Les risques sismiques en Auvergne-Rhône-Alpes

Même si la France est peu touchée par les séismes, des risques existent, y compris en Auvergne-Rhône-Alpes. Particulièrement concernés, on trouve la ville de Grenoble et le département de la Savoie.

Depuis le 22 octobre 2010, la France dispose d'un nouveau zonage sismique. L'échelle de risque pour les tremblements de terre va ainsi de 1 à 5, suivant le risque de voir un séisme intervenir sur une commune. La loi prévoit que l'acquéreur d'un bien immobilier soit informé des risques sismiques dans le dossier de diagnostic technique du bâtiment et de l'état des risques naturels et technologiques: "Des mesures préventives, notamment des règles de construction, d'aménagement et d'exploitation parasismiques, sont appliquées aux bâtiments, aux équipements et aux installations de la classe dite "à risque normal” situés dans les zones de sismicité 2, 3, 4 et 5" précise la loi. Par risque normal, on entend les bâtiments dont l'effondrement poserait un risque pour les seuls habitants et voisinage immédiats.

En région Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont bien sûr les zones montagneuses qui sont le plus surveillées, et qui concentrent de facto les niveaux les plus élevés de sismicité, et notamment des risques de niveau 4. L'arc alpin a ainsi un degré de surveillance aussi élevé que la zone de Nice, une des villes les plus surveillées par les sismologues. Le risque 4 est le degré le plus élevé décelé en France métropolitaine, le risque 5 étant présent uniquement dans les DOM comme en Martinique et en Guadeloupe. Excepté quelques communes où le risque est un peu plus fort, les risques de séisme sont faibles dans la Loire, la Haute-Loire, l'Allier et le Cantal.

La construction parasismique de maisons individuelles (version générale) from planseisme on Vimeo.

Risques de tremblements de terre en Isère

Dans le département de l'Isère, les niveaux de risques sont différents selon les cantons, avec des risques de niveau 3 et 4. Grenoble est ainsi en zone de sismicité moyenne (risque sismique 4), tout comme les cantons d'Allevard, de Domène, les deux cantons d'Echirolles, d'Eybens, de Fontaine-Sassenage, de Fontaine-Seyssinet, de Goncelin, de Meylan, de Pont-en-Royans, de Saint-Egrève, de Saint-Ismier, de Saint-Laurent-du-Pont, des deux cantions de Saint-Martin-d'Hères, du Touvet, de Vif, et de Villard-de-Lans. Le reste du département est en risque 3.

Risques de tremblements de terre dans le Rhône et la Métropole de Lyon

Toute la circonscription du Rhône est en zone de sismicité faible (risque sismique 2) , sauf les cantons de Bron, Décines-Charpieu, Meyzieu, Saint-Fons, Saint-Priest, Saint-Symphorien-d'Ozon, Vénissieux-Nord, Vénissieux-Sud, qui sont en zone de sismicité modérée (risque sismique 3). Également concernées, les communes de Ampuis, Condrieu, Echalas, Givors, Les Haies, Irigny, Loire-sur-Rhône, Pierre-Bénite, Saint-Cyr-sur-le-Rhône, Sainte-Colombe, Saint-Romain-en-Gal, Tupin-et-Semons, et Vernaison se trouvent également en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre en Haute Savoie

En Haute Savoie (74), tout le département est en zone de sismicité moyenne (risque sismique 4) sauf les les cantons de Frangy, Seyssel et les communes d'Andilly, Cernex, Chênex, Chevrier, Crempigny-Bonneguête, Dingy-en-Vuache, Feigères, Jonzier-épagny, Lornay, Mésigny, Neydens, Présilly, Saint-Julien-en-Genevois, Sallenôves, Savigny, Val-de-Fier, Valleiry, Vers, Versonnex, Viry, et Vulbens, qui se trouvent en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre en Savoie

