L’Insee dresse un état de la précarité sur Lyon, Saint-Étienne et Grenoble

Pascal Oger, directeur de l’INSEE Rhône-Alpes, et Axel Gilbert, chef de projets, ont présenté jeudi l’étude sur les situations de précarité dans les trois grandes agglomérations de Rhône-Alpes : Lyon, Saint-Étienne, et Grenoble. Des trois agglomérations, c’est Saint-Étienne qui affiche le plus de précarité, avec notamment 23% sous le seuil de bas revenus. La Métropole de Lyon et Grenoble Alpes Métropole affichent des proportions moins fortes de ces ménages.

L’objectif de cette étude était de localiser les diverses formes de précarité : précarité monétaire, mais aussi précarité d’emploi, et précarité familiale. La précarité monétaire est celle observée chez les ménages à bas revenus, aux minima sociaux, ainsi que les ménages dépendant à plus de 50% des aides sociales. La précarité de l’emploi comprend tient compte pour sa part du taux de chômage, des chômeurs de longue durée, et des travailleurs non diplômés. Et la précarité familiale intègre les familles monoparentales, les familles nombreuses à bas revenus, mais aussi le nombre de personnes de plus de 75 ans vivant seules. De ces trois précarités, un indice de précarité général permet de distinguer des différences suivant les territoires.

Stabilité géographique

D’un point de vue régional, le directeur de l’INSEE Rhône-Alpes note une stabilité géographique de la précarité. « Ce qui est très frappant, c’est qu’il n’y a pas eu d’évolution forte au cours des années étudiées, malgré la montée du chômage et les opérations de rénovation urbaine entreprises qui ont des conséquences très positives. L’évolution contrastée de ces évolutions implique une relative stabilité de la concentration territoriale de la pauvreté, avec une concentration plus forte sur le point de vue de la précarité monétaire, qui est très concentrée sur les grands quartiers HLM, et une diffusion un peu plus large, au-delà de ces pôles, des difficultés d’emploi» note Pascal Oger.

Cette stabilité de la précarité dans les agglomérations rhônalpines est la conséquence de deux phénomènes contradictoires, entre effets positifs de la politique de la ville et effets négatifs du développement de la crise.

« Il n’y a pas tant d’écart que cela entre Saint-Étienne, Grenoble et Lyon » remarque le directeur régional, avec des seuils de bas revenus relativement proches dans les trois agglomérations : 20%, 18%, et 23%. Mais la dispersion de cette précarité n’est toutefois pas la même dans les trois agglomérations. « La différence, ce sont difficultés démographiques sur Saint-Étienne. Il y a beaucoup plus de départ vers le périurbain à Saint-Etienne qu’à Lyon ou à Grenoble (…) Le centre-ville perd de la population, ce qui expliquer dans certains cas une certaine concentration de la précarité par un départ des populations les plus aisées» indique Pascal Oger.

Saint-Etienne la plus précaire des trois agglomérations

"Le problème lorsque l'on observe Saint-Etienne, c'est qu'elle se situe dans une région relativement riche. La situation y apparait comme plus négative. Mais si on la comparait à d'autres villes de régions industrielles françaises en reconversion, elle apparaitrait plutôt dans le haut du tableau que dans le bas" indique Pascal Oger.

Dans le périurbain, il existe moins de problèmes de précarité. De petites villes, comme Vizille à côté de Grenoble, perdent leurs emplois. Les habitants de ces villes sont contraints d'aller travailler dans la métropole à proximité, et ces anciens pôles d'emplois deviennent donc des communes résidentielles malgré elles. Il existe donc dans le périurbain des phénomènes de précarité "mais ceux-ci sont sans commune mesure avec les zones sensibles des agglomérations, aussi bien en intensité qu'en volume" indique le directeur régional de l'INSEE.

» Rénovation urbaine : des effets positifs contrecarrés par la crise
»Une certaine mixité à Lyon, y compris dans le centre
» La précarité plus sensible à Saint-Etienne
» Grenoble : une précarité localisée dans le centre






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Télécabines : le non l’emporte aux referendums locaux

Les votes consultatifs de Sainte-Foy-lès-Lyon et La Mulatière organisés ce week-end se sont soldés par une très large majorité de votes défavorables au projet.


Cubiik, un immeuble de 2.800 m² près de la ZAC des Girondins

GERLAND, LA MUTATION – L’immeuble promu par Vinci Immobilier a été inauguré en octobre. Une grande partie l’immeuble a été pris à bail par Eduservices pour y implanter l’école MBWay.


« Grande Porte des Alpes » : une consultation internationale d’urbanisme lancée

La Métropole de Lyon veut retenir 3 équipes pluridisciplinaires qui devront concevoir chacune, pour ce territoire, un projet intégrant les enjeux urbains, environnementaux, économiques, d’habitat, et de mobilités.


Stabilité à la gouvernance de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne

Philippe Valentin reste le président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne. Myriam Bencharaa a, elle, été réélue présidente de la délégation CCI à Lyon.


Vers une résiliation à tout moment de son assurance de prêt

La proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée nationale.


Action Logement Auvergne-Rhône-Alpes a tenu sa convention annuelle

A l’occasion de cet évènement organisé au Palais de la Bourse de Lyon, l’organisme paritaire a signé une convention de partenariat avec la foncière solidaire du Grand Lyon.


Un deuxième comité de pilotage national de l’habitat inclusif

L’ambition du gouvernement est de faire de l’habitat inclusif « un pilier des politiques du logement pour les personnes ayant besoin d’être accompagnées dans leur autonomie ».


Un atelier de concertation grand public sur la ZFE ce mercredi

La concertation citoyenne sur la zone à faibles émissions de la Métropole de Lyon se poursuit jusqu’au 5 février. Le prochain atelier se déroule ce 24 novembre.


Saint-Bonnet-de-Mure : Alliade Habitat construit 40 logements

Ces logement ont été pensés avec le BIM.


Un protocole pour accélérer la production de logements intermédiaires

Le groupe Action Logement, le ministère du Logement et six partenaires ont signé un document pour mettre en place de nouveaux dispositifs favorisant la production dans ce segment.


Le PNR du Pilat, territoire rural en croissance soutenue

nullCe parc naturel régional, territoire rural en croissance démographique soutenue, dépend fortement des villes qui l’entourent, avec une double influence de Lyon et de Saint-Étienne.


La consultation sur le métro cumule déjà plus de 5.000 avis

nullLe SYTRAL a communiqué sur les résultats de la première phase de la grande consultation publique portant sur le développement du réseau métro.


Réaménagement de la rive droite du Rhône : la concertation est lancée


La Métropole et la Ville de Lyon ont annoncé avoir lancé la concertation préalable au réaménagement de la rive droite du Rhône du 8 novembre au 30 décembre.


La perspective de la note du SYTRAL rehaussée par Moody’s

L’agence de notation a annoncé rehausser à stable la perspective de la note Aa2 du SYTRAL.


La ligne C16 va accueillir les premiers bus électriques sur batterie

Le président du Sytral, Bruno Bernard, a présenté ce lundi à Lyon les premiers bus électriques dont la mise en service est prévue le 22 novembre sur cette ligne forte de transport en commun reliant Vénissieux à Villeurbanne. Ceux-ci fonctionnent exclusivement sur batterie.