L’Insee dresse un état de la précarité sur Lyon, Saint-Étienne et Grenoble

Pascal Oger, directeur de l’INSEE Rhône-Alpes, et Axel Gilbert, chef de projets, ont présenté jeudi l’étude sur les situations de précarité dans les trois grandes agglomérations de Rhône-Alpes : Lyon, Saint-Étienne, et Grenoble. Des trois agglomérations, c’est Saint-Étienne qui affiche le plus de précarité, avec notamment 23% sous le seuil de bas revenus. La Métropole de Lyon et Grenoble Alpes Métropole affichent des proportions moins fortes de ces ménages.

L’objectif de cette étude était de localiser les diverses formes de précarité : précarité monétaire, mais aussi précarité d’emploi, et précarité familiale. La précarité monétaire est celle observée chez les ménages à bas revenus, aux minima sociaux, ainsi que les ménages dépendant à plus de 50% des aides sociales. La précarité de l’emploi comprend tient compte pour sa part du taux de chômage, des chômeurs de longue durée, et des travailleurs non diplômés. Et la précarité familiale intègre les familles monoparentales, les familles nombreuses à bas revenus, mais aussi le nombre de personnes de plus de 75 ans vivant seules. De ces trois précarités, un indice de précarité général permet de distinguer des différences suivant les territoires.

Stabilité géographique

D’un point de vue régional, le directeur de l’INSEE Rhône-Alpes note une stabilité géographique de la précarité. « Ce qui est très frappant, c’est qu’il n’y a pas eu d’évolution forte au cours des années étudiées, malgré la montée du chômage et les opérations de rénovation urbaine entreprises qui ont des conséquences très positives. L’évolution contrastée de ces évolutions implique une relative stabilité de la concentration territoriale de la pauvreté, avec une concentration plus forte sur le point de vue de la précarité monétaire, qui est très concentrée sur les grands quartiers HLM, et une diffusion un peu plus large, au-delà de ces pôles, des difficultés d’emploi» note Pascal Oger.

Cette stabilité de la précarité dans les agglomérations rhônalpines est la conséquence de deux phénomènes contradictoires, entre effets positifs de la politique de la ville et effets négatifs du développement de la crise.

« Il n’y a pas tant d’écart que cela entre Saint-Étienne, Grenoble et Lyon » remarque le directeur régional, avec des seuils de bas revenus relativement proches dans les trois agglomérations : 20%, 18%, et 23%. Mais la dispersion de cette précarité n’est toutefois pas la même dans les trois agglomérations. « La différence, ce sont difficultés démographiques sur Saint-Étienne. Il y a beaucoup plus de départ vers le périurbain à Saint-Etienne qu’à Lyon ou à Grenoble (…) Le centre-ville perd de la population, ce qui expliquer dans certains cas une certaine concentration de la précarité par un départ des populations les plus aisées» indique Pascal Oger.

Saint-Etienne la plus précaire des trois agglomérations

"Le problème lorsque l'on observe Saint-Etienne, c'est qu'elle se situe dans une région relativement riche. La situation y apparait comme plus négative. Mais si on la comparait à d'autres villes de régions industrielles françaises en reconversion, elle apparaitrait plutôt dans le haut du tableau que dans le bas" indique Pascal Oger.

Dans le périurbain, il existe moins de problèmes de précarité. De petites villes, comme Vizille à côté de Grenoble, perdent leurs emplois. Les habitants de ces villes sont contraints d'aller travailler dans la métropole à proximité, et ces anciens pôles d'emplois deviennent donc des communes résidentielles malgré elles. Il existe donc dans le périurbain des phénomènes de précarité "mais ceux-ci sont sans commune mesure avec les zones sensibles des agglomérations, aussi bien en intensité qu'en volume" indique le directeur régional de l'INSEE.

» Rénovation urbaine : des effets positifs contrecarrés par la crise
»Une certaine mixité à Lyon, y compris dans le centre
» La précarité plus sensible à Saint-Etienne
» Grenoble : une précarité localisée dans le centre






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les craintes des fédérations du bâtiment sur la RE2020

La FFB et son Pôle Habitat ont exprimé leurs craintes, suite à la présentation ce mardi de la nouvelle réglementation environnementale.


Rillieux-la-Pape communique les résultats de sa consultation sécurité

La ville de Rillieux-la-Pape a lançé en octobre une grande consultation citoyenne auprès de ses habitants sur le thème de la sécurité. Plus de 80% des répondants souhaitent que la Ville intègre le dispositif « Quartier de reconquête républicaine ».


Plantation du 1er arbre des vergers urbains de Lyon

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a planté ce jour le premier arbre des vergers urbain de Lyon au square du 14ème régiment de Zouaves dans le 8ème arrondissement de Lyon.


Lyon : 1er volet d’aides pour le fonds d’urgence culturel

Une délibération a été présentée jeudi devant le conseil municipal . Cette attribution prolonge les actions d’accompagnement du tissu associatif et de préservation les structures culturelles de la Ville.


Prolongement du métro B : déjà un kilomètre de tunnel creusé

Malgré le confinement en cours, le chantier continue d’avancer.


Décines/Meyzieu : un enrobé sans apport de bitume pour une piste cyclable

Une part importante des 6 kilomètres de cette piste qui longe le T3 sera réalisée avec l’utilisation d’un enrobé écologique sans apport de bitume.


Vers une extension de la ZFE dans la Métropole de Lyon

La Métropole vise à ce que, d’ici la fin du mandat en 2026, seuls les véhicules disposant des vignettes Crit’Air 0 et 1 soient autorisés dans le périmètre de la ZFE.


La fréquentation du réseau TCL est à 45% en semaine

Pour la 3ème semaine de confinement, le SYTRAL a annoncé ajuster l’offre du reseau TCL


Un site de click and collect en soutien aux commerçants de Lyon


Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a annoncé la mise en ligne dès la semaine prochaine d’un site de « click&collect » pour mettre en relation les commerçants de proximité et les habitants.


La fédération des TP plutôt confiante sur l’activité dans la Métropole

Les responsables de la fédération ont noué de nombreux contacts avec l’exécutif de la Métropole de Lyon. Reste à savoir quel sera le délai de mise en œuvre des appels d’offres…


Lyon : les conseils d’arrondissement maintenus en présentiel


La Ville de Lyon a choisi de maintenir une partie des conseils d’arrondissement en présentiel.


France Urbaine demande à l’État de préserver les budgets des collectivités

43 élus de France urbaine, dont Bruno Bernard et Grégory Doucet, ont signé une tribune au sein de laquelle ils demandent au gouvernement de préserver les budgets des collectivités locales.


Vente de 5.600 m² au sein du parc « Urban’East »


La vente à investisseurs concernée a été réalisée au sein de ce parc qui développera à terme 138.000 m² d’activités mixtes, bureaux et services.


Appart Invest 3 acquiert 7 immeubles à Lyon

Cette acquisition du fonds Appart Invest 3, géré par AMDG, concernait 11 immeubles d’habitation dans plusieurs métropoles.


Construction : la filière s’engage pour la continuité des activités du BTP

19 organisations professionnelles de la filière construction s’engagent via un appel commun.