Le 2ème trimestre a vu un recul du nombre d’ouvriers du BTP inférieur à celui de l’activité

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a eu un lourd impact sur toutes les activités du secteur de la construction au 2ème trimestre, a indiqué le service des données et études statistiques (SDES).

Le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a fait part aujourd’hui de sa traditionnelle étude sur l'activité des ouvriers sur les chantiers du BTP au deuxième trimestre 2020.

Selon cette dernière, la crise sanitaire, marquée par le confinement sur la moitié de la période, ont marqué, a eu logiquement un lourd impact sur toutes les activités du secteur de la construction au deuxième trimestre.

Le nombre total d'heures travaillées sur les chantiers du BTP s’est de facto avéré être en fort repli au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année 2019, de l’ordre de 29,6%. « Cette baisse affecte aussi bien l’activité des ouvriers permanents (-26,2%) que le travail intérimaire (-49,7%) », indique le SDES.

Ce dernier note que, bien que les effectifs des ouvriers permanents fléchissent de 4% sur une année, la baisse d’activité de grande ampleur du deuxième trimestre entraîne une diminution du nombre d’heures travaillées par ouvrier permanent de 23,2 % par rapport au deuxième trimestre 2019.

Le SDES note que tous les secteurs de la construction sont impactés par cette crise. Les chantiers de la construction de bâtiments, avec une baisse de 36%, sont un peu plus que ceux du génie civil (- 31,1 %) et des travaux de construction spécialisés (- 28,7 %).

Effondrement des heures travaillées en avril

Au deuxième trimestre, l’effondrement des heures travaillées se concentre sur le mois d’avril, avec un repli de 60% par rapport au mois de février après une baisse de 40 % pour le mois de mars. « Les secteurs du génie civil et de la construction de bâtiment sont particulièrement affectés par l’arrêt brutal de l’activité. Ainsi, les heures totales travaillées sur ces chantiers en avril 2020 ne représentent qu’un peu plus du tiers de celles réalisées en avril 2019 », précise le SDES.

Une nette reprise du niveau d’activité a ensuite été permis par le déconfinement. Les heures travaillées ont doublé par rapport à avril, mais sont demeurées à un niveau bien inférieur, de l’ordre de 25% à celui de l’année dernière à la même période.

En juin, l’activité a par la suite continué de se redresser, avec une hausse de 35% par rapport au mois de mai et des heures travaillées sur les chantiers se rapprochant de celles connues l’an dernier (- 1,3 % par rapport à 2019). Mais elles n’ont toutefois pas compensé les baisses enregistrées en mars et avril. « Les premières estimations des heures travaillées de juillet semblent indiquer que cette progression de l’activité reste fragile et limitée », souligne le SDES.

Les effectifs des ouvriers permanents du BTP se replient dans une proportion moindre

Malgré ce repli de l’activité au cours du trimestre, le SDES souligne que la mise en place de l’activité partielle mais aussi des préconisations en matière de sécurité sanitaire de l’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) « a permis de préserver l’emploi des ouvriers permanents au deuxième trimestre 2020 ». Le nombre d’ouvriers permanents diminue de 1,1% ce trimestre par rapport au premier trimestre 2020, notamment dans le secteur des travaux de construction spécialisés (-1,3%).

Les chantiers de la construction de bâtiments ont affiché, par contraste, une légère progression des embauches au deuxième trimestre, de l’ordre de 0,5%. Cette hausse, qui survient après plusieurs trimestres en baisse, ne permet cependant pas au secteur de retrouver le niveau d’emploi du deuxième trimestre 2019, et demeure inférieur de 7,2% à cette période.

Le secteur du génie civil, qui a bénéficié d’une conjoncture favorable avant la crise sanitaire, parvient à stabiliser son niveau d’emploi sur une année (une stabilité parfaite par rapport au deuxième trimestre 2019), malgré un léger fléchissement du nombre d’ouvriers permanents au deuxième trimestre (- 0,3 %).

Baisse sensible du nombre d'heures travaillées par ouvrier sur les chantiers

Le SDES note que la charge horaire diminue de nouveau au deuxième trimestre 2020 (- 11,9 % par rapport au premier trimestre 2020), sous l’effet de la baisse importante des heures effectuées par les ouvriers permanents du BTP liée au confinement (- 12,8 %).

« Ce recul est toutefois moins élevé sur le secteur du génie civil (- 9,4 %) pour lequel les heures effectuées par les ouvriers permanents ont moins diminué (- 9,6 %) que sur les secteurs de la construction de bâtiments et des travaux de construction spécialisés (respectivement - 11,8 % et - 13,3 %) », précise le SDES.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La demande d’un débat public sur les projets du Sytral jugée irrecevable

null
La CNDP a déclare irrecevable la demande de saisine de 12 parlementaires du Rhône sur l’organisation d’une concertation sur un unique projet d’ensemble.


L’offre TCL accompagne le déconfinement progressif

Le SYTRAL adapte l’offre de ses réseaux à Lyon et dans le département du Rhône dès le 3 mai.


Lyon Rhône H2V candidat à « Ecosystèmes territoriaux hydrogène »

Le nouveau consortium public-privé, constitué d’une dizaine d’industriels de la plateforme Lyon Vallée de la Chimie et de la Métropole de Lyon, est candidat à cet appel à projet de l’ADEME.


Mise en service des trolleybus nouvelle génération sur la ligne C13

Le SYTRAL a mis en service ce lundi ses premiers trolleybus nouvelle génération 100% électrique sur cette ligne reliant le 8ème arrondissement de Lyon à Caluire.


L’adaptation des logements au grand âge, objet de la visite de deux ministres

La ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, et la ministre déléguée en charge du logement, Emmanuelle Wargon, étaient mercredi et jeudi en déplacement à Genas, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune et Lyon.


Deux nouvelles stations Vélo’v à Vaulx-en-Velin et Lyon 7e

Ces stations sont situées place Boissier à Vaulx-en-Velin et dans le secteur de Guillotière-Veyron à Lyon. Trois nouvelles stations sont prévues dans le 2e arrondissement de Lyon et à Villeurbanne.


Confluence : expérimentation d’un dispositif de feu de signalisation innovant

Le SYTRAL mène cette expérimentation sur le cours Charlemagne conjointement avec la Métropole de Lyon et le CEREMA, avec la participation d’Egis. Objectif : favoriser les mobilités actives.


Villeurbanne : en mai, un nouveau secteur du centre-ville en zone 30


Ce changement en matière de vitesse de circulation sera accompagné par la mise en circulation à double sens pour les vélos dans certaines rues.


Un nouvel outil mis en place par la FFB pour la RSE

La FFB a annoncé avoir créé le site « bâtisseur responsable » pour accompagner ses adhérents dans la mise en place d’une démarche RSE.


Oudara Outhabong, nouveau directeur national développement de Pitch Promotion

Il occupe ce poste depuis le 1er janvier 2021.


Alexandre Vincendet reste président de la fédération LR du Rhône

Les adhérents Les Républicains élisaient ce lundi leur nouveau président départemental et leurs représentants aux diverses instances. Ils ont réélu le président sortant, maire de Rillieux-la-Pape.


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.