du métro E

Pascal Charmot a regretté la décision de préférer la réalisation d’un tramway à un métro. Il craint notamment que les embouteillages soient accentués avec un tramway en surface.


Rue Garibaldi : vers l’ouverture d’une concertation sur l’aménagement du 3e tronçon

Une délibération a été votée en commission permanente pour lancer la concertation sur l’aménagement de ce tronçon entre les rues Arménie-Pensionnat et la Grande rue de la Guillotière.


MLyon : la Métropole de Lyon cède les lots M+M à DCB

Cette signature a été réalisée il y a une semaine, le 2 mai.