Saint-Fons, une ville en mutation

A l’occasion de la pose de première pierre de « Booster », le maire, Christian Duchêne, a évoqué les grandes transformations urbaines en cours sur sa commune, marquée par le renouvellement urbain et l’arrivée prochaine du tramway T10.

Lors de la pose de première pierre de « Booster », le maire de Saint-Fons, Christian Duchêne, a évoqué les grandes transformations urbaines, et le haut niveau d’investissement en cours sur sa ville, notamment par la Métropole.

« Nous sommes à proximité du centre de la Métropole. Nous sommes une ville à taille humaine, avec un esprit de village. Si notre ville a besoin de la Métropole, l'inverse est vrai aussi. La Métropole a besoin de Saint-Fons. Et la Métropole l’a bien compris : elle a investi à un niveau historique sur notre ville au cours de ce mandat. »

Christian Duchêne

L'élu a rappelé sa volonté de transformation de la ville, et évoqué l’arrivée prochaine du tramway, elle-même vectrice de mutation urbaine. Dès début 2026, la nouvelle ligne de tramway T10 reliera en effet la gare de Vénissieux à la Halle Tony Garnier en passant par le centre de Saint-Fons.

« Pour moi, le cap est clair : nous allons transformer Saint-Fons. L'acte majeur de cette transformation sera la future ligne de tramway, la ligne T10. Nous serons à 10 minutes du métro de Gerland. Cette nouvelle ligne de tramway sera un atout indéniable pour faciliter la vie des nouveaux salariés. »

Christian Duchêne

Renouvellement urbain

Il a ensuite rappelé que ce nouveau mode de transport accompagnerait d’autres transformations urbaines majeures.

«Il y aura un écoquartier à Carnot-Parmentier, et une transformation profonde aura débuté sur le plateau des Clochettes. La transformation s'illustrera en centre-ville par une circulation et un stationnement repensés et apaisés.

Christian Duchêne

Carnot-Parmentier, quartier urbanisé à la fin des années 1950 pour répondre au besoin massif de logements destinés aux employés de l’industrie chimique, est marquée par la présence de tours et barres d’immeubles. 1.700 Sainfoniardes et Sainfoniards y vivent. La transformation du quartier se met en œuvre grâce à la mobilisation de financeurs tels que l’État, via l'ANRU, la Métropole de Lyon, la Ville de Saint-Fons, la Région Auvergne Rhône-Alpes, Action Logement, Batigère, Lyon Métropole Habitat, ainsi que SYTRAL Mobilités pour le tramway.

Le projet de renouvellement urbain vise à élargir le centre-ville en profitant de ses qualités d’habitat de faubourg, à améliorer le cadre de vie, créer de nouveaux espaces publics et inviter la nature dans les rues. Il vise également à diversifier l’habitat, proposer des logements accessibles, à apaiser les circulations et aménager la ville pour les mobilités douces, mais aussi à animer le quartier grâce à des équipements publics de qualité.

Pour mettre en œuvre ce projet, une zone d’aménagement concerté (ZAC) a été créée, sous maîtrise d’ouvrage de la Métropole de Lyon. Le projet urbain est conçu par l’architecte en chef de l’Atelier de Ville en Ville, le bureau d’études environnementale Egénie et le paysagiste en chef Anne-Laure Giroud &Tim Boursier-Mougenot – OGI – LEA. Une assistance à maîtrise d’ouvrage éco-quartier renforce l’équipe (groupement Tribu / Kaléido’Scop / Oxalis).

Le nouveau programme national de renouvellement urbain Arsenal Carnot-Parmentier est financé par l’agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) et son principal contributeur Action Logement. Pour Arsenal Carnot-Parmentier, le coût total du projet de renouvellement urbain est de 156,1 millions d’euros. L’ANRU apporte un concours financier, constitué de subventions et de prêts Action Logement, de 42.7 millions d’euros. La Région Auvergne Rhône-Alpes apporte 4.9 millions d’euros de subventions. Pour la Ville de Saint- Fons, cela représente un investissement de 24,5 millions d’euros. Pour la Métropole de Lyon, cela représente un investissement de 50 millions d’euros.

