Lyon Confluence : l’îlot H en chantier

VISITE DE CHANTIER A CONFLUENCE - Sur cet îlot de la Confluence, trois programmes vont ou sont déjà en train de sortir de terre : un Résidétapes, un programme des Nouveaux Constructeurs, le « Denuzière », et l’immeuble de l’institut supérieur d’Osthéopathie.

L’îlot H, dans la partie nord du projet Confluence est un îlot triple. C’est en effet trois projets sensiblement différents qui sont amenés à se développer, avec un Résidétapes, un programme des Nouveaux Constructeurs - le « Denuzière » - et l’immeuble de l’institut supérieur d’Osthéopathie. Tous trois offrent toutefois, sur prescription de l’Atelier Ruelle, des irrégularités, pour mieux s’accorder au quartier de Sainte Blandine tout proche. En outre, l’îlot se veut offrir une certaine mixité, avec des studios pour les jeunes travailleurs, des appartements en location sociale et des logements en accession libre.

L’ îlot H1, et « le White »

Le White est un projet développé par Résidétapes et HMF, qui se découpe en trois composantes : la résidence Résidétapes, une partie locaux d’activités sur 400 mètres carrés, et une résidence de logements sociaux (27 logements au total), destinée principalement aux familles. «Cette opération est une de nos contributions à la production de nouveaux logements sociaux dans l’agglomération » a expliqué Anne Warsman (en photo ci dessous), directrice développement et maîtrise d'ouvrage chez HMF. Le bailleur social a notamment été aidé pour le financement de cette opération par l’Etat, le Grand Lyon, la ville de Lyon, mais également des sociétés du 1% logement, comme Solendi, Logeo, Amallia, Astria ou encore Cilgere. C’est HMF qui assurera la maîtrise d’ouvrage de l’ensemble de l’îlot et qui en restera propriétaire. Les travaux débuteront en 2014.

La résidence Résidétapes, qui ouvre sur la place Denuzière, en retour de la voie ferrée, offrira, elle, à terme, 125 logements meublés et équipés destinés à accueillir des jeunes actifs. « C’est un outil au service de la collectivité », explique Claire Demoures de Résidétapes. Cette résidence servira en effet à répondre aux besoins temporaires en logements des jeunes actifs, pour des durées allant de 1 mois à deux ans. Les 125 logements sont meublés, équipés, conventionnés, et accompagnés. Un conseiller en économie sociale et familiale dans la résidence accompagne les résidents vers un relogement pérenne.

L’immeuble donnera sur la place Denuzière, une place qui a vocation à faire le lien entre le quartier Sainte Blandine et les quais de Saône. « On a travaillé un volume sculpté » explique pour sa part Gaëlle Hamonic, d’Hamonic et Masson. « Il était intéressant de travailler ce volume piéton, cette porosité entre espace public et espace privé » relate l’architecte, qui note qu’un grand porche laissera notamment entrevoir, depuis la place, le cœur d’îlot.

L' îlot H2, le Denuzière

Sur le deuxième îlot, se trouve le chantier du « Denuzière », un programme des Nouveaux Constructeurs dont la livraison est programmée pour 2014. Ce bâtiment, composé de deux volumes, est surmonté d’une résille en aluminium, qui allège l’immeuble, et qui en fait sa particularité. L’immeuble, qui sera doté de terrasses végétalisées, est passif, avec une énergie de 15 kwh par m2 par an. « Les charges d’un appartement trois pièces seront de 70 euros mensuel, contre 250 euros en BBC» explique Fabrice Desrez (en photo ci-dessous, à gauche), des Nouveaux Constructeurs. L’immeuble a remporté récemment le Grand Prix régional des pyramides d’Argent de la FPI, qui distingue chaque année un programme immobilier dans chaque région de la FPI.

Philippe Audart (en photo ci-dessus, à droite), l’architecte du Denuzière s’est pour sa part félicité de l’excellent cahier des charges, qui a permis aux architectes de répondre à celui-ci sur des bases assez innovantes. « C’est assez agréable pour nous d’aller dans un sens qui consiste à travailler autant le vide que le plein » note-t-il. « Cet immeuble, qui aurait pu faire 70 mètres de long et 25 mètres de haut, nous l’avons découpé en son centre en en faisant un vaste puits de lumière traversante de manière à lui donner cette image, et également éclairer la rue Denuzière de la lumière du soleil. Cela a permis de générer toute cette architecture à travers un travail volumétrique, qui consiste, une fois que l’on a défini ces deux grands volumes, à encore le couper en deux dans le sens de la longueur puisque chaque appartement sera desservi par des coursives nord/sud, toutes éclairées - soit au nord, soit au sud, soit aux deux – et qui permettront à chacun d’avoir des parties communes très généreuses » explique l’architecte.

