« Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines »

Gino Clarus est conseiller transaction chez Century 21 Immobilier République à Décines. Il nous décrit le marché local de Décines.

Comment se porte le marché immobilier de Décines actuellement ?

Aux taux de prêts et conditions actuelles, nous avons un peu plus d’acquéreurs. Mais le marché immobilier de Décines reste malgré tout un peu compliqué.

Compliqué dans quel sens ?

Pour pouvoir fait une estimation objective sur Décines, nous ne pouvons pas nous baser sur le prix au m2 disponible sur internet. Nous nous basons plutôt sur les prix des notaires des 4 à 6 derniers mois. Décines est un marché où nous avons de l’ancien et du neuf qui tendent à énormément se mélanger. Les particuliers sont un peu perdus, car nous avons aujourd’hui du neuf à la valeur des maisons anciennes qui se vendaient l’année dernière. Avec les 290.000 euros qui étaient nécessaires pour acheter une maison l’an dernier ou il y a deux ans, vous pouvez désormais acheter du neuf. Cela devient donc très compliqué pour certains biens dans l’ancien.

Les projets d’urbanisme qui ont été lancés il y a quelques années et qui se concrétisent aujourd’hui impactent-ils le marché de Décines ?

Cela impacte beaucoup le marché de l’ancien. On ne peut pas comparer l’ancien et le neuf, car dans le neuf, on peut être déçu trois ou quatre ans après. Certains clients préfèrent donc acheter dans l’ancien. Mais comme ils entendent que le marché immobilier va mal, on vend rarement au prix. Il y a souvent des offres avec des négociations. Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines actuellement, ce ne sont pas les vendeurs.

Le délai a-t-il augmenté ?

Si les clients nous écoutent sur le prix et ne sont pas trop gourmands, c’est vendu dans le mois. Nous avons récemment vendu une maison en deux semaines, et un appartement en une semaine et demi, parce qu’on était au prix. Mais là encore, il suffit que nous soyons un tout petit peu au-dessus du prix du marché pour que nous ayons des offres à un prix inférieur. La maison qui était à 240.000 euros a ainsi été vendue 225.000 euros, et l’appartement de 80 m2, qui était affiché à 159.000 euros, a finalement été vendu à 148.000 euros. Même si cela a été vendu assez rapidement, cela a fait l’objet de négociations.

Quel est l’état de la demande ?

C’est à peu près la même problématique. On remarque rapidement si on est au bon prix. Sur le marché de Décines,  pour être sûr d’être au prix, il faut tester le marché sur Internet, mettre en ligne des annonces, et voir si nous avons des clients pour le bien. Pour cela, nous avons des statistiques sur nos comptes pros. Là nous voyons éventuellement nos clients pour éventuellement faire des avenants et de se mettre au prix du marché.

Y-a-t-il des différences entre les différents secteurs de Décines ?

Oui. Certains secteurs, comme les Malinières, le parc des Ruffinières, sont très proches du futur stade, et cela a énormément dévalorisé ces secteurs. Quand le stade sera fini, il n’est toutefois pas à exclure que la valeur de ces maisons reparte à la hausse. Pour ma part, je pense que le stade sera un plus une fois terminé. Aujourd’hui, le stade fait peur, mais à terme, Décines pourrait devenir le pôle financier de l’est lyonnais, avec des bureaux, un centre commercial, des centres d’affaires. Tout ceci va générer plus d’emplois, donc plus de locataires et, in fine, plus de demande. Ce sera donc forcément positif à terme, même si pour l’heure c’est plutôt négatif pour les prix. Nous  avons des appartements à vendre dans la résidence les Malinières, qui est proche à la fois du stade et du quartier populaire de Sully. Sur l’un des appartements de cette résidence, affiché à 168.000 euros, la dernière offre se montait à 145.000 euros, alors même que ce sont des appartements qui, il y a trois ans, se vendaient 170.000 euros. Le bien a perdu plus de 20.000 euros du fait de la proximité du stade.

Quel sont les prix des appartements anciens en centre-ville ?

Dans un immeuble ancien des années 1980, un appartement de 80 m2 sans travaux, avec cuisine équipée, on sera aux alentours de 180.000 à 190.000 euros. Mais là encore, il faut prendre en compte l’état de la résidence, qui est très variable, parfois d’un côté de la rue à l’autre. J’ai l’exemple d’un appartement de 64 m2 à 129.000 euros qui ne trouve pas preneur, alors que, dans la résidence juste en face qui est un peu plus récente, avec une belle façade, un appartement de même taille coute entre 160.000 et 170.000 euros, et part très bien. De la même façon, un appartement de 83m2 avenue Jean Jaurès dans la résidence Montebello 1 s’est vendu 216.000 euros, alors que, dans le même temps, un autre appartement de 83 m2 proposé à 176.000 euros, situé à quelques dizaines de mètres, dans la résidence Montebello 2, lui ne se vend pas. Quelques petits détails peuvent jouer, comme notamment la finition de la façade. C’est en tout cas la preuve que le marché est extrêmement compliqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Loi SRU : le ministère communique le bilan triennal 2017-2019

Le ministère chargé du logement a fait part de son bilan triennal 2017-2019 sur les objectifs en matière de production de logements sociaux.


Polémique sur la prolongation de la centrale nucléaire du Bugey

Les écologistes de la Métropole et de la Ville de Lyon demandent à l’Autorité de sûreté nucléaire de refuser la prolongation de 10 ans, tandis que la droite s’insurge contre cette prise de position.


Un appel a candidatures pour lutter contre la vacance des logements

Celui-ci vise à accompagner des collectivités dans leurs démarches de lutte contre la vacance des logements.


Auvergne-Rhône-Alpes emprunte à taux négatif

null
La Région est ainsi la première collectivité française à emprunter sur le long terme à taux négatif.


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.