« Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines »

Gino Clarus est conseiller transaction chez Century 21 Immobilier République à Décines. Il nous décrit le marché local de Décines.

Comment se porte le marché immobilier de Décines actuellement ?

Aux taux de prêts et conditions actuelles, nous avons un peu plus d’acquéreurs. Mais le marché immobilier de Décines reste malgré tout un peu compliqué.

Compliqué dans quel sens ?

Pour pouvoir fait une estimation objective sur Décines, nous ne pouvons pas nous baser sur le prix au m2 disponible sur internet. Nous nous basons plutôt sur les prix des notaires des 4 à 6 derniers mois. Décines est un marché où nous avons de l’ancien et du neuf qui tendent à énormément se mélanger. Les particuliers sont un peu perdus, car nous avons aujourd’hui du neuf à la valeur des maisons anciennes qui se vendaient l’année dernière. Avec les 290.000 euros qui étaient nécessaires pour acheter une maison l’an dernier ou il y a deux ans, vous pouvez désormais acheter du neuf. Cela devient donc très compliqué pour certains biens dans l’ancien.

Les projets d’urbanisme qui ont été lancés il y a quelques années et qui se concrétisent aujourd’hui impactent-ils le marché de Décines ?

Cela impacte beaucoup le marché de l’ancien. On ne peut pas comparer l’ancien et le neuf, car dans le neuf, on peut être déçu trois ou quatre ans après. Certains clients préfèrent donc acheter dans l’ancien. Mais comme ils entendent que le marché immobilier va mal, on vend rarement au prix. Il y a souvent des offres avec des négociations. Les acquéreurs ont la mainmise sur le marché de Décines actuellement, ce ne sont pas les vendeurs.

Le délai a-t-il augmenté ?

Si les clients nous écoutent sur le prix et ne sont pas trop gourmands, c’est vendu dans le mois. Nous avons récemment vendu une maison en deux semaines, et un appartement en une semaine et demi, parce qu’on était au prix. Mais là encore, il suffit que nous soyons un tout petit peu au-dessus du prix du marché pour que nous ayons des offres à un prix inférieur. La maison qui était à 240.000 euros a ainsi été vendue 225.000 euros, et l’appartement de 80 m2, qui était affiché à 159.000 euros, a finalement été vendu à 148.000 euros. Même si cela a été vendu assez rapidement, cela a fait l’objet de négociations.

Quel est l’état de la demande ?

C’est à peu près la même problématique. On remarque rapidement si on est au bon prix. Sur le marché de Décines,  pour être sûr d’être au prix, il faut tester le marché sur Internet, mettre en ligne des annonces, et voir si nous avons des clients pour le bien. Pour cela, nous avons des statistiques sur nos comptes pros. Là nous voyons éventuellement nos clients pour éventuellement faire des avenants et de se mettre au prix du marché.

Y-a-t-il des différences entre les différents secteurs de Décines ?

Oui. Certains secteurs, comme les Malinières, le parc des Ruffinières, sont très proches du futur stade, et cela a énormément dévalorisé ces secteurs. Quand le stade sera fini, il n’est toutefois pas à exclure que la valeur de ces maisons reparte à la hausse. Pour ma part, je pense que le stade sera un plus une fois terminé. Aujourd’hui, le stade fait peur, mais à terme, Décines pourrait devenir le pôle financier de l’est lyonnais, avec des bureaux, un centre commercial, des centres d’affaires. Tout ceci va générer plus d’emplois, donc plus de locataires et, in fine, plus de demande. Ce sera donc forcément positif à terme, même si pour l’heure c’est plutôt négatif pour les prix. Nous  avons des appartements à vendre dans la résidence les Malinières, qui est proche à la fois du stade et du quartier populaire de Sully. Sur l’un des appartements de cette résidence, affiché à 168.000 euros, la dernière offre se montait à 145.000 euros, alors même que ce sont des appartements qui, il y a trois ans, se vendaient 170.000 euros. Le bien a perdu plus de 20.000 euros du fait de la proximité du stade.

Quel sont les prix des appartements anciens en centre-ville ?

