PPRT de la vallée de la chimie : une réunion s’est tenue le 13 juin en préfecture

Le 13 juin dernier, une réunion s’est tenue entre le préfet et l’ensemble des partenaires du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de la vallée de la chimie.

C’est un document au long cours, discuté entre l’État et un nombre important de collectivités et partenaires. Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de la vallée de la chimie a fait l’objet d’une réunion en préfecture, l’État souhaitant par ce biais faire le point sur sa mise en œuvre de ce plan et programmer les actions à venir. Des dispositifs innovants et ambitieux ont été définis depuis son adoption fin 2016, lesquels permettent de lancer des opérations concrètes en faveur de la protection des populations contre les risques.

Le PPRT de la vallée de la chimie est le plus important de France, et sa mise en œuvre est donc un chantier prioritaire nécessitant des dispositifs innovants ainsi que des moyens exceptionnels. Depuis son approbation en octobre 2016, un plan d’actions à hauteur de 134 millions d’euros a été négocié sur trois axes prioritaires, à savoir la conduite des mesures foncières, la protection des logements, mais aussi l’accompagnement des entreprises riveraines.

Démolitions à Feyzin

La réunion du 13 juin a ainsi permis de partager avec l’ensemble des partenaires les avancées, et préparer les actions à venir. Les mesures foncières permettent en premier lieu de sortir définitivement les populations les plus exposées des zones de risques. Une convention de 70 millions d’euros a ainsi été signée fin 2017 pour acquérir, puis démolir 88 habitations et activités à Feyzin. L’action est financée par l’État, les industriels à l’origine du risque, mais aussi la Métropole de Lyon et la Région.

Un courrier du Préfet a informé officiellement chaque propriétaire, et la procédure d’expropriation a été lancée par la Métropole de Lyon. L’enquête publique se déroulera dans quelques mois, à l’automne. « Parallèlement, chaque propriétaire peut désormais demander à la collectivité d’acquérir son bien. 16 mises en demeure d’acquérir ont déjà été déposées. La Métropole de Lyon établit un dialogue de proximité avec ces riverains, notamment pour convenir à l’amiable du prix d’acquisition », précise la préfecture.Pour leur part, les entreprises nécessitant un déplacement font l’objet d’un accompagnement par l’État, la Métropole et leurs partenaires, afin qu’elles puissent se relocaliser à proximité et que les emplois soient préservés.

Protection des logements

L’autre mesure majeure concerne les logements existants dans le périmètre du PPRT, tant maisons qu’appartements. Dès octobre 2024, ceux-ci devront obligatoirement être protégés contre les risques, soit un total de 5.400 logements privés concernés sur la vallée. Un dispositif exceptionnel a été défini avec des travaux financés à 100%, dont 40 % par l’État sous forme de crédit d’impôt, 30 % par les collectivités, et 30 % par les industriels. Des solutions d’avance sont également disponibles. Les riverains sont en outre accompagnés à chaque étape par un opérateur qualifié, du diagnostic de leur logement à la consultation des artisans jusqu’au dépôt des dossiers de financement. Ceci est intégralement financé par l’État, la Métropole, l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) et la Caisse des Dépôts, lesquels ont conclu une convention d’opération en avril 2018, visant à l’animation du dispositif, d’un montant de 9 millions d’euros.

Enfin, le troisième chantier concerne l’accompagnement des entreprises riveraines des sites à risques, soit 1500 entreprises. Les responsables d’activités ne sont par soumis à une obligation de travaux au titre du PPRT, mais sont en revanche tenus d’assurer la protection de leurs salariés et des usagers. Des travaux de réduction de la vulnérabilité, une organisation des postes de travail, une formation des salariés, et des plans de mise à l’abri sont envisageables.