Budget de 33,8 millions d’euros pour la ZAC Carnot-Parmentier

Concernant la seule ZAC Carnot-Parmentier, le budget total de l’aménagement est de 33,8 millions d’euros. La Métropole de Lyon participe à l’opération à hauteur de 21,7 millions d’euros, tandis que la ville de Saint- Fons participe à hauteur de 2,4 millions d’euros.

Le quartier sera aménagé au profit des mobilités actives : traverse paysagère, réseau de pistes et bandes cyclables, passage en zone 30, réorganisation des stationnements, et desserte du tramway T10.

Côté logement, 344 logements datant des années 1950, fortement dégradés, seront démolis. Le projet de renouvellement urbain intégrera de nouvelles résidences, avec un objectif de diversification de l’habitat. Le quartier pourra ainsi accueillir demain de nouveaux habitants, afin de renforcer la mixité sociale sur le quartier. 280 logements sociaux seront résidentialisés, tandis que 400 logements neufs seront reconstruits sur site.

Le projet urbain se donne comme objectif de renforcer l’offre d’équipements publics, et de les rendre plus visibles et plus accessibles. Une nouvelle école maternelle et une nouvelle école élémentaire seront construites au cœur du futur éco-quartier pour la rentrée scolaire 2025. Il remplacera le groupe scolaire actuel vétuste, qui sera démoli. De manière complémentaire au renouvellement urbain de Carnot-Parmentier, un nouveau collège construit par la Métropole de Lyon, à proximité de l’écoquartier, sur la commune de Vénissieux, accueillera dès 2025 des élèves de Saint-Fons.

Par ailleurs, l’ancienne salle de boxe laissera place à un nouveau gymnase municipal de 2.000 m² (avec deux gradins de 50 places), composé d’une salle multisports calibrée pour les compétitions départementales de basket ou de futsal et d’une salle de boxe. Réalisé par la Ville de Saint-Fons avec le soutien de la Région Auvergne Rhône-Alpes, ce nouvel équipement sera livré fin 2022. Pour renforcer l’accessibilité du stade, un parking sera réalisé avec 46 places de stationnement et 10 arceaux vélos et un parvis de 3.100 m² sera aménagé à l’entrée du stade.

Nouvelle perception

Le maire souhaite également que la perception de sa ville évolue.

« L'autre transformation que nous avons à faire est dans les esprits. Notre ville doit s'emparer de la terre d'innovation que représente la vallée de la chimie. Nous devons repenser les liens entre ces deux territoires qui sont historiquement liés. C'est la chimie qui a créé Saint-Fons. Depuis des années, c'est elle aussi qui a entravé son développement. Aujourd'hui, la Vallée de la chimie se positionne à la pointe des innovations en matière de chimie verte et de développement durable. Des centaines de chercheurs, d'ingénieurs, viennent travailler tous les jours sur la commune, et pourtant ils ne connaissent pas notre ville... Cela, je souhaite le changer. Le tramway et la gare SNCF vont y participer. Une offre de commerce et de restaurant diversifiée sera également un vecteur d'attractivité. »

Christian Duchêne

Une expérimentation « Territoire zéro chômeur de longue durée »

Christian Duchêne s’est également félicité de l’habilitation de la candidature de Saint-Fons à l’expérimentation « Territoire zéro chômeur de longue durée ». Ceci constitue selon la Métropole et la Ville, « un signe supplémentaire de la transformation de la commune, une transformation urbaine mais aussi une transformation en faveur des habitants ».