Dans un immeuble ancien des années 1980, un appartement de 80 m2 sans travaux, avec cuisine équipée, on sera aux alentours de 180.000 à 190.000 euros. Mais là encore, il faut prendre en compte l’état de la résidence, qui est très variable, parfois d’un côté de la rue à l’autre. J’ai l’exemple d’un appartement de 64 m2 à 129.000 euros qui ne trouve pas preneur, alors que, dans la résidence juste en face qui est un peu plus récente, avec une belle façade, un appartement de même taille coute entre 160.000 et 170.000 euros, et part très bien. De la même façon, un appartement de 83m2 avenue Jean Jaurès dans la résidence Montebello 1 s’est vendu 216.000 euros, alors que, dans le même temps, un autre appartement de 83 m2 proposé à 176.000 euros, situé à quelques dizaines de mètres, dans la résidence Montebello 2, lui ne se vend pas. Quelques petits détails peuvent jouer, comme notamment la finition de la façade. C’est en tout cas la preuve que le marché est extrêmement compliqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Cogedim récompensé par une pyramide d’argent pour «Crescendo»

nullLa fédération des promoteurs immobiliers de Lyon organisait ce mardi au musée Jean Couty sa traditionnelle cérémonie mettant en avant des programmes de construction de logements et d’immobilier tertiaire.


Lyon 2 : des travaux en cours sur le pont de la Brasserie

Celui-ci est situé en face de la Brasserie Georges. Il assure la jonction entre le tunnel sous Fourvière et la M7.


Tramway T10 : le 1er compte rendu de concertation est disponible

Le compte-rendu de concertation de la soirée d’ouverture est disponible sur le site « destinations 2026 ». La soirée d’ouverture de la concertation sur la ligne de tramway T10 s’était déroulée le mardi 31 août dernier. En 2026, ce nouvel axe de transports en commun reliera le pôle d’échanges multimodal de Gare de Vénissieux au secteur de […]


Vienne Condrieu Agglomération : le contrat de relance et de transition écologique est signé

null
Cette signature s’inscrit dans le cadre de France relance.


Corbas : DCB Logistics a livré sa plateforme courrier-colis


Celle-ci, qui a été construite en un an, est destinée au groupe La Poste


Tramway T10 : Michèle Picard ne donne pas d’avis sur les variantes

La vice-présidente de la Métropole et maire de Vénissieux organisait mercredi sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.


Emmanuelle Wargon rend public le rapport Girometti/Leclercq

Ce rapport porte sur la qualité d’utilisation du logement, afin d’en faire « un des éléments de référence du logement de demain, plus agréable a vivre, plus sobre en énergie et en foncier, et plus évolutif dans le temps ».


Lancement de la concertation sur la ZFE

nullLa Métropole de Lyon a présenté vendredi sur les modalités de la concertation sur la mise en place de la zone à faibles émissions.


Le pont de Couzon rouvre dès ce mercredi

Dès ce 1er septembre, le pont va rouvrir à tous les modes de déplacement.


Les prix de l’immobilier restent en nette hausse à Lyon

nullLPI-Seloger a fait part vendredi de son dernier baromètre mensuel.


Vers la création d’un 3e cimetière métropolitain au sud de la Métropole de Lyon

Une étude lancée en 2017 a permis d’identifier le site de Charly, au niveau de la route de Saint Abdon. La commune est toutefois opposée au projet.


Lyon, l’une des villes les plus tendues en matière de colocation

nullLocService a fait part de son observatoire de la colocation 2021. Derrière La Rochelle, la capitale des Gaules fait partie des villes où la demande pour ce type de location est la plus forte. Loin devant Saint-Etienne.


Chasse-sur-Rhône : concertation mobile ce jeudi pour l’A46 Sud

Cette concertation sur l’élargissement de l’axe autoroutier interviendra ce 26 août de 9 heures à 12 heures./p>


Élargissement de l’A46 Sud : la concertation publique se poursuit

Une réunion publique numérique se tient ce mardi 24 août à 19 heures.


Décès de Jean-Charles Foddis, directeur exécutif de l’ADERLY

Les hommages se sont succédé, après la disparition brutale du dirigeant de l’agence de développement économique de Lyon.