« À l’automne 2018, le Préfet informera chaque responsable d’activité par courrier de sa situation ; la Métropole engagera une vaste campagne de sensibilisation, subventionnée à 80 % par l’État dans le cadre du pacte métropolitain d’innovation. Cette démarche se poursuivra par des accompagnements individualisés pour aider les chefs d’entreprises dans la mise en œuvre de leurs actions », a indiqué la préfecture.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La piétonisation de la presqu’ile de Lyon planifiée à l’horizon 2021


David Kimelfeld a annoncé ce mercredi le lancement d’une concertation le mois prochain, qui précédera une expérimentation en septembre, limitée aux samedis. Si celle-ci s’avère concluante, la piétonisation sera pérennisée dans 2 ans.


Vers une presqu’ile de Lyon plus végétale

Gerard Collomb a, lors d’une conférence de presse ce mercredi,  annoncé le lancement d’une consultation citoyenne sur les expérimentations visant à végétaliser le cœur de ville.


La friche Lamartine sera redéployée sur 3 lieux

La nouvelle friche sera déployée sur 3 lieux situés dans les 3ème et 9ème arrondissements.


Révision du PPRNi de l’Azergues

Le plan de prévention des risques naturels d’inondation va être révisé.


«Ce nouveau PLU-H nous permet de construire 1,3 million de m²»

null
Michel Le Faou est vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme, du logement, du cadre de vie, et du renouvellement urbain, et adjoint au maire de Lyon. Nous dressons avec lui un bilan du PLU-H, et évoquons les projets que l’opposabilité prochaine du document va permettre de mettre en mouvement.


«On essaye de réguler au mieux ce marché qui reste un marché, avec ses désordres»

Michel Le Faou est vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme, du logement, du cadre de vie, et du renouvellement urbain, et adjoint au maire de Lyon. Nous évoquons avec lui les solutions qu’entend mettre en place la collectivité pour juguler la hausse des prix de l’immobilier.


La partie haute du parc Blandan est ouverte

Le maire de Lyon et le président de la Métropole ont communiqué mercredi de concert sur la livraison de la troisième tranche de travaux du parc Blandan. David Kimelfeld a fait une visite du site en présence de plusieurs élus.


L’entrée de ville de Givors en cours de requalification

La Métropole réaménage l’entrée de ville de l’ouest lyonnais.


Le PLU-H de la Métropole de Lyon a été adopté

Le plan local d’urbanisme tenant lieu de plan local de l’habitat a été adopté ce lundi par le conseil de la Métropole de Lyon.


Jour J pour le PLU-H de la Métropole de Lyon

Le conseil de la Métropole de Lyon a examiné ce lundi le plan local d’urbanisme et de l’habitat, mettant un point final à un long processus initié en 2012. Il a été voté à la mi-journée.


Le prolongement du T6, pour développer les axes nord-sud à Villeurbanne

Selon le maire de Villeurbanne, qui s’exprimait il y a quelques jours en conférence de presse, le nouveau tramway va permettre de répondre au développement urbain en cours dans la ville.


Convention de partenariat entre la SERL et UrbaLyon

null
L’agence d’urbanisme de Lyon et la SERL ont procédé jeudi à la signature d’une convention de partenariat visant à renforcer leur coopération.


Le président de la Métropole poursuit ses « belles rencontres »

null
Dans le cadre de ces régulières visites de terrain, David Kimelfeld s’est rendu jeudi à Vaulx-en-Velin, Meyzieu et Décines pour rencontrer divers acteurs du territoire.


La démolition de la barre I à Mermoz, 1er acte du NPNRU dans la Métropole

null
GrandLyon Habitat a lancé ce lundi la première action visible du renouvellement urbain dans le quartier de Mermoz sud, avec la démolition d’une partie du bâtiment I situé au 1 rue Albert Morel.


PPRT de la vallée de la chimie: la préfecture fait un point après l’annulation

null
Le secrétaire général de la préfecture du Rhône, Emmanuel Aubry, a réuni fin mars l’ensemble des collectivités et des industriels impliqués dans la mise en œuvre du plan.