La Métropole de Lyon fait le point sur ses ponts

Après l’effondrement du pont Morandi de Gênes, la Métropole de Lyon a tenu à communiquer sur l’entretien des ouvrages sous sa responsabilité.

La Métropole de Lyon a, suite à l’effondrement du pont Morandi à Gênes, tenu  à communiquer sur l’entretien des ouvrages d'art présents sur son territoire. 709 ponts, passerelles ou trémies y sont en effet sous sa responsabilité. Elle indique que, sur ces ouvrages d’art, 185 sont considérés comme « complexes » et nécessitent une surveillance particulière.

“Plusieurs niveaux de surveillance sont déployés selon le type des ouvrages d’art, leurs dimensions ou leur complexité conformément à la méthode de surveillance nationale. Cela permet à la métropole d’avoir une excellente connaissance de l’état de santé de ses ouvrages”, note-t-elle dans un communiqué.

Plusieurs niveaux de surveillance

Un premier niveau implique des visites annuelles ou triennales effectuées par les services de la Métropole sur la totalité des ouvrages d’art et les parties de ceux-ci facilement accessibles sans moyens particuliers.

 Un deuxième niveau se traduit par des inspections détaillées périodiques (IDP) tous les 6 ans en moyenne par des bureaux d’études spécialisés. Elles concernent les 185 ouvrages d’art complexes et sont conduites sur la base de la réglementation nationale en vigueur. “Chaque année, la Métropole de Lyon réalise une moyenne de 30 IDP, prioritairement sur les ouvrages d’art dont les IDP sont les plus anciennes ou dont l’état s’est dégradé. Pour l’année 2018, le budget affecté à ces IDP est de 145 000 €. Lors de ces IDP, la totalité de l’ouvrage est alors examinée”, note la Métropole. Des piles sous les ponts submergées par l’eau sont examinées par des équipes spécialisées.

 La Métropole note la possibilité d’une  surveillance renforcée ou d’une mise sous instrumentation des ouvrages dont l’état de santé s’est dégradé et pour lesquels une évolution rapide est possible. 

Dans une telle hypothèse, on relèvera que des visites régulières sont assurées, comme c’est le cas quotidiennement par exemple pour le pont de l’île Barbe en période de froid, et annuellement pour le pont Bonaparte. La surveillance annuelle pour le pont Bonaparte est quant à elle de 5 000 €, celle du pont de l’île Barbe est de 70 000 €.

Différents types de travaux

Pour les parties les plus fragiles des ouvrages, la collectivité note que des capteurs peuvent être placés afin de surveiller de façon permanente et d’assurer une alerte immédiate en cas de problème et de mettre en place des actions adaptées. 

Une délibération en ce sens, préparée au printemps dernier, sera ainsi votée lors du Conseil métropolitain du 17 septembre prochain pour assurer la surveillance des parties fragilisées du pont de Vernaison. L’investissement pour les capteurs prochainement installés sur ce pont se monte à 385 000€.  

La Métropole indique qu’aucun des 709 ouvrages d’art de franchissement n’est classé «3US». Les ouvrages classés dans cette catégorie sont ceux dont la structure porteuse est altérée, nécessitant des travaux de réparation conséquents, et dont les désordres apparents engendrent une insuffisance de capacité portante de l’ouvrage ou ont une évolution rapide.

Différents budgets suivant le niveau de réparations nécessaires

Pour les ouvrages dont l’entretien courant à faire dans un délai de 1 an à 3 ans, le budget annuel s’élève à 250 000 €. Ceci concerne notamment les travaux effectués récemment sur les ponts de Chasse, de Couzon ou sur la passerelle de la Paix.

Pour l’entretien spécialisé, il s’agit de travaux de premières réparations permettant de ralentir l’évolution des désordres constatés. Le budget 2018 s’élève à 4,5 millions d’euros. Ceci regroupe des travaux effectués sur les ponts Koenig, de l’Épargne, de la Guillotière, Pasteur, Morand, Kitchener ou passerelle du Collège.

Quant aux travaux de grosses réparations, ils sont programmés dans le cadre de la Programmation pluriannuelle d’investissement (PPI), et touchent en 2018, le pont des 3 Renards à Tassin-la-Demi-Lune pour 1 million d’euros et en 2019 le pont Paul Bocuse à Collonges-au-Mont d’Or pour 2 millions d’euros .






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vers une résiliation à tout moment de son assurance de prêt

La proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée nationale.


Action Logement Auvergne-Rhône-Alpes a tenu sa convention annuelle

A l’occasion de cet évènement organisé au Palais de la Bourse de Lyon, l’organisme paritaire a signé une convention de partenariat avec la foncière solidaire du Grand Lyon.


Un deuxième comité de pilotage national de l’habitat inclusif

L’ambition du gouvernement est de faire de l’habitat inclusif « un pilier des politiques du logement pour les personnes ayant besoin d’être accompagnées dans leur autonomie ».


Un atelier de concertation grand public sur la ZFE ce mercredi

La concertation citoyenne sur la zone à faibles émissions de la Métropole de Lyon se poursuit jusqu’au 5 février. Le prochain atelier se déroule ce 24 novembre.


Saint-Bonnet-de-Mure : Alliade Habitat construit 40 logements

Ces logement ont été pensés avec le BIM.


Un protocole pour accélérer la production de logements intermédiaires

Le groupe Action Logement, le ministère du Logement et six partenaires ont signé un document pour mettre en place de nouveaux dispositifs favorisant la production dans ce segment.


Le PNR du Pilat, territoire rural en croissance soutenue

nullCe parc naturel régional, territoire rural en croissance démographique soutenue, dépend fortement des villes qui l’entourent, avec une double influence de Lyon et de Saint-Étienne.


La consultation sur le métro cumule déjà plus de 5.000 avis

nullLe SYTRAL a communiqué sur les résultats de la première phase de la grande consultation publique portant sur le développement du réseau métro.


Réaménagement de la rive droite du Rhône : la concertation est lancée


La Métropole et la Ville de Lyon ont annoncé avoir lancé la concertation préalable au réaménagement de la rive droite du Rhône du 8 novembre au 30 décembre.


La perspective de la note du SYTRAL rehaussée par Moody’s

L’agence de notation a annoncé rehausser à stable la perspective de la note Aa2 du SYTRAL.


La ligne C16 va accueillir les premiers bus électriques sur batterie

Le président du Sytral, Bruno Bernard, a présenté ce lundi à Lyon les premiers bus électriques dont la mise en service est prévue le 22 novembre sur cette ligne forte de transport en commun reliant Vénissieux à Villeurbanne. Ceux-ci fonctionnent exclusivement sur batterie.


Pour le climat, Grégory Doucet affirme l’importance de la coopération entre villes

Le maire de Lyon était en déplacement à Leipzig dans le cadre de l’assemblée générale d’ « Eurocities ».


Début de la concertation sur la 1ère étape de la ZFE

Ce mercredi, la 1ère étape de la concertation démarre sur le périmètre de l’actuelle zone à faible émission. Elle consiste en une interdiction des véhicules particuliers classés Crit’Air 5 et non classés en juillet 2022.


Thierry Kovacs réélu président du SMT AML

Le président de Vienne Condrieu Agglomération a été réélu président du syndicat des mobilités des territoires de l’aire métropolitaine Lyon Saint-Etienne.


France Rénov’, nouveau nom du service public de rénovation de l’habitat

Celui-ci délivrera à compter du 1er janvier 2022 l’information, le conseil et l’accompagnement des ménages.