La Savoie (73) est également en zone de sismicité moyenne (risque sismique 4), sauf les cantons d'Aime, de Bozel, de Saint-Jean-de-Maurienne, de Saint-Michel-de-Maurienne, et les communes suivantes: Aigueblanche, Aussois, Les Avanchers-Valmorel, Le Bois, Bonneval-sur-Arc, La Chambre, Chanaz, Les Chapelles, Les Chavannes-en-Maurienne, Fontaine-le-Puits, Fourneaux, Freney, Hautecour, Lanslevillard, Modane, Montaimont, Montgellafrey, Montvalezan, Motz, Moûtiers, Notre-Dame-du-Cruet, Notre-Dame-du-Pré, Ruffieux, Saint-Alban-des-Villards, Saint-André, Saint-Avre, Saint-Colomban-des-Villards, Sainte-Foy-Tarentaise, Sainte-Marie-de-Cuines, Saint-Etienne-de-Cuines, Saint-François-Longchamp, Saint-Jean-de-Belleville, Saint-Marcel, Saint-Martin-de-Belleville, Saint-Martin-sur-la-Chambre, Saint-Oyen, Salins-les-Thermes, Séez, Serrières-en-Chautagne, Sollières-Sardières, Termignon, Tignes, Val-d'Isère, Villarlurin, Villarodin-Bourget, Villaroger, Vions. Ces cantons et communes sont en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre dans l'Ain

Dans l'Ain (01), tout le département est en zone de sismicité modérée (risque sismique 3), sauf les communes de Massignieu-de-Rives, Murs-et-Gélignieux, Nattages, Parves, Peyrieu, qui en zone de sismicité moyenne (risque sismique 4).

Les cantons de Bâgé-le-Châtel, Châtillon-sur-Chalaronne, Miribel, Montrevel-en-Bresse, Pont-de-Vaux, Pont-de-Veyle, Reyrieux, Saint-Trivier-de-Courtes, Saint-Trivier-sur-Moignans, Thoissey, Trévoux, et Villars-les-Dombes sont a contrario en zone de sismicité faible (risque sismique 2), tout comme les communes de Buellas, Montcet, Le Montellier, Montluel, Montracol, Le Plantay, Polliat, Saint-André-sur-Vieux-Jonc, Saint-Denis-lès-Bourg, Sainte-Croix, Saint-Rémy, et de Vandeins.

Risques de tremblements de terre dans la Loire

Dans la Loire (42), tout le département est en zone faible (risque sismique 2), sauf les communes de Bessey, La Chapelle-Villars, Chavanay, Chuyer, Lupé, Maclas, Malleval, Saint-Michel-sur-Rhône, Saint-Pierre-de-Bœuf, Vérin, qui sont en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre en Ardèche

En Ardèche (07), le département est en zone de sismicité faible (risque sismique 2), sauf les cantons de Bourg-Saint-Andéol, Chomérac, Rochemaure, Saint-Péray, Tournon-sur-Rhône, Vallon-Pont-d'Arc, Villeneuve-de-Berg, Viviers et les communes d'Alissas, Andance, Ardoix, Beauchastel, Beaulieu, Boffres, Bogy, Bozas, Champagne, Charmes-sur-Rhône, Charnas, Châteauneuf-de-Vernoux, Chauzon, Colombier-le-Cardinal, Colombier-le-Vieux, Coux, Le Crestet, Davézieux, Dunière-sur-Eyrieux, Félines, Flaviac, Freyssenet, Gilhac-et-Bruzac, Gilhoc-sur-Ormèze, Grospierres, Labeaume, Limony, Lyas, Peaugres, Peyraud, Privas, Quintenas, Rompon, Saint-Alban-Auriolles, Saint-André-de-Cruzières, Saint-Barthélemy-Grozon, Saint-Cierge-la-Serre, Saint-Cyr, Saint-Désirat, Saint-Etienne-de-Valoux, Saint-Fortunat-sur-Eyrieux, Saint-Georges-les-Bains, Saint-Jeure-d'Ay, Saint-Julien-le-Roux, Saint-Laurent-du-Pape, Saint-Paul-le-Jeune, Saint-Priest, Saint-Romain-d'Ay, Saint-Sauveur-de-Cruzières, Saint-Victor, Saint-Vincent-de-Durfort, Serrières, Talencieux, Thorrenc, Vernosc-les-Annonay, Vernoux-en-Vivarais, Veyras, La Voulte-sur-Rhône, qui sont en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre dans la Drôme

Dans la Drôme (26), tout le département est en zone de sismicité modérée (risque sismique 3), sauf les cantons de La Chapelle-en-Vercors, Saint-Jean-en-Royans et les communes de Barbières, La Baume-d'Hostun, Beauregard-Baret, Bésayes, Le Chaffal, Charpey, Châteaudouble, Combovin, Hostun, Jaillans, Omblèze, Peyrus, Plan-de-Baix, Rochefort-Samson, Saint-Andéol, Saint-Julien-en-Quint, et Saint- Vincent-la-Commanderie, qui sont en zone de sismicité moyenne(risque sismique 4).