« Cette expérimentation est une chance unique pour rompre avec le chômage de longue durée sur le quartier Arsenal-Carnot-Parmentier. C’est la récompense d’un projet collectif engagé depuis plus d’un an et porté par l’ensemble des acteurs du territoire : des habitants investis, des associations mobilisées, des partenaires dynamiques (État et Métropole) et des acteurs nationaux qui s’impliquent au niveau local. Aujourd’hui, c’est aux personnes éloignées de l’emploi que nous pensons. Le chômage n’est pas une fatalité. L’expérimentation de Saint-Fons est une opportunité unique venue du territoire et pour le territoire. »

Christian Duchêne





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Bientôt une modification n°4 du PLU-H

nullAprès l’adoption de la modification n° 3 du plan local d’urbanisme et de l’habitat votée lundi, la Métropole de Lyon vise dans les prochains mois une modification n° 4, comme l’a confirmé Bruno Bernard.


Les PDA, nouveauté introduite via la modification n°3 du PLU-H

Des « périmètres délimités des abords » ont été introduits à la faveur de la modification n°3 du PLU-H. Ceux-ci permettent d’ajuster le rayon de 500 mètres autour d’un monument historique.


La deuxième phase d’Action Coeur de Ville a été lancée

Le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et la ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales ont annoncé lundi le lancement d’ « Action cœur de ville 2 ». Avec à la clé 5 milliards d’euros sur 5 ans.


2023, terra incognita pour les travaux publics

La fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes organisait en cours de semaine dernière une conférence de presse pour dresser un premier bilan de 2022 et évoquer les prochains mois.


La modification n°3 du PLU-H au menu du conseil de la Métropole

La Métropole de Lyon devrait approuver ce lundi, lors de son Conseil, la modification de son plan local d’urbanisme et de l’habitat. Celle-ci vise à adapter le document à divers enjeux de transition écologique, de logement, et d’accompagnement des projets.


Un appel à projet lancé par la Métropole pour les zones PENAP

null
La Métropole lance un appel à projets pour dynamiser l’activité agricole et valoriser les espaces dans ces zones.


Les « Cités Tase », une réhabilitation d’ampleur à l’Est du Carré de Soie


Sollar, qui détient depuis 1983 les Cités Tase, a débuté depuis avril des travaux au sein de cet ensemble. Une opération de réhabilitation au long cours qui devrait s’achever d’ici deux ans.


Action cœur de ville : 5 milliards d’euros en cinq ans

Les engagements ont été tenus, a affirmé ce vendredi le ministre chargée des Collectivités territoriales.


La Ville de Lyon présente le réaménagement de l’ilot Kennedy

Le maire du 8e arrondissement, Olivier Berzane, a présenté l’un des plus gros projets de l’actuelle municipalité de Lyon qui va être développé dans son arrondissement.


«On veut que ça reste dans l’harmonie du village»

Gérard Berrucaz est le maire de Fleurieu-sur-Saône. Nous évoquons avec lui l’opération « Le Contrechamps », et le développement de sa commune.


Villeurbanne : deux ateliers pour le PUP Mansard

Les ateliers portant sur ce projet urbain partenarial situé entre les rues Mansard, Louis-Adam, Dedieu et Anatole-France se tiendront les 15 octobre et 8 novembre.


Lyon Perrache : BASE désigné maître d’œuvre des espaces publics

Le paysagiste et ses partenaires ont été désignés nouveaux maîtres d’œuvre des espaces publics du pôle d’échanges multimodal.


Le futur SCOT se discute en octobre au travers de réunions de concertation

Ce lundi, le Sepal a invité les habitants à prendre la parole pour exprimer leurs aspirations pour l’avenir de leur cadre de vie. 5 autres réunions vont avoir lieu ce mois, dont une ce mardi à Lyon.


Reconversion du centre d’échanges de Perrache : la convention est signée

nullLa Métropole de Lyon a indiqué vendredi avoir signé la convention d’exclusivité avec Apsys et Quartus pour la reconversion du centre d’échanges de Lyon Perrache.


Presqu’île de Lyon : des réunions publiques de proximité sur le projet d’apaisement

Des réunions publiques de proximité vont se tenir dans le courant du mois dans le 1er et le 2e arrondissement de Lyon.