L’Insee dresse un état de la précarité sur Lyon, Saint-Étienne et Grenoble

Pascal Oger, directeur de l’INSEE Rhône-Alpes, et Axel Gilbert, chef de projets, ont présenté jeudi l’étude sur les situations de précarité dans les trois grandes agglomérations de Rhône-Alpes : Lyon, Saint-Étienne, et Grenoble. Des trois agglomérations, c’est Saint-Étienne qui affiche le plus de précarité, avec notamment 23% sous le seuil de bas revenus. La Métropole de Lyon et Grenoble Alpes Métropole affichent des proportions moins fortes de ces ménages.

L’objectif de cette étude était de localiser les diverses formes de précarité : précarité monétaire, mais aussi précarité d’emploi, et précarité familiale. La précarité monétaire est celle observée chez les ménages à bas revenus, aux minima sociaux, ainsi que les ménages dépendant à plus de 50% des aides sociales. La précarité de l’emploi comprend tient compte pour sa part du taux de chômage, des chômeurs de longue durée, et des travailleurs non diplômés. Et la précarité familiale intègre les familles monoparentales, les familles nombreuses à bas revenus, mais aussi le nombre de personnes de plus de 75 ans vivant seules. De ces trois précarités, un indice de précarité général permet de distinguer des différences suivant les territoires.

Stabilité géographique

D’un point de vue régional, le directeur de l’INSEE Rhône-Alpes note une stabilité géographique de la précarité. « Ce qui est très frappant, c’est qu’il n’y a pas eu d’évolution forte au cours des années étudiées, malgré la montée du chômage et les opérations de rénovation urbaine entreprises qui ont des conséquences très positives. L’évolution contrastée de ces évolutions implique une relative stabilité de la concentration territoriale de la pauvreté, avec une concentration plus forte sur le point de vue de la précarité monétaire, qui est très concentrée sur les grands quartiers HLM, et une diffusion un peu plus large, au-delà de ces pôles, des difficultés d’emploi» note Pascal Oger.

Cette stabilité de la précarité dans les agglomérations rhônalpines est la conséquence de deux phénomènes contradictoires, entre effets positifs de la politique de la ville et effets négatifs du développement de la crise.

« Il n’y a pas tant d’écart que cela entre Saint-Étienne, Grenoble et Lyon » remarque le directeur régional, avec des seuils de bas revenus relativement proches dans les trois agglomérations : 20%, 18%, et 23%. Mais la dispersion de cette précarité n’est toutefois pas la même dans les trois agglomérations. « La différence, ce sont difficultés démographiques sur Saint-Étienne. Il y a beaucoup plus de départ vers le périurbain à Saint-Etienne qu’à Lyon ou à Grenoble (…) Le centre-ville perd de la population, ce qui expliquer dans certains cas une certaine concentration de la précarité par un départ des populations les plus aisées» indique Pascal Oger.

Saint-Etienne la plus précaire des trois agglomérations

"Le problème lorsque l'on observe Saint-Etienne, c'est qu'elle se situe dans une région relativement riche. La situation y apparait comme plus négative. Mais si on la comparait à d'autres villes de régions industrielles françaises en reconversion, elle apparaitrait plutôt dans le haut du tableau que dans le bas" indique Pascal Oger.

Dans le périurbain, il existe moins de problèmes de précarité. De petites villes, comme Vizille à côté de Grenoble, perdent leurs emplois. Les habitants de ces villes sont contraints d'aller travailler dans la métropole à proximité, et ces anciens pôles d'emplois deviennent donc des communes résidentielles malgré elles. Il existe donc dans le périurbain des phénomènes de précarité "mais ceux-ci sont sans commune mesure avec les zones sensibles des agglomérations, aussi bien en intensité qu'en volume" indique le directeur régional de l'INSEE.

» Rénovation urbaine : des effets positifs contrecarrés par la crise
»Une certaine mixité à Lyon, y compris dans le centre
» La précarité plus sensible à Saint-Etienne
» Grenoble : une précarité localisée dans le centre






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Deux nouvelles stations Vélo’v à Vaulx-en-Velin et Lyon 7e

Ces stations sont situées place Boissier à Vaulx-en-Velin et dans le secteur de Guillotière-Veyron à Lyon. Trois nouvelles stations sont prévues dans le 2e arrondissement de Lyon et à Villeurbanne.


Confluence : expérimentation d’un dispositif de feu de signalisation innovant

Le SYTRAL mène cette expérimentation sur le cours Charlemagne conjointement avec la Métropole de Lyon et le CEREMA, avec la participation d’Egis. Objectif : favoriser les mobilités actives.


Villeurbanne : en mai, un nouveau secteur du centre-ville en zone 30


Ce changement en matière de vitesse de circulation sera accompagné par la mise en circulation à double sens pour les vélos dans certaines rues.


Un nouvel outil mis en place par la FFB pour la RSE

La FFB a annoncé avoir créé le site « bâtisseur responsable » pour accompagner ses adhérents dans la mise en place d’une démarche RSE.


Oudara Outhabong, nouveau directeur national développement de Pitch Promotion

Il occupe ce poste depuis le 1er janvier 2021.


Alexandre Vincendet reste président de la fédération LR du Rhône

Les adhérents Les Républicains élisaient ce lundi leur nouveau président départemental et leurs représentants aux diverses instances. Ils ont réélu le président sortant, maire de Rillieux-la-Pape.


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.