A contrario, le canton de Rémuzat et les communes d'Arpavon, Aulan, Ballons, La Bâtie-des-Fonds, Beaumont-en-Diois, Beaurières, Bellecombe-Tarendol, Bellegarde-en-Diois, Bésignan, Boulc, Charens, Establet, Eygalayes, Izon-la-Bruisse, Jonchères, Laborel, Lachau, Lesches-en-Diois, Luc-en-Diois, Mévouillon, Miscon, Montauban-sur-l'Ouvèze, Montguers, Montlaur-en-Diois, La Motte-Chalancon, Le Poët-en-Percip, Poyols, Les Prés, Rioms, La Roche-sur-le-Buis, La Rochette-du-Buis, Rottier, Saint-Auban-sur-l'Ouvèze, Saint-Dizier-en-Diois, Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze, Sainte-Jalle, Saint-Sauveur-Gouvernet, Séderon, Valdrôme, Val-Maravel, Vercoiran, Vers-sur-Méouge, Villebois-les-Pins, et Villefranche-le-Château sont en zone de sismicité faible (risque sismique 2).

Risques de tremblements de terre dans l'Allier

Dans l'Allier (03), tout le département est en zone de sismicité faible (risque sismique 2), sauf certaines communes à l'ouest de Vichy qui sont en risque sismique 3, à savoir Nades, Lalizolle, Sussat, Vicq, Saint-Bonnet de Rochefort, Chouvigny, Jenzat, Le Mayet d’Ecole, Veauce, Valignat, Charroux, Saint-Germain de Salles, Naves, Escurolles, Saulzet, Espinasse Vozelle, Mazerier, Gannat, Ebreuil, Begues, Monteignet sur l’Andelot, Cognat Lyonne, Serbannes, Biozat, Saint-Priest d’Andelot, Charmes, Biozat, Poëzat, et Bruegheas.

Risques de tremblements de terre dans le Puy-de-Dôme

Dans le Puy-de-Dôme (63), quasiment tout le département est en zone de sismicité modérée (risque sismique 3), excepté quelques zones à l'est et à l'ouest du département, classées en zones de de sismicité faible (risque sismique 2). Ces communes en zone plus modérée sont celles de Lachaux, Chabreloche, Arconsat, Saint-Pierre-la-Bourlhonne, Job, Valcivières, La Forie, Ambert, Saint-Anthème, Saint-Romain, Saint-Clément de Valorgue, La Chaulme, Vaillant, Baffie, Grandrif, Marsac-en-Livradois, Eglisolles, Chaumont-le-Bourg, Viverols, Beurières, Arlanc, Novacelles, Doranges, Medeyrolles, Mayres, Sauvessanges, Dore-l’Eglise, Saint-Alyre-d’Arlanc, Anzat-le-Luguet, Mont-Dore, Lapeyrouse, Ars-les-Favets, Buxières sous Montaigut, Montaigut, La Crouzille, Moureuille, Youx, Le Quartier, Virlet, Pionsat, Teilhet, Menat, Sainte-Christine, La Cellette, Gouttières, Saint-Maignier, Saint-Hilaire, Château-sur-Cher, Bussières, Roche d’Agoux, Espinasse, Vergheas, Biollet, Charensat, Auret-Besserve, Saint-Priest-des-Champs, Montel-de-Gelat, Villosanges, Miremont, Les Ancizes-Comps, Tralaigues, Landogne, Montfermy, Saint-Jacques-d’Ambur, Saint-Avit, Condat-en-Combraille, La Celle, Giat, Fernoel, Saint-Etienne des Champs, Voingt, Cisternes-la-Foret, Puy-Saint-Galmier, Bromont-Lamothe, Herment, Prondines, Gelles, Verneugheol, Tortebesse, Saint-Pierre-Roche, Heute-l’Eglise, Saint-Germain-près-Herment, Lastic, Briffons, Bourg-Lastic, Perpezat, Orcival, Saint-Sulpice, Messeix, Saint-Sauves-d’Auvergne, Aveze, Murat-le-Quaire, La Bourboule, Savennes, Singles, Tauves, La-Tour-d’Auvergne, Larodde, Bagnols, Chastreix, Labessette, Tremouille-Saint-Loup, Cros, Saint-Donat, Picherande, Egliseneuve-d’Entraigues, et Espinchal.

