« Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines »

Gino Clarus est conseiller transaction chez Century 21 Immobilier République à Décines. Il nous décrit le marché local de Décines.

Comment se porte le marché immobilier de Décines actuellement ?

Aux taux de prêts et conditions actuelles, nous avons un peu plus d’acquéreurs. Mais le marché immobilier de Décines reste malgré tout un peu compliqué.

Compliqué dans quel sens ?

Pour pouvoir fait une estimation objective sur Décines, nous ne pouvons pas nous baser sur le prix au m2 disponible sur internet. Nous nous basons plutôt sur les prix des notaires des 4 à 6 derniers mois. Décines est un marché où nous avons de l’ancien et du neuf qui tendent à énormément se mélanger. Les particuliers sont un peu perdus, car nous avons aujourd’hui du neuf à la valeur des maisons anciennes qui se vendaient l’année dernière. Avec les 290.000 euros qui étaient nécessaires pour acheter une maison l’an dernier ou il y a deux ans, vous pouvez désormais acheter du neuf. Cela devient donc très compliqué pour certains biens dans l’ancien.

Les projets d’urbanisme qui ont été lancés il y a quelques années et qui se concrétisent aujourd’hui impactent-ils le marché de Décines ?

Cela impacte beaucoup le marché de l’ancien. On ne peut pas comparer l’ancien et le neuf, car dans le neuf, on peut être déçu trois ou quatre ans après. Certains clients préfèrent donc acheter dans l’ancien. Mais comme ils entendent que le marché immobilier va mal, on vend rarement au prix. Il y a souvent des offres avec des négociations. Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines actuellement, ce ne sont pas les vendeurs.

Le délai a-t-il augmenté ?

Si les clients nous écoutent sur le prix et ne sont pas trop gourmands, c’est vendu dans le mois. Nous avons récemment vendu une maison en deux semaines, et un appartement en une semaine et demi, parce qu’on était au prix. Mais là encore, il suffit que nous soyons un tout petit peu au-dessus du prix du marché pour que nous ayons des offres à un prix inférieur. La maison qui était à 240.000 euros a ainsi été vendue 225.000 euros, et l’appartement de 80 m2, qui était affiché à 159.000 euros, a finalement été vendu à 148.000 euros. Même si cela a été vendu assez rapidement, cela a fait l’objet de négociations.

Quel est l’état de la demande ?

C’est à peu près la même problématique. On remarque rapidement si on est au bon prix. Sur le marché de Décines,  pour être sûr d’être au prix, il faut tester le marché sur Internet, mettre en ligne des annonces, et voir si nous avons des clients pour le bien. Pour cela, nous avons des statistiques sur nos comptes pros. Là nous voyons éventuellement nos clients pour éventuellement faire des avenants et de se mettre au prix du marché.

Y-a-t-il des différences entre les différents secteurs de Décines ?

Oui. Certains secteurs, comme les Malinières, le parc des Ruffinières, sont très proches du futur stade, et cela a énormément dévalorisé ces secteurs. Quand le stade sera fini, il n’est toutefois pas à exclure que la valeur de ces maisons reparte à la hausse. Pour ma part, je pense que le stade sera un plus une fois terminé. Aujourd’hui, le stade fait peur, mais à terme, Décines pourrait devenir le pôle financier de l’est lyonnais, avec des bureaux, un centre commercial, des centres d’affaires. Tout ceci va générer plus d’emplois, donc plus de locataires et, in fine, plus de demande. Ce sera donc forcément positif à terme, même si pour l’heure c’est plutôt négatif pour les prix. Nous  avons des appartements à vendre dans la résidence les Malinières, qui est proche à la fois du stade et du quartier populaire de Sully. Sur l’un des appartements de cette résidence, affiché à 168.000 euros, la dernière offre se montait à 145.000 euros, alors même que ce sont des appartements qui, il y a trois ans, se vendaient 170.000 euros. Le bien a perdu plus de 20.000 euros du fait de la proximité du stade.

Quel sont les prix des appartements anciens en centre-ville ?

Dans un immeuble ancien des années 1980, un appartement de 80 m2 sans travaux, avec cuisine équipée, on sera aux alentours de 180.000 à 190.000 euros. Mais là encore, il faut prendre en compte l’état de la résidence, qui est très variable, parfois d’un côté de la rue à l’autre. J’ai l’exemple d’un appartement de 64 m2 à 129.000 euros qui ne trouve pas preneur, alors que, dans la résidence juste en face qui est un peu plus récente, avec une belle façade, un appartement de même taille coute entre 160.000 et 170.000 euros, et part très bien. De la même façon, un appartement de 83m2 avenue Jean Jaurès dans la résidence Montebello 1 s’est vendu 216.000 euros, alors que, dans le même temps, un autre appartement de 83 m2 proposé à 176.000 euros, situé à quelques dizaines de mètres, dans la résidence Montebello 2, lui ne se vend pas. Quelques petits détails peuvent jouer, comme notamment la finition de la façade. C’est en tout cas la preuve que le marché est extrêmement compliqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.


Ouverture de la Clermont Innovation Week

Clermont Auvergne Métropole organise de nouveau cet évènement cette année. Prévue initialement au printemps 2020, la 3e édition n’avait pas pu se tenir du fait du confinement.


Le prolongement de la ligne T2 à Confluence a été mis en service

nullLe Sytral renforce par ce biais la desserte de ce quartier du deuxième arrondissement de Lyon.


Villeurbanne : réunion publique sur la 3ème tranche du cours Emile-Zola le 30 mars

Cette réunion sur le réaménagement de la troisième tranche du cours Émile-Zola, mais aussi sur le projet Liberté-Faÿs, se tiendra en visioconférence.


Pierre Taillardat, président du directoire du fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes

Le dirigeant, qui possède a été recruté par Siparex, qui assure la gestion du nouveau fonds présenté lundi par le président de la collectivité, Laurent Wauquiez.


Le projet de ligne LCE lancé entre Part-Dieu et Genas / Saint Exupéry

Le Sytral a voté ce lundi l’engagement de cette opération de ligne de bus à haut niveau de service dans l’Est lyonnais.


Ligne par câble Francheville / Lyon: un garant de la CNDP pour la concertation

Le Sytral a évoqué lundi les modalités de concertation pour la ligne par câble entre Francheville et Lyon 7ème, amenée à desservir à terme Sainte-Foy-lès-Lyon, Francheville, et la Mulatière.


Auvergne-Rhône-Alpes lance un fonds souverain de 100 millions d’euros

null
La Région a annoncé lancer un fonds visant « à renforcer les champions régionaux de l’industrie et conforter la souveraineté économique du territoire ».


Prolongement du métro B : le tunnelier est arrivé à Oullins Centre

Le président du SYTRAL, Bruno Bernard, s’est rendu cette semaine sur le chantier de la future station Oullins Centre à l’occasion de l’arrivée du tunnelier.


Piétonisation du cours Charlemagne à Lyon : 46 arbres en cours de plantation

Cette plantation s’inscrit dans l’expérimentation de piétonisation d’une portion du cours Charlemagne à proximité de la darse.