Le programme qui a d’ores et déjà convaincu le jury des Pyramides d’Argent, semble également rencontrer une certaine adhésion de la part de la clientèle. Selon Fabrice Desrez, plus de la moitié du programme a ainsi été commercialisé, après neuf mois de commercialisation.

L’îlot H3 et ISOstéo

Tout proche du Résidétapes et du Denuzière, va s’implanter sur l’îlot H3 la résidence ISOstéo, dont les travaux ont d’ores et déjà débuté, et s’achèveront dans un an, en juillet 2013. Celle-ci va intégrer deux entités, à savoir ISOsteo une centre de formation d’osthéopathie et clinique, et Bayard Studium, une résidence étudiante. « Le projet est né il y a trois ans » explique Jean Canetos, le directeur de l’institut supérieur d’osthéopathie, qui indique qu’il a un peu évolué depuis son origine, avec la création d’un centre de soins ostéopathique sous la résidence étudiante. « Le fait d’avoir choisi Confluence, qui se situe à proximité de Perrache et des axes, nous évite de monter à Paris, ce qui est beaucoup plus accessible pour des gens qui viennent se former individuellement. Sur le point de vue de la conception du programme, l’architecte a d’emblée pris le parti de couper le programme en deux volumes distincts. « Ces deux petites tours sont organisées autour d’une cour intérieure » explique Régis Gachon, architecte de l’immeuble, cette cour étant amenée à devenir un lieu de rencontre et de vie pour les étudiants. Au final, les deux immeubles, labellisés BBC, accueilleront ainsi 88 et 101 chambres, dotées d’un balcon jusqu’au 5ème étage. Une terrasse collective sera placée au 8ème étage pour plus de convivialité. Dans cette résidence étudiante, on retrouvera également un sauna, une piscine, une brasserie intégrée, et deux salles de séminaires, explique-t-on chez Odalys, le futur gestionnaire de la résidence.

» La place Denuzière, couture entre Sainte Blandine et Rives de Saône
» Contournement de Lyon: "Est ou ouest, à la limite, les ministres choisiront"
» Perrache: comment faciliter le transit entre Confluence et la Presqu'île
» L'îlot K, encore deux ans de travaux

Crédits Photo des photos maquettes : Asylum pour Lyon Confluence

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Suivant les époques, on a associé la ville au végétal ou on l’a dissociée»


Frédéric Ségur est responsable ingénierie et prospective du patrimoine végétal de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’exposition « La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine », présentée au CAUE


Steel, un nouveau pôle commercial, a ouvert à Saint-Étienne


Le NPNRU Minguettes-Clochettes, ligne forte du mandat à Vénissieux

Michèle Picard, maire de Vénissieux et vice-présidente de la Métropole de Lyon, organisait vendredi dernier sa conférence de presse.


L’Europe retient l’offre d’un consortium piloté la SPL Lyon Confluence

La Commission Européenne a retenu l’offre du consortium Scale, coordonné par la SPL. Il s’agit du plus gros réseau de villes européennes engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


Projet de salle Aréna à Décines-Charpieu : la concertation continue

Des sessions de visites de terrain sont organisées ce samedi 12 septembre.


Décès de Pascal Garrido, ancien président d’Epures

L’ancien maire de la Talaudière et ancien président de l’agence d’urbanisme stéphanoise est décédé, à l’âge de 76 ans.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


Le maire de Lyon acte le maintien d’une parcelle végétalisée dans le 1er arrondissement

Un projet immobilier, qui avait été contesté par l’ancienne maire d’arrondissement au 33 rue du Bon Pasteur, ne se fera finalement pas.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


«La Saulaie peut être la 1ère étape de la reconquête des berges du Rhône»

Béatrice Vessiller est vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les projets urbains de La Saulaie et du Vallon des hôpitaux.


«À Grandclément, un quartier avec des îlots sans voiture»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les projets urbains Grandclément et Gratte-Ciel.


Les EPF formulent 12 propositions pour la relance

Les établissements publics fonciers ont fait part en fin de semaine dernière de leurs propositions pour accélérer la sortie de crise et construire les modèles d’aménagement de demain.


Jacqueline Osty, Grand Prix de l’urbanisme 2020

La paysagiste avait à deux reprises été lauréate du Grand prix national du paysage. Elle est l’auteur de nombreux parcs qui sont l’occasion de penser la relation entre ville et territoire.


Bruno Bernard annonce ses 10 premiers chantiers pour l’été

null
Les premiers chantiers vont notamment porter sur l’encadrement des loyers, la poursuite des aménagements d’urbanisme tactique, mais aussi l’optimisation des procédures d’urbanisme.