Risques de tremblements de terre en Haute-Loire

En Haute-Loire, quasiment tout le département est en zone de sismicité faible (risque sismique 2), si l'on excepte les communes de Sainte-Florine, Vezezoux, Auzon, Frugères-les-Mines, Chambezon, Lempdes-sur-Allagnon, Vergongheon, Torsiac, Leotoing, Saint-Geron, Lorlanges, Bournoncle-Saint-Pierre, et Cohade, qui sont classées en zone de sismicité modérée (risque sismique 3).

Risques de tremblements de terre dans le Cantal

Dans le Cantal, tout le département est en zone de sismicité faible (risque sismique 2), voire même, à l'ouest du département, en zone de sismicité très faible (risque sismique 1), seule zone de ce type en Auvergne-Rhône-Alpes.

Riques de tremblement de terre en France






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Grenoble en zone de sismicité moyenne… c’est bon « the big one » n’est pas pour demain

Signaler un abus

Pour ma part, mon bled est en zone de risque 4, ça ferait presque peur…

Signaler un abus

vous remarquerez qu’il ne citent meme pas le dernier tremblements ayant eu lieu… c’est que y en avait pas hein… http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_tremblements_de_terre_en_France

Signaler un abus

[…] Un choc de magnitude 5,1 a été enregistré lundi, a annoncé le réseau de surveillance sismique de Strasbourg. »Risques sismiques en Auvergne-Rhône-Alpes […]

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Syndics de copropriétés : la FNAIM et l’UNIS dénoncent les critiques  » caricaturales »

La publication par deux associations de consommateurs d’une étude à charge sur les pratiques des syndics  participe d’une campagne de dénigrement des professionnels estiment les deux organisations de l’immobilier.


La FNAIM en colère contre M6

La fédération de l’immobilier dénonce un tableau « incomplet » du métier de diagnostiqueur immobilier dressé par une émission de la chaîne.


DPE : la FNAIM répond à l’UFC Que Choisir

Les conditions entourant le diagnostic de performance énergétique ont fait l’objet d’une étude sévère de la part du magazine UFC Que Choisir. La FNAIM est montée vendredi au créneau.


DPE : deux arrêtés publiés au 15 mars

Deux arrêtés ont été publiés le 15 mars au Journal officiel, en vue de fiabiliser le diagnostic de performance énergétique.


Des DPE inférieurs à C pour la majeure partie des biens immobiliers

Un an après la mise en application du décrêt obligeant la mention du DPE sur les agences immobilières, le baromètre Avendre-Alouer note que moins d’un bien sur cinq est classé dans les 3 meilleures catégories.


Les journées du diagnostic immobilier aujourd’hui à Lyon

Les journées du diagnostic immobilier se tiennent aujourd’hui à Lyon à l’Espace Tête d’Or.


Diagnostic Internet : le débat ressurgit

Le sénateur centriste Hervé Maurey a déposé une proposition de loi relative au diagnostic de performance numérique.


Vers une hausse des tarifs de DPE ?

Si la FNAIM se félicite du renforcement du diagnostic de performance énergétique, la fédération de l’immobilier craint que la fiabilisation de celui-ci ne se traduise par une hausse du coût du DPE.


DPE : NKM annoncera des mesures mardi

Le diagnostic énergétique va être au programme de la semaine prochaine avec la présentation mardi par la ministre du logement et du développement durable d’un projet de fiabilisation.


Diagnostic énergétique : dans le collimateur de la justice

Un diagnostiqueur de performance énergétique a été épinglé par le TGI de Paris pour informations erronées. Une maison classée en catégorie C, relevait en fait du niveau G. Une condamnation qui relance le débat sur la fiabilité du diagnostic.


Le diagnostic Internet ne verra pas le jour

L’idée d’imposer au vendeur la mise à disposition à l’acquéreur d’un degré de disponibilité de connexion Internet a été rejetée par le gouvernement.


DPE : un impact à géométrie variable

Les agents immobiliers présents sur les communes où les primo-accédants sont très présents ressentent plus l’impact du diagnostic de performance énergétique.


DPE : un vrai effet sur les prix de location

Si le Diagnostic de Performance Energétique a eu un faible impact sur le marché de la transaction, il aurait, selon une étude Locservice, eu un impact plus fort sur les prix de location.


Les professionnels en faveur d’une évolution du DPE

Les principales fédérations de diagnostiqueurs, FNAIM et FIDI, demandent une évolution du diagnostic de performance énergétique, après sa généralisation en début d’année.


La région joue sur la classe du DPE

Le Nord et l’Est obtiendraient des classes plus énergivores que sur le bassin méditerranéen.